mardi 5 septembre 2017

Wanda

Auteur : Madeleine Mansiet-Berthaud
Editions : Presses de la Cité (2017)
Nbre de pages : 457


Présentation de l'éditeur :
En Australie, au XXe siècle. La destinée bouleversante de Wanda, née d'une mère aborigène et d'un père blanc.
Wanda est née en plein bush, dans une réserve au nord de l'Australie. C'est une muda-muda : moitié aborigène, moitié blanche. A huit ans, elle est arrachée aux siens pour vivre dans une institution gouvernementale, Homeland. Avec d'autres enfants métis, elle y est " éduquée " dans le but de devenir domestique. Ces années-là sont gravées à jamais dans sa mémoire : trop de sévices et d'injustice vont exacerber son tempérament rebelle. En Wanda grandit un projet de vengeance : retrouver ce père qui les a abandonnées, elle et sa mère. Pour cela, elle doit fuir... 
Tout au long de son périple jalonné de rencontres extraordinaires et d'épreuves initiatiques, dans l'immense territoire australien, la jeune fille saura-t-elle pardonner, réconcilier ses deux cultures et trouver, enfin, l'amour et la paix ?


Mon avis :

Lorsque j'ai lu la présentation de ce livre, il avait tout pour me plaire. Mais quand je dis tout c'est vraiment tout : la situation géographique (Australie), le côté historique avec Wanda qui est une métisse et le côté social et politique pour voir comment les mentalités avaient ou non évolué sur les rapports entre les aborigènes et les Blancs...

Le début était très prometteur avec une écriture très agréable et fluide et des personnages auxquels je me suis vite attachée vu le contexte dans lesquels on les trouve.

Malheureusement, ce bonheur de lecture a été de courte durée parce qu'arrivée à 160 pages lues, j'ai commencé à sérieusement déchanter sur l'ensemble de ce roman.

On nous parle de Wanda et de sa destinée de métisse.

Je m'attendais donc à vivre une histoire avec ce personnage principalement.

Or, à partir du tiers du roman, Wanda va commencer à être beaucoup moins présente au profit d'autres personnages que j'ai d'ailleurs plus appréciés que Wanda : Ningara (qui est aussi un métis que Wanda va rencontrer dans une mission où elle va se retrouver après avoir été arrachée à sa mère) et Jean-Phi (fils d'un Blanc avec qui Wanda aura un lien très fort).

Le résumé me laissait présager que j'allais suivre la vie de cette métisse et je m'attendais en fait à vivre pleinement un côté historique sur le problème de ces personnes là, issus de deux mondes différents.

Alors, effectivement on voit au départ l'attachement de la mère de Wanda avec un Blanc qui va l'abandonner puis Wanda sera arrachée à sa mère par le gouvernement australien afin qu'elle parte dans une mission pour y être éduquée.

Ce thème là j'en avais entendu parler et j'étais très curieuse de lire sur cette problématique qui n'a été réglée que récemment d'ailleurs par le gouvernement australien.

J'aurais vraiment aimé que l'auteur ne parte pas dans tous les sens avec les uns et les autres mais suive vraiment la vie de Wanda. Or, comme je le disais plus tôt, à un moment donné et sur plusieurs chapitres, on ne la voit plus; on ne sait pas ce qu'elle fait.

Par contre, on voit cette petite fille grandir, ressentir une haine pour certains personnages que l'on peut comprendre mais ses réactions sont aussi très aléatoires et mettent le lecteur dans l'incompréhension totale.

Ce n'est pas un personnage auquel j'ai finalement réussi à m'attacher tout simplement parce que je ne l'ai pas comprise. Je ne vais pas pouvoir vous détailler ce qui m'a gênée parce que je vous spolierai le livre mais Wanda change très/trop vite d'avis et j'ai trouvé ça puéril et peu intéressant à suivre.

J'ai fait cette lecture avec ma chère Stéphanie du blog Une souris et des livres et ce qui m'a rassurée c'est qu'elle ressentait la même chose que moi en avançant dans ce roman.

J'ai par contre beaucoup aimé Ningara et Jean-Phi qui vont être amenés à vivre ensemble un certain temps et ils vont découvrir et nous faire découvrir l'Australie profonde, celle dans laquelle vivent les aborigènes avec leur culture et leurs croyances.

En bref, Wanda a été quand même une déception à cause du personnage pour lequel ce livre est dédié qui n'a pas réussi à m'accrocher. Alors que je m'attendais à vivre la destinée d'un personnage qui aurait dû me plaire du début à la fin, je n'ai pas réussi à m'y intéresser à partir du tiers du roman. D'ailleurs, j'ai bien failli abandonner ma lecture mais dépassée la moitié, je me suis dit qu'il pouvait y avoir un changement qui allait sûrement me faire apprécier Wanda davantage. Cela n'a pas été le cas.

Du coup, si vous vous lancez dans ce roman et si je devais vous le conseiller ce serait uniquement pour les personnages de Ningara et Jean-Phi qui valent vraiment le coup d'être connus lorsqu'ils se retrouvent seuls au milieu du bush australien. Cette partie est un véritable enchantement et une belle découverte d'un pays que l'on connaît si peu.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire