lundi 15 juin 2020

Isabelle, l'après-midi

Auteur : Douglas Kennedy
Editions : Belfond (2020)
Nbre de pages : 307



Présentation de l'éditeur :

Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.

Paris, début des années 1970.

Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout quitté pour assouvir ses fantasmes de la Ville Lumière ; elle est française, un peu plus âgée, sophistiquée, mystérieuse et… mariée.

Entre Sam et Isabelle, c’est le coup de foudre.

Commence alors une liaison tumultueuse, des cinq à sept fiévreux, des rendez-vous furtifs, des moments volés. Mais Sam veut plus. Isabelle lui a ouvert les portes d’une autre vie mais est-elle prête à tout lui sacrifier ? La passion saura-t-elle résister au quotidien, aux épreuves et au temps qui passe ?



Mon avis :

Le moins que je puisse dire du dernier roman de Douglas Kennedy, c'est qu'il ne m'aura pas laissée de marbre. C'est la première fois que je mets des post-it dans un livre et celui-là en est farci jusqu'aux 3/4.

On vit l'histoire de Sam, jeune américain de 22 ans venu à Paris le temps d'un mois de vacances à Paris, histoire de parfaire son français, et d'Isabelle, traductrice de 36 ans. Entre eux, le courant va passer immédiatement. Mais si Sam tombe très vite amoureux, c'est Isabelle qui va mener leur relation comme elle l'entend car elle est mariée et ne compte pas perdre de ce qu'elle a.

Je n'ai pas du tout aimé Isabelle que j'ai trouvée très égoïste. J'ai trouvé qu'elle jouait avec ce jeune homme, un brin perdu, esseulé et cela m'a dérangée, mise mal à l'aise. J'étais désolée pour Sam qui attendait tellement plus de cette relation. Je ne suis pas férue de ce genre de roman aux relations toxiques mais je voulais voir comment Sam allait évoluer et quelle allait être sa vie. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle ne sera pas un long fleuve tranquille... Il ne fera pas toujours les bons choix alors qu'il ne recherche qu'une seule chose : le bonheur avec l'être aimé.

N'est-ce pas ce que nous recherchons tous ?

Les personnages vont évoluer, bien entendu. Ils vont vivre leurs vies mais le premier vrai amour est celui que l'on n'oublie jamais. Celui pour lequel on serait peut-être prêt à faire n'importe quelle concession, sortir un brin des rangs, quitte à avoir le coeur encore brisé.

C'est un roman comme Douglas Kennedy sait les écrire. Il fait réagir son lecteur. Difficile ne rester sans réaction que ce soit avec la relation Sam/Isabelle que celles que Sam aura par la suite...

Je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce roman et je ne me suis pas spécialement attachée à Sam si ce n'est dans les moments difficiles qu'il devra combattre pour Ethan...

Quoi qu'il en soit, c'est un roman auquel on ne peut pas rester insensible et qui est à découvrir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire