dimanche 3 septembre 2017

Les supplices de la passion

Auteur : Marc Gouraud
Editions : Edilivre (2014)
Nbre de pages : 231



Présentation de l'éditeur :
Julie Fronsac vient de réaliser son rêve : intégrer l’équipe du Commandant Philippe Dumas au sein de la brigade criminelle de Toulouse. Philippe Dumas est plus qu’un simple flic, presque une légende. Spécialisé dans la traque des pires criminels et la résolution des affaires les plus sordides, le Commandant Dumas a pour lui un palmarès forçant le respect. Mais Julie va devoir composer avec les multiples facettes de son énigmatique chef.
Flic aux méthodes plus que douteuses, amant au pouvoir de séduction fascinant et homme brisé par son passé : Julie découvrira son idole sous un tout autre jour.
Quand un terrible prédateur s’abat sur la ville rose, les heures sont comptées pour faire cesser les abominations du fou sanguinaire. Des heures qui vont plonger Julie dans l’horreur et la mener vers une vérité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer !




Mon avis :

Ayant pu lire beaucoup d'excellents avis sur ce roman que j'ai acheté il y a quelques mois sur Feedbooks, j'ai eu envie de m'y plonger pour voir ce que cela donnait.

Contrairement à beaucoup de personnes et même si la plume de l'auteur n'y est pour rien, j'ai passé un bon moment mais certaines choses m'ont gênée.

Concernant les personnages, j'ai plutôt bien accroché qu'il s'agisse de Julie ou de Philippe; je trouvais que le couple qu'ils formaient était sympa à suivre, surtout qu'ayant vécu quelques mois une idylle un peu compliquée, ils ont de quoi nous fournir pas mal de choses sur l'un et sur l'autre. Surtout sur Philippe, d'ailleurs.

Mais Julie n'est pas en reste non plus et c'est à travers ces réminiscences qu'on va apprendre à la connaître plus en... détails...

Si les meurtres décrits dans ce roman sont totalement abjectes et peuvent donner quelques nausées (surtout ne le lisez pas juste après ou avant de manger), j'ai trouvé aussi que l'auteur poussait un peu loin par moment.

Je me suis dit aussi que si un détraqué lisait ce livre, on serait mal barré pour la suite ! 😛

Et en même temps, malgré ces détails très sordides sur ce que fait subir le tueur à ses victimes, je me disais qu'il me manquait un petit quelque chose pour que l'horreur soit à son comble. Marc Gouraud décrit un peu ce qu'il fait subir à ces femmes mais les détails en médecine, comme on peut en trouver chez d'autres auteurs de ce genre, sont un peu légers et j'aurais aimé que cela aille un peu plus loin. Je ne sais pas comment arriver à vous expliquer ce que j'attendais parce que j'ai moi-même un peu de difficulté à le comprendre !

Mais bref ! Ici les meurtres se succèdent mais n'allez pas croire qu'ils sont sans lien parce qu'il y en a bien un et de ce côté là, j'ai eu beau me creuser les méninges, je n'ai jamais réussi à trouver le coupable. Et pourtant...

Marc Gouraud sème par-ci par-là des petits détails qui devraient nous mettre la puce à l'oreille mais pris dans l'engrenage des histoires des uns et des autres en plus de l'enquête, on n'y fait pas attention, tout simplement.

Le personnage de Julie est intéressant à suivre, tout comme d'ailleurs celui de Philippe qui est très amoureux de cette femme mais qui est aussi très jaloux. Malgré leur différence d'âge (15 ans il me semble), cette passion le dévore de l'intérieur depuis que Julie a mis un terme à leur relation.

On va donc vivre une histoire de meurtres avec un couple de flics intimement lié à un moment donné, dont la relation est compliquée et qui bossent ensemble puisque Philippe est le chef direct de Julie. Cela va être un peu compliqué par moments surtout que Philippe est très porté... sexe !

Et là, j'avoue que j'aurais aimé que toutes les connotations sexuelles que fait Philippe durant le livre soient moins importantes. Au bout d'un moment, c'est lourd et pénible à lire. On finit par se dire qu'il va nous sortir encore une mauvaise blague dans laquelle le sexe sera forcément là. J'ai trouvé ça dommage mais, en même temps, cela démontre avec brio son obsession pour cette femme...

On va aussi avoir des souvenirs de Julie dans lesquels on va en apprendre aussi sur sa vie sexuelle... et j'avoue que je n'ai pas trop compris ce que cela pouvait apporter à l'enquête... sauf à dire que l'on va connaître bien en profondeur ce personnage. Est-ce important pour la suite ? Je n'en sais rien. En tout cas, ici, je ne vois pas ce que cela apporte mis à part vis-à-vis d'un personnage et encore. Le lecteur n'est pas non plus obligé de tout savoir excepté si l'auteur envisage de faire une nouvelle intrigue qui pourrait porter sur ce personnage.

Il y a donc eu des moments de flottement pour moi, entre deux crimes. Des moments où je me sentais extérieure à ce qui se déroulait parce que cela ne m'intéressait pas.

Pourtant, j'ai hurlé de rage lorsque le livre a bugué et est passé de la page 118 (où j'avais une révélation) et la page 178 !!!! Horreur !!!! J'ai été obligée de lire autre chose en attendant que le site sur lequel je l'avais acheté veuille bien me répondre sur le problème que je rencontrais pour y revenir quelques jours plus tard en constatant que les pages étaient revenues... D'ailleurs, cela dit en passant, Feedbooks n'a jamais répondu à mon souci... 😡

Donc, malgré des petits bémols, reprise de ma lecture pour ne plus la lâcher avant la fin, et en espérant que l'ebook ne me fasse plus défaut.

Et c'est là que j'ai commencé vraiment à me dire que ce personnage pouvait être le coupable, ou bien celui là. Mais pour certains ça ne pouvait pas coller... Alors, j'ai cherché, j'ai creusé et j'en suis arrivée à la fin où là j'ai été scotchée et je me suis dit : "ben oui ! Mais c'est bien sûr !"

Et là toutes les pièces se mettent en place, se dévoilent et on se dit que malgré ses défauts, Les supplices de la passion est quand même bien mené mais surtout bien écrit. Le seul bémol du côté de l'écriture réside dans le fait qu'il y a un médecin légiste italien et que l'auteur change les "u" en "ou" mais cela ne se fait pas sur tous les mots en "u". Et là, j'ai tiqué. Quand on entend un italien parlé, effectivement, la prononciation de cette lettre diffère mais c'est sur l'ensemble des mots et non pas uniquement sur certains. C'est la seule chose qui m'ait contrariée dans l'écriture de ce roman.

Mis à part ce petit détail (oui je sais je suis tatillonne), j'ai beaucoup aimé l'écriture de Marc Gouraud qui est autant agréable que fluide, prenante et stressante quand il le faut. Je me suis aussi pas mal attachée à Julie et vu comment cela se finit, je sais que je lirai le nouveau titre de l'auteur La justice des fous. Je ne sais pas si je l'achèterai sur le même site que Les supplices de la passion parce qu'avouez que ce n'est pas folichon d'être coupé en pleine lecture, surtout à un moment fort de l'histoire mais je l'achèterai avec plaisir.

En bref, Les supplices de la passion est bon thriller qui sait donner de l'adrénaline avec des personnages que l'on suit avec plaisir et angoisse. J'ai passé un bon moment avec, même si j'ai eu un peu de mal au départ, le temps que cela se mette en place. Après, passé la moitié du roman, je n'ai plus pu le lâcher. Marc Gouraud est un auteur qui mérite que l'on découvre ses romans et je vous invite à faire de même, surtout qu'à 2€ le livre numérique, on ne se ruine pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire