vendredi 8 juillet 2016

Mortel sabbat

Auteurs : Preston & Child
Editions : L'Archipel (2016)
Nbre de pages : 365


Présentation de l'éditeur :
Pendergast est contacté par Percival Lake, un sculpteur à qui on a volé une collection de vins rares. En compagnie de Constance Greene, Pendergast se rend à Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts.
En examinant la cave pillée, Pendergast découvre, derrière les rayonnages, une niche secrète ayant abrité un corps. Le vol des précieux flacons ne serait donc qu’un leurre destiné à masquer la disparition du squelette…
Peu après leur arrivée, un historien qui enquêtait sur le naufrage d’un navire, à la fin du xixe, est assassiné. Son corps mutilé et recouvert de symboles sataniques est retrouvé dans les marécages. Puis c’est au tour du notaire local de subir le même sort…
Des marécages hantés par une bête humaine, les souterrains d’une église en ruine abritant les sabbats d’adorateurs de Lucifer et du démon Morax… Voilà qui pourrait se transformer en piège mortel pour Pendergast…

Mon avis :

J'ai terminé ce Pendergast il y a à peu près une semaine mais par manque de temps je n'ai pas pu vous en parler avant. Je répare de suite ça parce que, comme d'habitude avec ces auteurs, j'ai passé un super moment de lecture.

Après les affres qu'ont dû endurer Pendergast et Constance dans le tome précédent, j'étais vraiment curieuse et surtout impatiente de retrouver ma série fétiche.

Ici, nos deux acolytes partent dans un petit village qui est pour le moins étrange : la population n'est pas très loquace dès que l'on cherche à connaître les histoires des uns et des autres; le paysage est rempli de marécages auxquels il faut faire attention.

Bref, dès que l'on arrive à Exmouth une certaine pression se fait ressentir et plus l'on progresse dans l'ouvrage plus cela devient éprouvant.

Autant dire qu'une fois bien entrée dans le livre, je ne pouvais plus en sortir et je l'ai lu quasiment d'une traite, comme tous les autres Pendergast que j'ai pu lire d'ailleurs.

Je gardais toujours en mémoire les difficultés que Aloysius avait vécu dans sa dernière enquête et je priais pour que tout se passe assez bien ici.

Mais c'est sans compter sur Preston et Child qui adorent mettre la pression sur leurs lecteurs. Du coup, bien sûr qu'on stresse pour Pendergast en premier lieu, puis pour Constance ensuite.

Bien sûr que je me doutais que l'enquête ne pouvait pas se clôturer 100 pages avant la fin.

Et pourtant, jamais je n'aurais imaginé la fin qui est celle de Mortel sabbat qui ne donne qu'une seule envie : pleurer de ne pas avoir l'ouvrage suivant déjà entre nos mains !

Preston et Child deviennent vraiment des auteurs terribles pour leurs lecteurs parce qu'ils nous laissent avec trop d'interrogations et d'angoisse. Parce que l'on vit chaque ouvrage avec tellement d'intensité que c'était comme si on vivait nous même ces enquêtes.

Du coup, bien sûr qu'il faut lire Mortel sabbat, tout comme les précédents opus d'ailleurs. Vous allez passer un super moment avec mais attendez-vous à être stressé de ne pas avoir déjà la suite entre les mains. Les auteurs sont de plus en plus sadiques avec nous, lecteurs, parce qu'ils nous font patienter avant de connaître la suite mais nous le sommes nous aussi puisque, d'une certaine façon, nous aimons ça. Ne pas savoir. Rester dans le flou total pour avoir encore un meilleur opus suivant. Moi, je vous le dis : vivement 2017 ! (en espérant que la suite sera publiée à ce moment là).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire