mercredi 28 septembre 2016

La musique des ténèbres

Auteur : Eric Bony
Editions : City (2016)
Nbre de pages : 348

Présentation de l'éditeur :
Un scientifique se jette par la fenêtre de son appartement parisien. Sur son torse, on découvre des lettres gravées à l’encre sanglante, un message destiné à Thomas Cazan, le journaliste spécialisé dans les affaires étranges.
Au même moment, un autre chercheur est retrouvé mort devant l’immeuble où habite sa fille Agnès. Ce vieil excentrique, mis au ban de la communauté scientifique, s’était toute sa vie passionné pour une ancienne partition de musique qui aurait le pouvoir de tuer…
C’est le début d’une étrange aventure pour Thomas et Agnès qui décident de collaborer pour lever le voile sur les circonstances de ces morts tragiques et mystérieuses. Une enquête au cours de laquelle sociétés secrètes, multinationales et scientifiques sans scrupules n’hésiteront pas à faire couler le sang pour s’approprier le secret de la « musique des ténèbres »…


Mon avis :

Après ma déconvenue avec Le détour, j'étais à la fois curieuse et un peu stressée de découvrir ce titre là. Allais-je avoir une nouvelle déception ou bien ce roman allait-il me rendre zinzin par son côté ésotérique ?

Le bilan est plutôt positif parce que j'ai quand même dévoré ce bouquin en moins de deux jours.

L'histoire est intéressante à découvrir et les personnages sont vraiment géniaux à suivre, surtout Thomas pour qui j'ai eu un vrai coup de coeur.

Le prologue nous met de suite dans l'ambiance avec un inquisiteur qui fait la chasse à la plus grande sorcière de l'époque (nous sommes alors au 14ème siècle à Carcassonne) puis nous revenons à notre époque (2015) au moment où un très grand scientifique se suicide en se défenestrant...

Autant dire que le rythme est donné dès le départ et que le lecteur est plongé dans une ambiance plutôt sombre mais surtout très énigmatique.

On ne sait pas qui ou quoi entraîne ces décès successifs qui ne ressemblent pas, aux yeux de la police, à des meurtres.

Mais c'est sans la ténacité et la curiosité d'Agnès et de Thomas qui vont mener leur propre enquête pour savoir pourquoi ces hommes sont morts mais surtout quelle corrélation il pouvait y avoir entre eux.

Si Agnès est une journaliste très pragmatique, Thomas, lui, est un personnage que j'ai adoré parce qu'il garde l'esprit très ouvert. Ce n'est pas pour rien qu'il investigue dans les sciences parallèles mais c'est surtout son humour débordant dans les situations critiques qui a fait fondre mon petit coeur.

Parce que les méchants, dans ce thriller, n'y vont pas par le dos de la cuillère. Ils n'hésitent pas à y aller franco et certaines scènes sont... beurk !!! Mais au lieu de me rebuter, cela aiguisait ma curiosité de connaître leur motivation pour agir de la sorte et la fin de la première partie m'avait bien mis dans le bain, au point que j'ai très vite enchaîné les autres parties.

Mais, parce qu'il y en a quand même un, j'ai été aussi un peu déçue de constater qu'il m'a manqué quand même un chouia d'ésotérisme pur. Et là, je m'explique...

L'auteur va nous faire découvrir une partie de la médecine parallèle en cela qu'il n'y a pas d'utilisation de produits "toxiques" pour soigner certains maux. Comme on voit l'homéopathie ou l'hypnose prendre de plus en plus d'importance dans les soins, ici ce sera la musique qui aura sa place. Mais pas que...

En effet, l'auteur ne se contente pas que de cela. Il use également d'un traitement qui a été réellement tenté en 1960 par Antoine Priore. Et là, je n'en dirai pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue.

Ce côté réel qui se mélange à la fiction est très intéressant mais le prologue me laissait penser que j'allais entrer dans un thriller ésotérique et même si dans l'ensemble j'ai aimé ce roman et qu'effectivement on retrouve ce que l'inquisiteur a récupéré lors de sa chasse à la sorcière en 1358, j'attendais un roman fait différemment.

De plus, j'ai bien failli arrêter ma lecture en début de seconde partie lorsque je me suis rendue compte d'une erreur entre la fin de la première partie et le début de la seconde. Et je me suis demandée si l'auteur ou les correcteurs avaient relu correctement ce roman.

En effet, en page 104, alors qu'Agnès tente de s'échapper, elle rencontre Thomas pour la première fois. A ce moment là, il est noté "elle se retourna instinctivement et aperçut un jeune homme qui s'avançait vers elle..." (on parle ici de Thomas et non pas du tueur). Mais en page 120, l'auteur indique, au moment où Agnès explique à Thomas ce qui se passait avant leur rencontre : "... quand il m'a vue, il a voulu s'en prendre à moi. J'ai couru pour lui échapper et c'est là que je vous ai heurté." (!!!)

Mais qu'est-ce que c'est que ça ???!!!

A aucun moment Agnès n'a heurté Thomas. La scène en fin de première partie ne s'est pas du tout déroulée de cette façon et franchement, je suis peut-être tatillonne, mais en lisant des centaines de romans par an, j'estime quand même que les auteurs ou du moins les correcteurs devraient vérifier que tout soit plausible pour que le lecteur ne tombe pas sur de telles erreurs... Au prix des livres, c'est scandaleux.

Du coup, même si le livre me plaisait, je me disais que si une autre erreur se trouvait dans le bouquin, cela ne le rendait pas crédible à mes yeux et que j'en arrêterai la lecture. Heureusement, ce ne fût pas le cas.

Du coup, "La musique des ténèbres" me laisse un souvenir intéressant d'un ouvrage qui se laisse découvrir et qui mérite que l'on s'y penche dessus, surtout pour le côté scientifique que l'on ne connaît pas (et notamment l'affaire Priore). Par contre, le côté ésotérique n'est pas vraiment mis en avant ou en tout cas, pour moi, ce n'est pas assez poussé et si certaines scènes sont un peu difficiles, je n'ai pas eu non plus la grande montée d'adrénaline recherchée. Mais, pour autant, j'ai tellement aimé le personnage de Thomas et son humour débordant que je me laisserai bien tenter par le prochain titre de l'auteur, à la condition toutefois que les erreurs comme j'ai pu en rencontrer ici soient occultées dès le départ. Je suis exigeante avec mes lectures et quand j'aime un roman ou un genre, je veux que ce soit parfait et là malheureusement ce ne fût pas totalement le cas.

Du coup, si vous vous penchez sur ce roman, je pense que vous devriez passer un bon moment de lecture parce que l'histoire et les personnages sont intéressants et accrocheurs. Il y a quelques défauts mais l'ensemble vaut le coup de la découverte.

lundi 26 septembre 2016

Flow (T2)

Auteur : Mikaël Thévenot
Editions : Didier Jeunesse (2016)
Nbre de pages : 219

A paraître le 3 octobre 2016


Présentation de l'éditeur :
De retour en France, Josh est encore sous le choc de la découverte qu’il a faite aux Etats-Unis. Avec l’aide de son ami Alex et celle de Kyle, un ancien agent du FBI, il va poursuivre son enquête à New-York. Mettant au service de sa mission ses pouvoirs de télépathe, il ne reculera pas devant les dangers qui l’attendent !


Mon avis :

Voilà la suite et fin de Flow. Un ouvrage destiné aux adolescents dont le premier volet m'avait bien plu et dont la fin m'avait rendu curieuse de connaître la suite.

J'ai donc retrouvé avec envie Josh et Alex qui n'en démordent pas et vont tout faire pour avoir le fin mot de toute cette histoire.

Josh ayant été fortement perturbé par ce qu'il a vu en fin de tome 1, il est de plus en plus empressé pour retourner aux Etats-Unis et découvrir ce qu'il en est réellement.

On est pris dans l'ambiance et dans cette course que mène Josh et son ami et j'ai passé un très bon moment en leur compagnie.

L'ensemble est vraiment très bien conçu et Mikaël Thévenot a su me rendre addict de son ouvrage de bout en bout.

Il y a toujours ces quelques échanges en anglais qui rendent la lecture encore plus réaliste et vivante et que j'apprécie tout particulièrement. Par contre, tout comme pour le premier tome, je me dis que selon le niveau de l'enfant qui lira ces livres, une traduction en bas de page sur ces passages ne seraient pas de trop.

Pour le reste, il n'y a vraiment pas grand'chose à dire tant le Flow est surprenant et amène à une réflexion plus profonde quant à son utilisation...

Bien sûr, on reste dans de la fiction et certains passages sont un peu faciles (surtout vers la fin) mais j'ai occulté ce côté là pour ne garder que le meilleur parce que, pour un tout premier roman de l'auteur, je l'ai trouvé très intéressant et prenant.

C'est extrêmement bien écrit et les personnages sont très attachants. J'ai trouvé juste un peu dommage que les parents soient mis un peu trop de côté mais c'est justement mon côté parent qui ressort...

En bref, ce second tome de Flow est davantage prenant que le tome précédent vu que l'on entre de suite dans l'action pour ne jamais en sortir. Il y a quelques facilités qui risquent de faire tiquer les adultes mais nos ados, eux, ne s'y tromperont pas. Il y a tout ce qu'ils aiment dans cette duologie : des liens forts d'amitié, du fantastique, de l'action avec des personnages qui ne lâchent rien. C'est un suspense fantastique très bien mené et rythmé et une très bonne découverte, en ce qui me concerne. Je vous le conseille que vous soyez jeune ou pas.

jeudi 22 septembre 2016

Challenge d'automne 2016


Me revoilà avec un challenge personnel que je fais depuis maintenant un peu plus d'un an. Même si je n'honore jamais jusqu'au bout les lectures que je m'impose, cela me permet quand même de vider ma bibliothèque des ouvrages qui y traînent depuis trop long (par ma faute bien sûr...).

Pour le challenge de cette saison, j'ai décidé de réduire le nombre pour ne mettre que 5 titres mais dont la taille est imposante puisque je n'y ai mis que des pavés de plus de 500 pages et forcément déjà 3 titres que je n'ai toujours pas lu alors qu'ils étaient dans mes précédents challenges (printemps et été). Il est grand temps qu'ils en sortent...

Mon challenge part à compter  du 22 septembre jusqu'au 20 décembre.

Je croise les doigts et les orteils pour enfin parvenir à le finir dans les temps...

Et voilà les monstres que je veux absolument découvrir et vous faire découvrir :




 Rendez-vous le 20 décembre, pour voir si j'aurais réussi enfin mon challenge saisonnier... ou pas.

mercredi 21 septembre 2016

Le détour

Auteur : S.A. Bodeen
Editions : Michel Lafon (2016)
Nbre de pages : 248


Présentation de l'éditeur :
À 17 ans, Livvy Flynn est LA romancière à succès d'une série fantastique pour adolescents, adulée par des millions de lecteurs. Et puis, il a suffi d'une mauvaise indication du GPS, d'une seconde d'inattention sur une route cabossée, dans un coin perdu... 
Lorsqu'elle reprend conscience, Livvy découvre avec horreur qu'elle est retenue prisonnière dans la cave d'une ferme, isolée au milieu de nulle part. Ses ravisseuses, une mère et sa fille désaxée, lui en veulent et exigent des excuses. Mais pourquoi ? Fans dérangées ou rivales envieuses ? Livvy devra vite comprendre la raison de ce piège si elle veut s'en sortir. Car le temps presse, et ce détour pourrait bien s'avérer fatal.


Mon avis :

J'étais trèèès curieuse de découvrir ce titre parce qu'apparemment il faisait penser à un roman de Stephen King, Misery, que je n'ai pas lu. Honte à moi !

D'un autre côté, je pense que si j'avais lu le Stephen King, ma découverte aurait été encore plus plate et inintéressante que ce qu'elle le fut ici.

Parce que malheureusement, malgré un résumé alléchant qui laisse penser des heures de suspense et d'angoisse haletants, je n'ai rien ressenti sinon de l'antipathie pour cette chère Livvy.

L'histoire n'est pas véritablement stressante et même si certaines scènes peuvent être peu ragoutantes, l'ensemble n'offre absolument pas les montées d'adrénaline que j'attendais.

S'ajoute à cela un personnage principal exécrable que j'ai purement et simplement détesté par sa façon trop hautaine de voir les choses.

Parler de Livvy, c'est comme faire le portrait d'une gamine qui a tout, qui estime que tout lui est dû et que de toute façon elle finira par avoir le dernier mot.

Bon, tout ne tourne pas exactement comme elle l'espère mais sa façon de penser m'a vraiment mis les nerfs à rude épreuve.

Arrivée à la moitié du livre, je n'étais même pas sûre de continuer pour le terminer tellement je l'avais en horreur.

Et malgré ses explications pouvant rendre le coeur du lecteur un peu plus sensible à son égard, cela ne m'a pas suffit pour comprendre sa façon de penser !!!

Pour moi, Livvy est une vraie peste !

Du coup, il m'a été difficile d'entrer davantage dans ce roman et d'y voir les bons côtés.

L'épilogue est certes surprenant et peut faire penser qu'une suite peut arriver. Mais s'il y a une suite et je dis bien "si", je ne m'y lancerai sûrement pas dedans. Livvy a eu raison de mes nerfs et je ne compte pas renouveler l'expérience.

Pour moi, cette lecture a été une totale déconvenue, tant du côté du thriller que du côté des personnages. Ni l'un ni l'autre ne m'ont apporté ce que j'attendais dans ce genre de roman et c'est bien dommage.

lundi 19 septembre 2016

Les jumelles

Auteur : Claire Douglas
Editions : Harper Collins (2016)
Collection : Harper Collins Noir
Nbre de pages : 341


Présentation de l'éditeur :
Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble…
Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée ? mais l’est-elle vraiment ? par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison… 

Thème romanesque par excellence, la gémellité est ici abordée sous l’angle d’un suspense psychologique prenant qui joue des aspects les plus sombres de cette relation fusionnelle, dangereuse, et qui les révèle sans tabous.


Mon avis :

Cela fait quelque temps que j'ai très envie de lire des thrillers. Cela doit sûrement venir du temps qui se fait un peu plus maussade chaque jour... L'automne approche quoi ! Et pour moi, c'est la saison idéale pour se donner une bonne dose d'adrénaline.

Du coup, je me suis jetée sur ce roman de Claire Douglas qui me faisait de l'oeil depuis qu'il avait atterri chez moi et puis quand on voit une couv' aussi engageante, franchement, il ne faut pas faire la difficile : "l'une est morte, l'autre ment" ! On se dit forcément que ce bouquin va être génial.

Et je ne me suis pas trompée sur mon premier ressenti parce que j'ai passé un super moment avec ce thriller psychologique.

Comme à mon habitude, je ne perdrai pas de temps à vous refaire un topo de l'histoire alors que le résumé de l'éditeur est amplement suffisant.

Ce que vous avez besoin de savoir en revanche, c'est qu'avec ce roman vous allez en voir des vertes et pas mûres parce que vous n'allez jamais savoir qui ment et pourquoi. Bon enfin, si forcément à la fin vous le saurez mais quand on en est à la moitié du bouquin et qu'on est totalement perdu par ces personnages et ce qui se passe, on en perd son latin et même son cerveau.

J'ai vraiment halluciné parce que je ne savais pas qui pouvait dire la vérité : Abi, qui a perdu sa soeur mais qui est sous antidépresseurs et qui a développé une paranoïa ? ; Béa qui la convie à venir vivre chez elle avec son frère jumeau parce qu'elle ressent une certaine détresse chez Abi ? Et ce Ben, alors, cache-t-il quelque chose derrière son apparente gentillesse ? Que dire des autres colocataires de la maison... ?

Vous le voyez en quelques lignes, ce roman vous plonge dans une pagaille psychologique dans laquelle vous n'êtes même pas sûr de sortir indemne.

J'ai cru que j'allais vraiment perdre ma raison et pourtant certains détails disséminés ici et là mettent un peu la puce à l'oreille mais le lecteur est tellement pris dans l'engrenage que l'on ne s'en aperçoit même pas.

Mis à part la relation très particulière entre Béa et Ben qui me chiffonnait, je n'étais même pas certaine de pas psychoter sur eux et voir du mal là où il n'y en avait pas.

En bref, ce roman est une vraie pépite "thrillersque" que je vous recommande fortement parce que non seulement vous allez vous embarquer dans une histoire démente mais en plus il s'agit d'un page-turner exceptionnel.


vendredi 16 septembre 2016

Daringham hall : L'héritier (T1)

Auteur : Kathryn Taylor
Editions : L'Archipel (2016)
Nbre de pages : 277


Présentation de l'éditeur :
Daringham Hall, un manoir cossu sur la côte Est de l’Angleterre où vit la famille Camden, qui vient juste de recevoir le courrier d’un avocat. Ce dernier prétend que son client, Ben Sterling, un jeune entrepreneur américain ayant fait fortune dans les nouvelles technologies, est le fils de Ralph, le patriarche du clan Camden…
Cette révélation sème la stupeur à Daringham Hall. Ben a en effet l’intention de récupérer ce qui lui est dû : une partie de la fortune familiale mais, surtout, le titre de baron, qui échoit au premier héritier mâle.
Le jour où Ben décide de se rendre sur place pour affronter « sa » famille, il est victime d’une double agression, qui le laisse amnésique.
Il est alors recueilli par Kate, la vétérinaire locale, qui tombe sous son charme. Grâce à elle, il fait la connaissance des différents membres du clan, avec qui il sympathise.
Mais quand son associé, qui s’était lancé à sa recherche, fait soudain irruption, Ben retrouve la mémoire, et la raison de sa présence à Daringham Hall…


Mon avis :

L'héritier est le premier tome d'une trilogie que j'ai dévoré en un peu plus d'une journée.

Je ne referai pas de résumé, vu que la présentation de l'éditeur en dit largement sur les personnages et l'histoire.

Lorsque je me suis lancée dans ce livre, j'attendais une histoire simple, suffisamment prenante avec des personnages accrocheurs, et c'est exactement ce que j'ai eu.

Même si l'histoire en elle-même est assez basique et qu'il n'y a rien d'exceptionnel pour en faire le livre de l'année, il n'en demeure pas moins que ce premier tome de Daringham Hall a su me scotcher à lui, au point que je n'arrivais pas à le lâcher pour faire autre chose.

Pourtant, les personnages sont assez clichés et l'histoire est un peu du déjà vu mais j'étais tellement bien dans la narration, dans la romance et j'étais tellement curieuse de voir comment les Camden allaient réagir à l'arrivée de cet héritier que j'ai occulté tout les défauts pour ne garder que le meilleur.

Bien sûr, on est loin d'avoir l'ensemble des réponses vu qu'il s'agit d'une trilogie mais je peux déjà vous dire que je suis très curieuse d'avoir la suite pour savoir si mes déductions sont bonnes ou pas...

Les personnages eux sont intéressants (surtout Kate et Ben) et on y découvre des secrets bien gardés par les uns et les autres, en dehors de l'histoire de Ben Sterling...

Autant dire que Kathryn Taylor ne s'est pas juste contentée de baser son intrigue sur un seul personnage mais sur plusieurs ce qui donne au lecteur l'envie sans cesse renouvelée de poursuivre pour savoir le vrai du faux.

La plume est très agréable parce que fluide et facile. C'est une lecture sans prise de tête que l'on fait entre deux livres plus exigeants par exemple pour, tout simplement, se changer les idées et passer un bon moment.

En bref, ce premier tome de Daringham Hall a été une découverte bien sympathique que je ne regrette pas d'avoir faite et que je vous recommande si vous avez besoin d'un livre-détente pour bouquiner sans trop réfléchir. Le genre de livre qui fait du bien parce qu'on ne se prend pas la tête avec. J'ai passé un super moment et j'en suis ravie.


mercredi 14 septembre 2016

Dans la chaleur de l'été

Auteur : Vanessa Lafaye
Editions : Belfond (2016)
Nbre de pages : 384


Présentation de l'éditeur :
Heron Key, Floride, 1935. 
Depuis le départ d'Henry en 1917, parti rejoindre les troupes Alliées en France, Missy Douglas n'a jamais cessé de penser à lui. Dix-huit ans plus tard, après avoir survécu à l'enfer et erré en Europe, Henry rejoint enfin son village. Mais l'homme n'a plus rien du garçon désinvolte de l'époque. Pourtant, Missy le sait : elle seule peut le sauver de ses démons... 
Mais le retour des vétérans n'est pas du goût de tout le monde : qui sait si ces hommes désociabilisés, potentiellement violents, ne représentent pas un risque pour la société ? Parqués dans un camp insalubre, Henry et ses compagnons d'armes cristallisent autour d'eux les plus folles rumeurs... 
Et la tension monte d'un cran lors des célébrations du 4 Juillet. Là, sur cette plage scindée entre noirs et blancs, les festivités prennent une tournure tragique : une bagarre éclate ; peu après, la femme du shérif est retrouvée battue et violée. Et un nom revient sans cesse : Henry. 
Missy, elle, refuse d'y croire. Et pour aider l'homme qu'elle aime depuis l'enfance, la jeune femme va déployer un courage extraordinaire. Et se mettre en grand danger. 

Mais dans le lointain, un terrible ouragan menace, qui pourrait changer à jamais Heron Key et ses habitants, et mettre en péril le lien entre Missy et Henry...


Mon avis :

Une chose est sûre : je n'oublierai jamais ce roman.

Premier titre de l'auteur et autant vous dire que Vanessa Lafaye a fait de ce livre une petite pépite qui marquera le lecteur pendant longtemps.

Je pensais pouvoir le lire durant les mois de juillet-août mais, malheureusement, je n'en ai pas eu le temps. Du coup, je me suis décidée à me poser vraiment avec lui en fin de semaine dernière et j'ai bien fait parce que ce premier roman de l'auteur m'a vraiment touchée.

On va rencontrer tout un tas de personnages marquants.

Qu'ils soient Blancs ou Noirs, leur vie va véritablement basculer lors de cet ouragan qui va frapper la Floride un 4 Juillet 1935.

Si le début est un peu lent, cela permet tout simplement de faire connaissance avec chaque protagoniste de l'histoire et de voir les relations qu'ils ont entre eux. Que ce soit d'ailleurs entre Blancs et Noirs mais aussi au sein d'une même famille ou d'une même "communauté".

Et là, vous allez faire la connaissance d'Henry (un homme revenu de France après avoir combattu dans les tranchées lors de la Grande Guerre) et de ses soldats. Il y aura aussi Missy (une jeune femme amoureuse de Henry qui était bien jeune lorsqu'il est parti. Mais ses sentiments envers lui n'ont pas changé d'un pouce), Selma et la fameuse Mama et puis il y a des Blancs comme Doc Williams (un ancien soldat lui aussi qui a vécu le pire) Hilda et Nelson, principalement, mais aussi d'autres couples blancs qui forment un groupe très soudé.

Dans la chaleur de l'été, c'est l'histoire de Heron Key, une petite ville du Sud de la Floride, qui va être le théâtre d'une véritable tragédie.

Non seulement nous allons "voir" comment ces soldats (Noirs ou Blancs) ont été parqués dans un quartier insalubre pour construire un pont reliant Heron Key au continent américain, mais on va aussi sentir la tension qui ira crescendo entre ces Noirs qui ont vécu une vie tellement différentes dans leurs rapports avec les français, que le retour dans un pays ségrégationniste leur est difficile. Surtout pour Henry.

Quand on ajoute à ces problèmes de racisme, une météo qui ne s'arrange pas au fur et à mesure que les heures et les jours passent, on en vient forcément, à un moment donné, à un véritable désastre que l'on vit avec horreur, angoisse et beaucoup de peine.

Le racisme à l'endroit de ces hommes revenus d'une guerre en espérant être reconnus par le Gouvernement mais aussi par le peuple blanc américains n'est pas prêt de disparaître aussi vite.

Et c'est là la désillusion de Henry...

Je n'en dévoilerai pas plus pour vous permettre d'entrer dans cet ouvrage avec le minimum d'informations pour ne pas vous gâcher cette très belle découverte littéraire.

Il faut juste savoir que Vanessa Lafaye a écrit un roman sur des bases historiques et météorologiques réelles. L'ouragan qu'elle décrit et les conditions de vie des soldats mais aussi les rapports qu'ils ont avec les Blancs de Heron Key se sont vraiment déroulés.

Cela crée une ambiance encore plus pesante et plus sombre que le lecteur n'est pas prêt d'oublier.

L'écriture est fluide et très agréable à lire. Le roman se lit très vite, même si, de mon côté, j'ai voulu prendre mon temps pour le découvrir.

En bref, Dans la chaleur de l'été est encore un roman chez les Editions Belfond qu'il faut absolument lire pour qu'une partie de l'histoire américaine et des soldats de Heron Key ne soit pas oubliée ou du moins soit davantage connue.