mercredi 4 décembre 2013

La dernière guerre : 2nde vie

Auteur : Fabrice Colin
Editions : Michel Lafon (2013)
Nbre de pages : 427

Présentation de l'éditeur :
Je m’appelle Rain, j’ai quinze ans. Je vis dans un monde ravagé par la guerre, où plus aucune femme ne peut avoir d’enfant. Un monde à feu et à sang que je dois traverser, car j’ai juré de retrouver Floryan. Pour s’échapper de l’Intermonde, il a fait le choix de la réincarnation en plongeant dans le Nihil. Mais au lieu d’un seul garçon, j’en découvre deux, Anthony et Eliott. Lequel est Floryan ? Je l’ignore. Nous devons cependant faire vite, car l’horreur qui ronge la Terre porte un nom : les « Élohim ». Or désormais, nous le savons, ces êtres sans émotions sont parmi nous… et notre désespoir est leur nourriture.


Mon avis :

Il y a un an, je découvrais le premier tome de ce dyptique, 49 jours, avec lequel j'avais passé un très bon moment de lecture même si je n'avais accroché qu'à partir de la moitié du bouquin. J'avais fait la connaissance de Floryan, adolescent de 17 ans, trop tôt disparu dans un attentat à Paris. Suite à sa mort, il s'est retrouvé dans un monde parallèle : l'Intermonde. On y rencontrait alors des personnages intéressants à suivre et la fin m'avait donné très envie de connaître la suite. Ce qui est aujourd'hui chose faite.

Si 49 jours était prenant et intéressant, je dois avouer d'emblée que 2nde vie est encore plus accrocheur. Lu en tout juste 2 jours, il m'a été impossible de le lâcher et de penser à autre chose que de le dévorer, tout simplement.

J'ai été un peu perdue au début vu que je n'avais pas relu le résumé de l'éditeur. Je pensais retrouver, dès le début, Floryan. Ce qui n'est pas le cas.

Dans cet opus, nous allons suivre Rain, personnage dont nous faisons connaissance dans le premier tome et qu'il me tardait d'ailleurs de retrouver. Cette adolescente est seule puisque ses parents sont tous les deux décédés. Dans ce tome là, elle ne va avoir qu'une obsession : retrouver Floryan et par la suite sauver l'humanité.

En effet, dans l'opus précédent et à travers les voyages de Floryan dans le futur, nous apprenons que la France va être envahie par les Rouges, les russes, que les femmes ne peuvent plus avoir d'enfant et qu'un virus affecte la mémoire des Hommes.

Si dans 49 jours, on voyait globalement ce qu'il allait se passer en 2030, ici on le vit pleinement et je peux vous assurer que c'est juste difficile à croire.

C'est à travers la narration de Rain que nous progressons dans ce futur sans avenir pour l'Homme et sa force de caractère permet au lecteur de garder une lueur d'espoir.

Durant ces 400 pages, Rain va faire deux rencontres primordiales : celle d'Anthony et d'Eliott. Ces deux jeunes gens sont de nature très différentes et, au début en tout cas, je me disais qu'il fallait peut-être se méfier de l'un et puis par la suite de l'autre. Je n'étais pas vraiment sûre que Rain puisse leur faire confiance tenant le contexte dans lequel elle évolue.

L'atmosphère est lourde et toujours très tendue. Cela donne un stress permanent. Je pensais qu'il partirait vers les dernières pages mais ce ne fût pas du tout le cas parce que Fabrice Colin a su, à la perfection, mener une intrigue qui vous fait angoisser jusqu'au bout.

L'action est omniprésente; cela bouge tout le temps. Vous comprendrez alors pourquoi il m'a été impossible, hier, de poser ce livre. C'était tout bonnement impensable que je fasse autre chose alors que ces personnages, cette atmosphère, cette attente de savoir les choses, tout me tracassait.

2nde vie est un tome différent du premier qui m'a littéralement scotchée. Alors même que j'avais envisagé de retrouver Floryan, l'auteur a décidé de partir sur un chemin différent qui m'a accablée au début puis totalement emballée par la suite.

Quand je dis que Fabrice Colin est un auteur que j'aime suivre parce qu'il me fait passer par tout un tas d'émotions, c'est encore une fois le cas avec ce tome là. Je reste sidérée par ce que j'ai lu; j'ai été prise dans les mailles de ses filets qu'il a tendus avec finesse et j'ai adoré.

Je n'en fais cependant pas un coup de cœur tout simplement parce que la fin m'a un peu déçue. Elle est prévisible alors même que j'aurais aimé que cela se termine autrement. Mais, je peux aussi comprendre le pourquoi.

En tout cas, me concernant, je conseille fortement la lecture de ce dyptique qui vous emporte par son côté fantastique dans un premier temps avec 49 jours et qui vous embarque dans un monde sombre où l'humanité risque cruellement de s'éteindre avec 2nde vie.


Un grand merci aux Editions Michel Lafon pour cette lecture addictive.
 

1 commentaire:

  1. 49 jours est dans ma pal , ta chronique relance mon intérêt .

    RépondreSupprimer