vendredi 11 août 2017

Tout plutôt qu'être moi

Auteur : Ned Vizzini
Editions : 10/18 (2017)
Nbre de pages : 429

RENTREE LITTERAIRE 2017
A paraître le 17 août 2017



Présentation de l'éditeur :

Comme beaucoup d’adolescents, Craig est bien décidé à réussir sa vie. Il intègre l’une des plus prestigieuses prépas de New York, de celles qui font de vous un homme et assurent votre avenir. Seulement, au bout d’un an, il ne mange plus, ne dort plus, n’arrive plus à se lever, pense sans arrêt à ses devoirs, ses exams et à la jolie copine de son meilleur ami. Pour faire front à tout ça, il ne trouve d’autre solution que de fumer de l’herbe en glandant pendant des heures. Craig est pris dans une spirale d’anxiété, d’inquiétudes, de peurs qui l’acculent et le paralysent. Comment en est-il arrivé là ?



Mon avis :

Ce roman a été d'abord publié aux Editions La Belle Colère que j'ai connues il y a peu en lisant Nous, les déviants que j'ai adoré.

Dans Tout plutôt qu'être moi, on va faire la connaissance d'un adolescent de 15 ans, Craig, extrêmement intelligent et ayant réussi le concours de la meilleure prépa de New York qui lui ouvrira les portes de Wall Street.

Malheureusement, après avoir réussi le concours d'entrée dans cette école prestigieuse, Craig tombe petit à petit dans la dépression et nous allons suivre son parcours que j'ai beaucoup aimé lire.

Autant dire que je pensais avoir affaire à un roman qui me plomberait le moral avec un adolescent qui tomberait bien bas et qui aurait du mal à remonter la pente.

Je pense que si cela avait été le cas, mon cœur de maman ne l'aurait pas supporté.

Or, j'ai été très surprise de constater que ce livre se lit avec une facilité déconcertante, d'autant qu'il est bourré de petits moments drôles et touchants.

Craig est un gamin qui se pose tellement de questions sur sa vie après l'école qu'il s'en rend littéralement malade. Le fait d'être entré dans cette école prestigieuse va le bouffer de l'intérieur.

Et là, en tant que parent, je me suis surtout rendue compte à quel point ces écoles de prépa pouvaient être un enfer pour nos gamins. Toujours être au top, le meilleur parmi les meilleurs est un sentiment tellement difficile à porter que j'avoue que pour un gamin de 15 ans, ça ne doit pas être évident du tout.

J'ai vécu cette lecture avec d'autant plus d'angoisse que ma fille souhaitait faire une classe de prépa ingénieur et qu'une de ses copines est entrée dans l'une d'elle depuis cette année...

Les difficultés sont là et bien là. C'est un sujet sensible parce qu'on parle d'élite et qu'on ne touche pas à ces écoles si bien notées.

Pourtant, la vie que mène les élèves est loin d'être idéale et il faut un moral d'acier et une santé de fer pour tenir la barre.

Craig nous explique très bien ce qui l'angoisse et il devra prendre sa décision pour arriver à se sortir de ce cercle infernal. Pas facile lorsque l'on a 15 ans, que l'on a bossé tellement dure pour accéder à ce genre d'école.

Faut-il continuer au risque que la santé se détériore d'autant ? Peut-on envisager une autre carrière que celle que l'on s'était fixé tout simplement parce que le cerveau ne fonctionne pas comme on le voudrait ? Comment vont réagir les parents ?

Autant de questions, autant de pression.

Tout plutôt qu'être moi est un excellent roman qui parle d'un sujet que l'on aborde peu : la dépression chez l'adolescent. Mais c'est tellement bien mis en avant, tellement bien mené par une écriture simple, drôle, très fluide et accrocheuse qu'à aucun moment je ne me suis sentie abattue.

Ned Vizzini a fait un roman très beau, très drôle et très touchant avec un personnage que j'ai adoré suivre durant ces 400 pages.

La rentrée littéraire, cette année, nous propose vraiment des livres de qualité, et chez 10/18, avec ce titre là, j'en fais même un joli coup de cœur et je vous le conseille fortement.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire