dimanche 20 octobre 2019

Misery

Auteur : Stephen King
Editions : J'ai Lu (1995)
Nbre de pages : 439


Présentation de l'éditeur :
Misery, c'est le nom de l'héroïne populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi il en a eu assez : il a fait mourir Misery pour écrire enfin le " vrai " roman dont il rêvait. Et puis il a suffi de quelques verres de trop et d'une route enneigée, dans un coin perdu... Lorsqu'il reprend conscience, il est allongé sur un lit, les jambes broyées dans l'accident. Sauvé par une femme, Annie. Une admiratrice fervente. Qui ne lui pardonne pas d'avoir tué Misery. Et le supplice va commencer. Sans monstres ni fantômes, un Stephen King au sommet de sa puissance nous enferme ici dans le plus terrifiant huis clos qu'on puisse imaginer.


Mon avis :

Ce titre est l'un des plus plébiscités par les fans de l'auteur. C'est celui qui ne déçoit pas. Celui qui n'a pas de trame fantastique. Celui dans lequel on découvre un personnage terrifiant car complètement barré et pourtant conscient de ce qu'elle fait : Annie Wilkes.

Annie est la fan n° 1 de Paul Sheldon, auteur à succès de la série Misery Chastain. Du coup, lorsqu'elle le secourt d'un accident de voiture dans lequel Paul a les jambes en miette, Annie va le séquestrer pour qu'il ressuscite Misery (l'auteur ayant eu la très mauvaise idée de la faire mourir dans le dernier tome de sa saga). Le calvaire voire l'horreur de Paul a commencé au moment où cette femme l'a secouru...

Dire que je m'attendais à tout ce que contient cet ouvrage en douleur physique et psychologique serait un mensonge.

Quand on commence Misery et que l'on découvre Annie, on se dit qu'elle n'a pas toute sa tête et que le pauvre Paul va passer de sales moments avec elle. Mais on est vraiment très loin du compte.

Cette femme agira, pour peu qu'il la provoque un peu ou qu'il dit un mot de travers mais tout ce qu'elle lui fera subir sera au-delà de ce que j'aurais pu imaginer.

J'ai vraiment halluciné de constater qu'Annie n'avait aucune limite et que la vie de Paul ne tenait qu'à une seule chose : la résurrection de Misery mais pas de n'importe quelle façon non plus. Il faut que l'histoire plaise à Annie, qu'elle ait un sens !

J'ai eu des moments intenses mais j'ai également ressenti quelques longueurs par moment où j'avais du mal à avancer. Je me suis vraiment sentie prise dans l'engrenage passé les 100 premières pages et je me posais tout un tas de questions sur Paul, sa possible évasion (mais comment ???), tenter d'envisager ce qu'il pourrait faire à Annie pour sortir de cette situation...

Je me suis vraiment creusée les méninges tant Paul me faisait pitié parce que, mine de rien, la situation dans laquelle il est, pourrait arriver à tout un chacun. Tomber sur un taré qui vous séquestre, vous fait vivre des moments horribles parce qu'il n'obtient pas ce qu'il veut..., soyons honnête, cela existe.

C'est d'autant plus glaçant à lire parce qu'ici il n'y a aucune part de fantastique. On vit la folie de cette femme et on découvre son passé. Rien n'est plus angoissant que de lire une fiction crédible, réaliste.

Même si j'ai eu des petits passages à vide, attendant le pire et m'y préparant après la fameuse page 295 qui m'a rendue hystérique d'appréhension pour la suite, je dois avouer que ce roman de Stephen King est excellent car il mène son lecteur par le bout du nez et ce jusqu'à la dernière ligne.

Si j'ai un conseil à donner, si vous vous décidez à lire ce roman, faites attention à Annie Wilkes et ne lui tournez surtout pas le dos. Sait-on jamais ce qui pourrait vous arriver !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire