lundi 22 décembre 2014

Les Crèvecoeur : Romain (T2)

Auteur : Antonia Medeiros
Editions : La Bourdonnaye (2014)
Collection : Fictions
Nbre de pages : 229

Présentation de l'éditeur :
Le monde étrange dans lequel grandit Germain Crèvecœur est peuplé de silences, de secrets de famille, de chaussures usées qu’on adule, d’une Chinoise édentée cachée dans un placard et d’une tapisserie légendaire. Prisonnier de Romain et d’Édith – un père à la folie fétichiste et une mère à l’amour excessif –, Germain cultive sa différence et recherche dans l’amertume de sa jeunesse le bonheur et la force d’aimer. Son incroyable parcours fascine, de son enfance à son adolescence, de son apprentissage à la découverte de la sensualité, de l’horreur de la mutilation à la magie de la création. En cela, Romain a marqué son fils de son empreinte indélébile.

Entre passions et intrigues familiales, la saga des Crèvecœur est un hymne à la beauté féminine autant qu’un voyage dans le cœur meurtri d’un homme à la sensibilité unique, qui pensait soigner son âme au fond d’une bottine pour dame.


Mon avis :

J'avais bien aimé la lecture du premier tome, Edith, et j'étais curieuse de découvrir la suite de cette saga pour avoir quelques réponses sur le personnage de Germain, retrouvé mort par pendaison dans le tome précédent.

Ici, nous allons connaître l'enfance de Germain et j'avoue que dès les premières pages, j'ai été happée par cette narration si fluide et poétique d'Antonia Medeiros.

C'est vraiment un plaisir exquis que de lire des ouvrages aussi bien écrits et dans lesquels les émotions sont si perceptibles par les mots que le lecteur se trouve bouleversé par ce qu'il découvre.

La force de la narration vient aussi du choix de l'auteur, cette fois-ci, à utiliser la narration en "je" à travers le récit fait directement par Germain. Si je me doutais de l'enfance de ce personnage suite à ce que j'avais pu lire prédécemment, je ne me doutais pas que les vivre à travers le regard direct de cet enfant puis jeune homme (de ses 5 ans jusqu'à ses 23 ans environ) m'aurait perturbée autant.

On découvre ainsi le pourquoi de sa personnalité, les rapports fusionnels avec sa mère et si distants avec son père. Au fur et à mesure que l'on avance dans le récit, on se rend compte que sa vie d'adulte à venir va être forcément marquée par "tout ça" !

Germain Crèvecoeur est un homme-enfant, à la fois volontaire et travailleur, sachant ce qu'il veut pour son avenir profesionnel. Mais du point de vue sentimental, ses envies demeurent ancrées dans ce qu'il a connu avec sa mère : la protection, le soutien et l'amour sans que cela entraîne un acte charnel.

Alors que l'on juge Germain, dès le premier tome, sur son absence dans la vie de son fils Raphaël, découvrir ce qu'il a vécu dès son plus jeune âge le rend davantage humain. On finit par l'apprécier et être touché par son existence et ses souffrances, puis ses questionnements.

On le quitte trop tôt alors même que sa vie va encore basculer suite à l'arrivée de la Seconde Guerre Mondiale et l'on ne souhaite qu'une chose : avoir le prochain tome entre les mains pour retrouver non seulement Germain mais aussi la plume de celle qui a su faire naître un personnage si touchant.

Je suis définitivement conquise par Antonia Medeiros et sa série des Crèvecoeur.

Merci à l'auteur et aux Editions La Bourdonnaye de m'avoir permis de poursuivre ma découverte de la famille Crèvecoeur.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire