jeudi 25 juillet 2019

En voiture Simone !

Auteur : Aurélie Valognes
Editions : Le Livre de Poche (Mars 2017)
Nbre de pages : 249


Présentation de l'éditeur :
Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et... trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter... et savourez !


Mon avis :

C'était mon premier Aurélie Valognes et cela n'a pas été une franche réussite pour moi. J'avais hésité à le découvrir mais le titre fait plutôt sourire et le résumé promettait une "comédie familiale irrésistible" alors...

Le terme de "familial" me faisait peur parce que, soyons honnête, dans chaque famille il y a des heurts, des incompréhensions, des jalousies parfois et je ne voulais pas tomber sur ce genre de "comédie" où l'on sert avec cynisme les défauts de ses membres.

Malheureusement, c'est exactement ce qui s'est passé ici et dès les premières pages j'ai grincé des dents et j'ai détesté le père, Jacques, qui s'en donne à coeur joie de lancer des messages cachés avec ses cadeaux de Noël.

Oui parce qu'en plus, le roman débute sur un repas de fin d'année sinon cela n'aurait pas été... drôle !

Du début jusqu'à la quasi fin, je n'ai pas supporté cette ambiance hostile vis-à-vis des belles-filles que les maris/petits-amis ne soutiennent même pas d'ailleurs. Il ne faudrait pas heurter la méchanceté gratuite du bon vieux paternel...

J'ai trouvé super désagréable de vivre ces moments, soit disant hilarants, où l'on rabaisse ces femmes et où Jacques n'en fait qu'à sa tête malgré les avertissements de sa femme (Martine).

Et là, je me suis demandée où était la comédie tant voulue par l'auteure avec la famille Le Guennec et pourquoi ce livre avait autant plu ? Est-ce que servir un humour cynique au détriment d'un membre de la famille parce qu'il n'entre pas dans le moule mérite une telle effervescence ?

Pour moi, absolument pas et ce genre de lecture ne me donne pas du tout l'envie de continuer à découvrir l'auteure si ses autres romans sont du même acabit.

Je n'ai adhéré à rien du tout et à aucun personnage, si ce n'est la grand-mère qui se mêle très peu de ce qui se passe avec son fils mais aide les membres de cette famille quand ils en ont besoin...

J'ai lu ce roman pour le boulot; j'ai bien failli l'abandonner et honnêtement je ne sais pas comment je vais réussir à le proposer aux client(e)s si on me demande comment il est...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire