jeudi 4 juillet 2019

Les déracinés

Auteure : Catherine Bardon
Editions : Les Escales (Mai 2018)
Nbre de pages : 607


Présentation de l'éditeur :
Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l'antisémitisme vient assombrir leur idylle. Au bout de quelques années, ils n'auront plus le choix ; les voilà condamnés à l'exil. Commence alors une longue errance de pays en pays, d'illusions en désillusions. Jusqu'à ce qu'on leur fasse une proposition inattendue : fonder une colonie en République dominicaine. En effet, le dictateur local a offert cent mille visas à des Juifs venus du Reich.
Là, au milieu de la jungle brûlante, tout est à construire : leur ville, leur vie.

Fondée sur des faits réels, cette fresque au souffle admirable révèle un pan méconnu de notre histoire. Elle dépeint le sort des êtres pris dans les turbulences du temps, la perte des rêves de jeunesse, la douleur de l'exil et la quête des racines.


Mon avis :

Voilà un roman que je regrette d'avoir laissé traîner dans ma pile à lire pendant si longtemps. C'est à l'occasion de sa sortie poche chez Pocket et pour le challenge #alassautdespaves sur Instagram que je me suis décidée à le sortir.

Ce fut une lecture extraordinaire et je tire mon chapeau à l'auteure pour avoir écrit un premier roman aussi complet et brillant.

On a trois parties et l'histoire démarre en 1921 pour se terminer 40 ans plus tard. On va suivre deux familles juives dont les enfants vont se rencontrer, s'aimer, se marier et vivre les pires moments de l'Histoire avec la montée du nazisme en Autriche et la seule solution pour eux de survivre : s'exiler en République Dominicaine.

Dès le départ, j'ai adhéré à l'écriture de Catherien Bardon, simple mais pas simpliste, fluide, entraînante, un brin journaliste par moment avec des détails d'époque sur des journaux, des écrivains.... Bref, tout était là pour me plonger au coeur des années 30 autrichiennes avec l'angoisse et la boule au fond du ventre.

Les personnages que l'on suit (Wilhem et Almah) sont très attachants par l'amour qu'ils dégagent, leur volonté de croire que l'Homme ne peut pas être aussi malveillant, leurs doutes, leurs peurs, leurs espoirs avec ce voyage, long, très long, qu'ils entreprendront...

La première partie se consacre à la montée du nazisme et autant vous dire que je ne m'attendais pas à un récit aussi précis. Je me suis régalée à apprendre des faits qui m'étaient inconnus.

Les deux autres parties se consacreront à l'exil des personnages et un "voyage" qui ne sera pas de tout repos...

Catherine Bardon a fait un début de saga comme j'en ai peu lu et je m'en suis voulu de ne pas l'avoir découvert avant, de l'avoir fait traîner parce que... 600 pages... la flemme, le doute d'accrocher... les angoisses stupides qui me prennent parfois avec certains romans trop plébiscités. Je suis le mauvais petit canards du net alors il m'arrive de stresser sur un livre parce que je pourrais ne pas réagir comme la majorité.

Mais, ici, grâce à un travail remarquable de recherches, de documentation, on vit l'Histoire en totale immersion, on voyage avec les difficultés qu'ont connues tous ces exilés et on leur espère une vie meilleure.

La fin donne forcément envie de se jeter sur la suite, "L'américaine", qui vient de sortir, afin de les retrouver, faire encore un bout de chemin avec eux, voir ce qu'il va arriver à l'heure où les Etats-Unis et l'URSS sont en pleine guerre froide.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire