dimanche 15 octobre 2017

Les anges sans visage

Auteur : Tony Parsons
Editions : La Martinière (2016)
Nbre de pages : 347


Présentation de l'éditeur :
Une famille est retrouvée assassinée dans sa luxueuse demeure, après les fêtes du Jour de l'an. Le plus jeune fils a disparu. 
Quel est le véritable motif du crime ? Pour quelles raisons le meurtrier a-t-il utilisé un pistolet qui sert d'habitude à tuer le bétail dans les abattoirs ?
Trente ans plus tôt, un homme a éliminé un père et ses trois fils de la même façon. Mais "l'Exécuteur" est aujourd'hui un homme malade, mourant, qui vit dans une caravane. Difficile de penser qu'il peut être lié, de près ou de loin, à une famille aussi riche et puissante...
L'enquêteur Max Wolfe va se retrouver tiraillé entre la nécessaire tendresse dont il entoure sa fille, qu'il élève seul, et sa rage de policier endurci, qui n'a de cesse de rendre justice.


Mon avis :

Après avoir découvert Max Wolfe dans le premier volet des enquêtes de ce flic auquel je me suis très vite attachée, Des garçons bien élevés, il me tardait de le retrouver avec ce second opus.

Autant vous dire dès le début que, comme dans le premier tome, l'auteur va vous mettre dans une angoisse incroyable dès le prologue. On vit un moment ultra stressant dans lequel toute une famille va être décimée de façon horrible alors même que l'on se trouve dans les dernières minutes précédant le fameux "Bonne année !"

Quoi de plus angoissant que de s'imaginer une famille atrocement assassinée avec une méthode peu commune puisque l'assassin a utilisé un pistolet d'abattage juste avant de passer à une nouvelle année.

On est donc servi dès le départ; le ton est donné et à aucun moment il n'y aura de répit pour le lecteur.

J'ai dévoré cette lecture en à peine 2 jours.

Moi qui ces derniers temps avais un réel problème avec les ouvrages que je lisais, les trouvant fades, peu prenant et me faisant piquer du nez pour certains, autant vous dire qu'avec ce Parsons, je n'ai pas vu le temps passé et que mes nerfs ont été mis à rude épreuve.

Parce que connaissant un peu Max Wolfe, je me doutais bien que ce flic que j'adore de plus en plus n'allait pas rester en retrait pour mener à bien cette nouvelle affaire de meurtres barbares.

Il va se mettre dans des situations encore plus périlleuses que dans le premier volet et j'avoue que j'ai eu peur autant pour lui que pour sa petite fille de 5 ans.

J'ai encore une fois fondu pour cette gamine qui me touche tellement et à laquelle je m'attache un peu plus à chaque ouvrage. Elle est tellement mature pour son âge et en même temps elle reste une petite fille qui n'a comme seul être dans son monde que son papa. On se stresse rapidement dès que Max file au boulot... parce qu'il reste quand même une tête brûlée même s'il n'oublie pas sa fille qui est tout pour lui.

L'auteur n'épargnera ni son personnage principal ni ses lecteurs.

Tout le monde va en prendre plein la vue, plein la tête...

Par moment, on est en apnée tellement la tension monte crescendo et j'avoue que je me demandais si j'allais sortir vivante de cette lecture. Les nerfs sont mis à rude épreuve.

C'est toujours aussi bien écrit et les chapitres sont assez courts et offrent toujours des problématiques supplémentaires qui poussent le lecteur à vouloir les enchaîner coûte que coûte.

Encore une fois, j'ai été bluffée par ce roman de Tony Parsons que j'ai regretté de quitter trop vite à mon goût. Mais heureusement pour moi, le tome 3 est déjà dans ma PAL et je compte bien me le faire le plus vite possible.

Quoi qu'il en soit, s'agissant des Anges sans visage, je ne peux que vous le conseiller après avoir bien sûr lu le premier opus pour ne rien rater de la vie personnelle de Max Wolfe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire