jeudi 5 août 2021

Grand calme

 



Auteur : Giles Blunt
Editions : Sonatine (2021)
Nbre de pages : 408




Présentation de l'éditeur :

Spécialiste de la formation des nuages, Rebecca Fenn arrive dans une base polaire, isolée au milieu de l'océan arctique. Seule femme au milieu des quelques scientifiques présents, elle va faire connaissance avec les rigueurs de cette vie en conditions extrêmes, où le danger est omniprésent, l'équilibre fragile.

Ontario, Canada. Seule femme des forces de l'ordre d'Algonquin Bay, Lize Delorme est en charge des cas de violences faites aux femmes. Son quotidien est bouleversé lorsqu'au milieu d'un hiver glacial, on retrouve le corps d'un homme dans un motel de la région. La femme qui était avec lui, sa maitresse, a disparue.
Bientôt, c'est une autre femme, l'épouse d'un sénateur, qui est retrouvée enchainée, morte de froid dans un hôtel désaffecté au milieu des montagnes. Aidée de l'inspecteur John Cardinal, Lize va essayer de faire la lumière sur cette étrange affaire. Jusqu'au moment où son destin et celui de Rebecca Fen vont se croiser.

Du huis clos dans une station polaire à l'immensité de la nature canadienne, Giles Blunt nous offre une expérience de lecture unique. Physiquement et psychologiquement, le lecteur est mis à rude épreuve, éprouvé par un froid glacial qui peu à peu l'envahit, harcelé par un suspens de plus en plus insoutenable. Vous aimez les frissons ? Ne cherchez plus !


Mon avis :

Une aventure au coeur de l'Arctique et des meurtres à Algonquin Bay, en Ontario. Quel rapport peut-il y avoir entre les deux ?

J'ai démarré ce roman en aveugle. Je n'avais pas relu le résumé. J'avais envie de me laisser porter voire emporter par cette aventure polaire et me retrouver bloquée au milieu des glaces de l'Arctique.

Disons le de suite, j'ai été plus prise par les chapitres consacrés à l'Arctique que ceux des disparitions et meurtres en Ontario. J'ai trouvé ces derniers plutôt classiques et ils ne m'intéressaient pas forcément.

Mais je me demandais aussi quels liens pouvaient exister entre les deux narrations et c'est là où l'auteur est très fort parce que l'on ne voit rien arriver avant les derniers chapitres.

Tout est parfaitement maîtrisé et on suit avec beaucoup d'intérêt ces chercheurs au coeur d'un froid polaire infernal. On assiste à des phénomènes aussi magnifiques que dangereux et on se pose beaucoup de questions...

Les personnages sont tout aussi énigmatiques que l'envie de savoir ce qu'il va se dérouler pour que l'auteur nous plonge dans ce blanc infernal et on les suit, inexorablement, vers une terrible destinée.

Du côté de l'Ontario, j'avoue que j'ai été moins conquise tant par l'enquête que par les flics qui doivent la mener. Cela reste vraiment classique, mis à part la fin puisqu'on a enfin le fin mot de l'histoire avec l'Arctique.

Si je dois le conseiller, ce sera vraiment pour "le huis clos dans une station polaire" comme l'indique l'éditeur dans son résumé. Là, le lecteur est vraiment pris dans une aventure pleine d'angoisse et de merveilleux. C'est une lecture que j'ai adorée faire de ce point de vue là et je ne peux que vous pousser à la faire également pour découvrir ce qu'il s'y passe et voyager dans un univers tellement fascinant.





lundi 2 août 2021

Les promesses de l'innocence

 


Auteur : Eric Le Nabour
Editions : Presses de la Cité (2021)
Nbre de pages : 411


Présentation de l'éditeur :

Novembre 1954. Sous le soleil tranquille d'Alger, trois amies célèbrent leurs vingt ans le même jour. Dans cette Algérie aux beautés enchanteresses, chacune vit sa jeunesse traversée par des doutes et des espoirs. Entre ses parents et l'officier auquel on veut la marier, Clotilde sent le contrôle de sa vie lui échapper. Naïma a dû renoncer à devenir infirmière pour veiller sur son père malade et ses frères. Judith, étouffant dans le cocon familial traditionnel, vit une passion secrète avec son amant arabe.

Trois destins que tout, en apparence et dans la précipitation des événements, doit vouer à la rupture sinon à l'affrontement. Et pourtant...

Un roman choral sur la force sacrée de l'amitié et les choix courageux de trois femmes qui ne cesseront de se chercher, de part et d'autre de la Méditerranée.


Mon avis :

Je remercie d'abord les Editions Presses de la Cité pour cet envoi spontané qui m'a permis de découvrir un nouvel auteur et une histoire vers laquelle je ne serais pas allée de moi-même parce que ce n'est pas une période que je maîtrise et qui m'intéresse forcément.

Pour autant, j'ai pris plaisir à découvrir cette amitié entre ces trois jeunes femmes de religion différente qui va être mise à rude épreuve au fur et à mesure que l'on va progresser et que l'Histoire va se mettre en place et entraîner des évènements graves.

Petit à petit on va basculer dans la guerre d'Algérie avec la mise en place et l'essor du FLN et des autres groupes qui vont se former.

On va suivre Clotilde (chrétienne), Naïma (mulsumane) et Judith (juive) dans les méandres d'un pays qui va souffrir des complots et actes meurtriers alors même que jusque là les membres des différentes communautés vivaient ensemble sans animosité.

Comme je le disais, je ne maîtrise pas cette période de l'Histoire et je ne m'y suis jamais vraiment penchée dessus mais j'ai trouvé justement que le roman de Eric Le Nabour était très bien fait parce qu'avec des mots simples, un style fluide et facile à lire, on apprend ce qu'il s'est passé, comment cela s'est produit, même si certains évènements restent un peu flou pour moi.

J'ai beaucoup aimé être aux côtés de Clotilde et Naïma notamment que j'ai trouvées plus intéressantes à suivre que Judith. Les deux premières vont vraiment vivre des évènements terribles et tenter de garder cette amitié si durement menée avec ce qu'il se passe.

Au contraire, j'ai trouvé Judith plus égoïste et elle s'efface d'ailleurs à un moment donné du récit. Du coup, je ne me suis pas forcément attachée à elle et son histoire avec cet homme qu'elle n'aurait jamais dû aimer, aux yeux de son père...

Pour autant, elle n'est pas inintéressante parce qu'elle marque cette volonté féminine de sortir du joug paternel et fraternel. Elle veut ce qu'aucune femme n'a pu obtenir jusque là : vivre la vie qu'elle s'est elle-même choisie.

Naïma ne sera pas en reste et c'est vraiment celle qui m'a le plus touchée par tout ce qui lui arrive. J'ai vraiment eu un coup au coeur la concernant et j'étais toujours en attente de la retrouver.

Quant à Clotilde, c'est celle qui va bousculer beaucoup de choses dans la vie de ses parents. Son père, militaire de carrière, sera aussi un élément important dans cette histoire au coeur de l'Histoire.

C'est un roman qui ne peut pas laisser indifférent, même si je ne suis pas sûre de creuser cette période. Elle est compliquée tant du point de vue militaire, religieuse que politique mais l'auteur sait parfaitement se mettre au niveau du lecteur lambda pour en faire une lecture adaptée et que l'on puisse suivre ses personnages sans ambages.

Cela m'a donné d'ailleurs envie de lire d'autres romans de Eric Le Nabour et vu sa bibliographie j'ai de quoi faire.

jeudi 29 juillet 2021

1991

 



Auteur : Franck Thilliez
Editions : Fleuve Noir (2021)
Nbre de pages : 499


Présentation de l'éditeur :

La première enquête de Franck Sharko !

En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l'école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives où il est chargé de reprendre l'affaire des Disparues du Sud parisien. L'état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.
Sharko consacre tout son temps à ce dossier, jusqu'à ce soir où un homme paniqué frappe à la porte du 36. Il vient d'entrer en possession d'une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Une photo derrière laquelle a été notée une adresse, et qui va entraîner le jeune inspecteur dans une enquête qui dépassera tout ce qu'il a pu imaginer...


Mon avis :

La toute 1ère enquête de Franck Sharko ! Et qu'est ce que ça fait du bien de retrouver notre personnage chouchou dans une période où internet n'était qu'à ses prémices et où il fallait trouver une cabine téléphonique faute de téléphone portable. Une époque où le fax était hyper sollicité aussi.

J'ai adoré ce retour en arrière et me retrouver au début des années 90 alors que j'avais... 15 ans ! Ô bougre ! Que j'étais jeune !!

S'agissant de l'enquête qui nous est présentée ici, je n'ai pas été totalement happée. Bon, il faut dire que la période n'était peut-être pas la bonne pour le lire vu que j'ai été opérée et la tête un peu dans les choux mais même s'il y avait des moments que j'ai trouvés plus longs et lents que d'autres, j'ai toujours eu l'envie d'y retourner dedans.

Il faut dire que Thilliez sait motiver son lecteur avec des jeux de piste qu'il faut suivre et on aime ça.

Mais j'aurais aimé aussi qu'il y ait un peu plus de suspense parce que j'ai vu certaines choses venir trop tôt à mon goût, à l'exception d'une seule et heureusement pour moi.

Connaissant le personnage de Sharko pour le suivre depuis ses débuts, j'ai trouvé très intéressant de voir que le Sharko de 30 ans n'était pas si éloigné de celui des 50. Il y a quelques détails sur lesquels on se dit qu'il a changé/évolué mais le côté un peu borderline apparaît déjà alors qu'il vient à peine d'arriver au 36. Mais je vous laisse découvrir ce jeune Sharko et vous faire votre propre opinion dessus, surtout si vous le connaissez déjà.

L'idée qu'a eu Thilliez de proposer une enquête dans les débuts de son personnage est excellente et il a matière à faire d'autres enquêtes se déroulant avant Train d'enfer pour ange rouge.

J'espère qu'il le fera pour ses lecteurs qui sont fans de ce qu'il fait et de ce personnage si atypique que l'on connaît tellement. Un gros dur au coeur tendre qui a été forgé par tellement de maux et ce retour en arrière permet de le comprendre encore mieux.

Autre point positif ici : on découvre sa fiancée... Quand on sait ce qu'il s'est passé par la suite, c'est à la fois poignant et hyper stressant.

En bref, le cadeau annuel que m'ont fait mon mari et mes enfants m'a encore transportée même si je n'ai pas été aussi enthousiaste qu'avec notamment Il était deux fois. Mais Thilliez reste un de mes auteurs français favoris en matière de thriller et ce n'est pas prêt de changer.

mercredi 28 juillet 2021

Devenir

 


Autrice : Michelle Obama
Editions : Le livre de poche (2020)
Nbre de pages : 750


Présentation de l'éditeur :

"Il y a encore tant de choses que j'ignore au sujet de l'Amérique, de la vie, et de ce que l'avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m'a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix. Tous les deux ensemble, dans notre petit appartement du quartier du South Side de Chicago, ils m'ont aidée à saisir ce qui faisait la valeur de notre histoire, de mon histoire, et plus largement de l'histoire de notre pays. Même quand elle est loin d'être belle et parfaite. Même quand la réalité se rappelle à vous plus que vous ne l'auriez souhaité. Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. À vous de vous en emparer."
Michelle Obama



Mon avis :

Depuis sa parution en grand format en 2018, cette autobiographie me faisait de l'oeil et j'ai profité de sa parution en poche pour me le faire offrir.

Je n'ai jamais lu d'autobiographie et c'est une première avec Michelle Obama. Mais ce que je peux dire d'emblée c'est que ce livre se lit comme un roman dans lequel on découvre des personnes si attachantes, humbles et humaines que l'on ne peut pas le lâcher.

Le livre se scinde en trois parties : celle dans laquelle on découvre la jeunesse de Michelle Obama jusqu'à sa rencontre avec Barack; celle où le couple se crée puis la décision de Barack Obama de tenter la présidence et tout ce que cela entraîne; enfin celle où le Président est en place et chamboule toute la vie de cette famille.

Chaque partie est intéressante à découvrir. On découvre une Michelle Obama née dans une famille ouvrière basique. C'est une jeune fille de caractère qui n'aura de cesse de se battre pour arriver à un niveau jusque là jamais atteint dans sa famille.

J'ai adoré être dans cette vie si simple, si proche de n'importe quel américain moyen dont le père était un employé qui ne roulait pas sur l'or.

Si elle s'est battue pour atteindre son objectif de devenir avocate dans un grand Cabinet d'affaires, la suite de sa vie a été totalement hallucinant mais pas forcément voulu. Elle le dit elle-même, elle déteste la politique; elle ne voulait pas que Barack se présente à la présidence mais c'est un homme de terrain, un homme qui veut faire évoluer les choses alors peut-être que lui peut changer la donne...

J'avais peur, en commençant ce livre, d'avoir une écriture un peu pompeuse mais pas du tout. Michelle Obama reste aussi simple que ce qu'elle l'a toujours été dans sa vie d'enfant, d'adolescente, de jeune femme puis d'épouse d'un homme qui monte dans la carrière politique.

Elle n'a jamais changé de façon d'être et je pense que c'est ce qui fait la force de ce couple.

On les voit côte à côte dans des moments compliqués mais ils se serrent les coudes et font surtout passer leur famille, leurs filles avant tout. Cela entraînera forcément des bévues aux yeux des détracteurs et de certains américains mais jamais ils ne changeront de ligne de conduite.

C'est un couple que j'aimais beaucoup avant même de lire l'autobiographie de Michelle Obama et que j'admire encore plus aujourd'hui. La découverte de Barack aux travers du récit de son épouse m'a donné envie de lire également Une terre promise de Barack Obama que ma fille m'a offert pour mon anniversaire. Je me doute que ce sera plus centré sur la politique américaine mais l'homme me plaît beaucoup et le peu que j'ai découvert de son enfance (loin de l'élite américaine) me titille énormément.

En attendant, celui de Michelle Obama mérite qu'on lui accorde du temps pour le découvrir, surtout pour les personnes qui apprécient la femme que représente cette Grande Dame. Car elle l'est tant par sa façon de penser que d'agir. De bout en bout, je l'ai adorée et je ne peux que vous inciter à la découvrir à votre tour.

lundi 19 juillet 2021

Alcatraz : Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires (T1)

 



Auteur : Brandon Sanderson
Editions : Le livre de Poche Jeunesse (2013)
Nbre de pages : 284





Présentation de l'éditeur :

Je m'appelle Alcatraz. J'ai treize ans, je suis orphelin et je ne suis pas un gentil.
Laissez-moi vous dire une bonne chose : si un vieux bonhomme à la santé mentale douteuse débarque chez vous sous prétexte qu'il est votre grand-père et que vous devez l'accompagner dans une espèce de quête mystique... refusez sans hésiter.
Je fus obligé d'enfreindre cette règle ; c'était un cas de force majeure. Mais croyez-moi, c'est à ce moment-là que mon destin bascula, direction sacrifices, dinosaures, magie noire et infâmes bibliothécaires.



Mon avis :

J'ai pour objectif de vider ma PAL numérique des romans qui y traînent depuis... des lustres. J'avais cette saga de Brandon Sanderson dedans et j'avais envie de me changer les idées avec une lecture facile, simple et qui me fasse passer un bon moment sans prise de tête.

Je connais Brandon Sanderson pour avoir lu le 1er tome de Fils des Brumes et j'avais adoré son style. Du coup, pour moi c'était une évidence que de me jeter dans sa saga jeunesse...

Je dois dire que j'ai été très surprise par le ton que prend l'auteur dans cette saga.

L'histoire est racontée par Alcatraz, jeune ado qui n'arrête pas de tout casser, orphelin et qui met les nerfs des familles d'accueil à rude épreuve.

Dès le début, je me suis dit que j'allais beaucoup rire avec Alcatraz et ce qui lui arrive assez rapidement.

Il va découvrir qu'il n'est pas si orphelin que ça et j'ai trouvé que certaines choses étaient prévisibles dans ce 1er tome.

Si j'ai trouvé la première moitié plutôt hilarante et désopilante parce que je n'étais surtout pas préparée à ce que je lisais, la seconde, même si elle garde le même ton un peu envolée, cynique et marrante, devient plus sérieuse par un certain côté.

Alcatraz est un personnage qui évolue déjà pas mal dans ce premier tome et je suis persuadée qu'il continuera dans les tomes suivants.

Par contre, si le côté humoristique est plaisant au début, j'avoue que sur le long terme c'était un peu lourd. Je ne sais pas si les autres tomes seront aussi portés sur le côté humour jaune ou pas mais j'espère que non sinon je risque de vite me lasser.

Par contre, il n'y a absolument rien à dire sur la plume de Brandie. J'adore cet auteur et c'est toujours aussi fluide et intéressant à lire.

Il sait prendre son lecteur comme il faut pour le planter dans un décor hors du commun, avec des personnages qui valent le détour mais surtout une immersion telle que l'on a bien l'impression d'être aux côtés de tous et vivre leurs aventures avec eux.

Même si on reste sur du très jeunesse, je ne me suis pas ennuyée mais pour éviter le trop plein, je ne risquerai pas d'enchaîner les tomes. Cela se fera petit à petit quand j'aurais besoin d'une valeur sûre pour me changer les idées et retrouver des personnages qui ont du potentiel.

vendredi 16 juillet 2021

Sa majesté mène l'enquête : Bal tragique à Windsor (T1)

 


Autrice : S.J. Bennett
Editions : Presses de la Cité (2021)
Nbre de pages : 349





Présentation de l'éditeur :

" Sa Majesté mène l'enquête " : une nouvelle série de cosy crimes dont l'héroïne est Elizabeth II, reine d'Angleterre. Quand Miss Marple rencontre The Crown ! Windsor, printemps 2016. La reine Elizabeth II s'apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d'une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu.
Shocking ! Quel scandale si la presse l'apprenait ! Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son fidèle personnel d'être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu'ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C'est donc Rozie Oshodi, sa secrétaire particulière adjointe, une brillante jeune femme d'origine nigériane, qui va l'aider à démêler ce sac de noeuds en toute discrétion...
God save the Queen du cosy crime !


Mon avis :

J'ai enfin découvert mon premier cosy crime grâce aux Editions Presses de la Cité et Netgalley que je remercie vivement parce que j'ai passé un super moment de lecture.

J'ai adoré me retrouver avec Elizabeth II et sa secrétaire particulière Rozie qui vont devoir dénouer des noeuds sordides pour savoir ce qu'il s'est passé dans la chambre de Maksim Brodsky, retrouvé mort dans un placard.

Sa Majesté est bien décidée à faire le nécessaire pour que le/les coupable(s) soi(en)t retrouvé(s) rapidement pour éviter que la presse ne s'en mêle et qu'un scandale éclate, alors même que les époux Obama doivent arriver quelques jours plus tard.

Et nous voilà emporter dans cette petite enquête au coeur de Windsor où Rozie va être aussi efficace que Sa Majesté n'est tenace quand à l'issue de leurs recherches. Il est hors de question d'aller sur une mauvaise piste que le MI5 semble prendre malheureusement.

C'est efficace de bout en bout car on évolue doucement mais sûrement avec ces deux fortes têtes mais il n'est pas question de doubler le service d'enquête de Sa Majesté. Tout doit être fait méticuleusement et sans que l'enquêteur principal ne se doute de quoi que ce soit. Il serait dommage qu'il sache que Sa Majesté mène l'enquête à sa place et trouve le responsable avant lui !

Ce que j'ai beaucoup aimé c'est l'ambiance ultra agréable car non stressante de cette enquête. Nous sommes bien dans un policier mais pas de gore, ni de glauque ici. Il n'y a pas de descriptions morbides ni de folles poursuites et ça fait du bien !

On apprend aussi à connaître ceux qui entourent Elizabeth II et le lectorat a l'impression de faire un peu partie de cette "famille".

Même si le ton est léger, il n'en demeure pas moins que l'enquête démontrera que la politique y est mêlée. C'est très bien ficelé et je n'ai jamais réussi à savoir ce qu'il en était avant les révélations.

Je ne connaissais pas l'autrice avant de la découvrir avec ce titre mais je dois bien avouer qu'elle maîtrise très bien le genre et qu'il lui va à la perfection. D'ailleurs, ayant bien failli devenir elle-même secrétaire particulière adjointe de Sa Majesté, on sent qu'elle connaît son sujet à la perfection.

Tout est clair et bien mené. Tout est parfait. J'ai a-do-ré.

Il me tarde d'ailleurs de lire son prochain titre, même si j'ai quelques appréhensions. Arrivera-t-elle à se renouveler pour que le lecteur n'ait pas cette impression de déjà-vu ?

En attendant, je vous conseille de tenter celui-ci qui est très bon et vous fera passer un très bon moment de lecture en cette période peu estivale...


Badge Lecteur professionnel        Badge Critiques à la Une

mercredi 14 juillet 2021

Notre Dame des Loups

 



Auteur : Adrien Tomas
Editions : Mnémos (2014)
Nbre de pages : 133





Présentation de l'éditeur :

En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.

A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.


Mon avis :

Parfois, il y a des romans que l'on traîne à sortir de sa PAL papier ou numérique. J'ai ce titre depuis des années et je me disais toujours que je le lirai... plus tard...

Mais quelle erreur énorme ai-je faite !

Ce roman, s'il erre sur vos étagères, ne mérite pas d'y traîner dedans (sauf pour le conserver précieusement après lecture).

Je me suis laissée emporter, durant une journée, au coeur de la forêt américaine, aux côtés de Veneurs chassant les wendigos avant d'être chassés eux-mêmes. Leur but est bien sûr d'atteindre la Reine de la Meute si je puis dire, Notre Dame des Loups.

Mais quelle aventure pour arriver jusqu'à elle.

7 Veneurs. 7 chapitres leur étant dédié et un final rebondissant de surprises qui vous met à plat.

Ma première surprise est arrivée à la fin du premier chapitre. Choc. Total. Brutal. Je ne m'y attendais pas.

Vient le second. Même chose. Puis le troisième et là... impossible de m'arrêter.

Laure, tu es prise dans les rets de l'auteur. Tu ne t'en sortiras qu'en finissant ce livre.

Et me voilà ingurgitant les pages, les chapitres, les révélations sans m'en rendre compte. Hypnotisée par ce que je découvrais. Eberluée par ce qu'il se passait avec ces Veneurs...

Difficile d'en dire plus sachant que ce roman est très court mais quelle profondeur malgré les 133 pages.

Je me suis régalée et j'ai dévoré ce livre alors même que cela ne m'arrive quasiment plus. N'est-ce pas le signe qu'il avait tout pour me plaire et de sa qualité ?

Si vous aussi vous avez besoin de vous sortir d'un quotidien basique, qui vous ennuie au plus haut point. Que vous avez envie de lire un peu de fantastique avec des Veneurs un brin cow-boy au fin fond de l'Amérique, n'hésitez pas à découvrir ce roman de Adrien Tomas. Il ne vous prendra que quelques heures de lecture mais vous serez marqué pour un petit moment et jamais vous n'oublierez ces Veneurs exceptionnels et très étonnants.