mercredi 20 novembre 2019

Tout ce qui est sur Terre doit périr

Auteur : Michel Bussi
Editions : Pocket (Octobre 2019)
Nbre de pages : 768


Présentation de l'éditeur :
Une masse sombre, inexpliquée, prise dans les glaces millénaires du Mont Ararat...
Un livre interdit, gardé sous clé dans l'enfer du Vatican...
Un animal de bois, énigmatique, portant au front une corne unique...
Les indices sont là, éparpillés. Un gigantesque puzzle à reconstituer pour remonter à l'origine de toutes les religions du monde. De Bordeaux à Hong-Kong, en passant par l'Arménie, Zak Ikabi n'a qu'une obsession : en réunir toutes les pièces. Et trouver enfin l'arche de Noé. Embarquée malgré elle dans sa quête, la glaciologue Cécile Serval, aussi érudite que volcanique, se voit bientôt confrontée à un véritable déluge de questions. Et de balles de kalachnikov... Car pour garder ce secret, certains sont prêts à tous les sacrifices...


Mon avis :

Sorti en 2017 sous le titre "La dernière licorne" et usant du pseudonyme de Tobby Rolland, l'auteur a décidé, pour la sortie poche, de laisser Tobby Rolland derrière lui pour reprendre la place qui lui revient. Et qu'est-ce qu'il a bien fait !

En lisant ce roman, vous constaterez que Michel Bussi manie avec aisance et habileté le thriller ésotérique. Il nous embarque dans une aventure extraordinaire liée au Déluge et à l'Arche de Noé que je n'ai pas pu lâcher.

Si la renommée de l'auteur est faite avec ses romans contemporains, il est indéniable qu'il a largement sa place avec ce style de lecture qui lui va à merveille.

Il s'est beaucoup documenté pour faire un ouvrage digne des titres de JR Dos Santos ou encore Dan Brown à la sauce française.

Pour rendre encore plus accro, l'avant-propos inédit de l'auteur indique que "tout est vrai dans ce récit" ce qui rend la lecture encore plus étonnante mais aussi interrogative.

En effet, ces pages que l'on tourne avec avidité nous imprègnent des recherches que Michel Bussi a faites sur l'anomalie d'Ararat ou encore les témoignages qu'il a recueillis sur l'arche.

Les textes religieux donnent une version qui arrange les autorités religieuses, le Vatican... mais si la Vérité était ailleurs ? Si, comme sur tant d'autres choses (les Templiers notamment), ce même Vatican nous cachait la réalité sur ce fameux Déluge et l'Arche de Noé ?

Serions-nous, comme Cécile dans l'ouvrage, prêts à accepter l'impensable, l'inimaginable ?

Michel Bussi signe un roman qui sort du lot. C'est indéniable, il a un don pour écrire un genre nouveau chez lui mais qui lui va tellement bien, que j'attends déjà avec impatience la prochaine sortie.

En attendant, j'ai quelques romans plus classiques dans ma bibliothèque qui me permettront de patienter un peu mais lorsque l'on a goûté à cette saveur exquise, il est difficile de s'en passer.

Alors, Monsieur Bussi, régalez-moi vite avec un prochain roman de cette trempe. Je l'attends de pied ferme !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire