samedi 9 mai 2020

Le pensionnat des innocentes

Auteure : Angela Marsons
Editions : Belfond Noir (2018)
Nbre de pages : 432


Présentation de l'éditeur :

2004, au cœur du Black Country anglais. En pleine nuit, cinq individus scellent un pacte au-dessus d’une tombe qu’ils viennent de creuser.

Dix ans plus tard, Kim Stone, inspectrice au tempérament rebelle et solitaire, se voit confier une nouvelle enquête. Teresa Wyatt, directrice d’école, a été retrouvée noyée dans sa baignoire. Peu de temps avant sa mort, elle s’était intéressée à une fouille archéologique prévue sur les lieux de Crestwood, un foyer d’accueil pour jeunes filles détruit dans un incendie. Bientôt, un autre ex-employé du foyer est retrouvé assassiné.

Kim, qui a connu enfant l’assistance publique, fait accélérer les fouilles au mépris des procédures. On découvre bientôt plusieurs squelettes, les restes d’adolescentes oubliées de tous…

Les secrets remontent toujours à la surface… Premier volet des enquêtes de l’inspectrice Kim Stone, un polar remarquable, par une nouvelle voix capable de mêler le frisson du suspense à l’émotion brute.


Mon avis :

Lu en LC avec @labelettestephanoise , nous avons passé un bon moment avec ce roman policier dans lequel se succèdent des meurtres qui auraient un rapport avec des fouilles archéologiques ayant mis au jour le squelette d'une adolescente. Est-ce vraiment lié ou est-ce pure coïncidence ?

C'est l'enquêtrice Kim Stone et son équipe qui vont prendre en charge cette affaire.

Nous évoluons dans un policier plutôt classique et les personnages n'ont rien de bien particulier. Je ne me suis pas attachée à eux et j'ai trouvé Kim plutôt fade à côté d'autres femmes-flics que j'ai suivies ces derniers temps.

Mais l'enquête n'était pas dénouée d'intérêt et je n'ai pas vu venir certaines révélations.

Globalement, j'ai passé un bon moment de lecture et si l'autrice écrit un autre roman avec le personnage de Kim, je le lirai avec plaisir pour voir comment elle la fait évoluer. Mais ce ne sera pas non plus une priorité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire