vendredi 16 octobre 2020

Dans son silence

 




Auteur : Alex Michaelides
Editions : Calmann Levy (2019)
Collection : Noir
Nbre de pages : 378



Présentation de l'éditeur :

Alice, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée,Alice ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alice. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alice s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…



Mon avis :

Lu en LC avec @lecturenadine et @labelettestephanoise sur Instagram, nous avons été toutes les trois déçues par ce roman trop plébiscité à sa sortie.

J'attendais une atmosphère hyper pesante avec un personnage féminin à faire frémir le lecteur par ce qu'il allait apprendre d'elle, grâce au psychothérapeute, Théo, qui arrive à la sortir de son silence...

Euh... on est loin de la patiente qui fait peur et le thérapeute qui mène lui-même une enquête de son côté c'est du déjà vu. Donc... bof bof.

Sans compter qu'il raconte ses propres états d'âme et ses difficultés avec sa femme, son passé compliqué...

Bref, j'ai trouvé que par moment, Alice était trop mise de côté pour laisser la place à Théo...

Par ailleurs, tous les personnages sont bizarres et le lecteur aura forcément du mal à faire la part des choses pour savoir si Alice est coupable ou pas de la mort de son mari.

De toute façon, nous n'avons pas toutes les cartes en main et un problème de temporalité à un moment donné fait que, forcément, on se fait berner sans être surpris non plus.

J'ai ramé pour en venir à bout et je n'y ai trouvé aucun intérêt. J'ai d'ailleurs du mal à comprendre l'engouement qu'il y a eu autour de ce titre 😕

Aucun commentaire:

Publier un commentaire