mardi 17 janvier 2017

La bonne fortune d'Elisabeth Wellington

Auteur : Robin Lee Hatcher
Editions : Archipoche (2017)
Nbre de pages : 346


Présentation de l'éditeur :
À bord du paquebot qui l’emmène en Amérique, Elisabeth Wellington peine à croire en sa vie nouvelle.
Après le décès inattendu de son père, qui la destinait à épouser le duc d’Altberry dans l’espoir d’éponger ses dettes, elle a décidé de quitter l’Angleterre. Libre désormais de tout engagement, elle se rend, pleine de rêves et d’espoirs, dans le Montana, où elle se destine à devenir institutrice.
Pourtant, à la fin du xixe siècle, c’est une région encore peu peuplée, où les conditions de vie sont rudes. Qu’importe ! Elisabeth est prête à tout.
Il n’y a cependant un obstacle qu’elle n’aurait jamais imaginé. Et celui-ci porte le nom d’un homme : Garrett Steele. Pourquoi se montre-t-il si froid, si farouche, face à la jeune et audacieuse Elisabeth ? Elle qui est pourtant l’institutrice de sa fille Janie.
On connaît l’adage : « Fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis ». Alors quand des sentiments naissent d’un terreau si aride, la passion peut prendre les formes les plus inattendues…


Mon avis :

Lorsque je me suis plongée dans cette romance historique, c'était une période où j'avais envie de changer un peu de genre et de prendre un ouvrage qui se lirait vite et qui me ferait m'évader sans prise de tête.

Je dois bien dire que La bonne fortune d'Elisabeth Wellington a rempli son contrat puisque, effectivement, l'histoire n'est pas du tout compliquée à comprendre. Je dirais même plus : elle est trop prévisible pour que j'ai pu l'apprécier réellement, surtout sur la première moitié du roman.

En effet, je n'avais pas relu la quatrième pour entrer dans l'ouvrage sans me rappeler de ce dont il était question. Mais mais mais... arrivée au chapitre 4, j'ai vu le plus gros du roman se dérouler sous mes yeux et souffrir d'un manque d'imagination par l'auteur.

Un bel homme, une femme qui fuit sa condition de fille ruinée et qui refuse un mariage arrangé, deux pimbêches à qui j'aurais bien donné quelques paires de claques et un autre bonhomme qui se croit propriétaire de tout et surtout d'Elisabeth...

Avec ces trois lignes, vous savez déjà comment tout va se passer...

Et j'ai trouvé ça très dommage parce que la première moitié est trop longue alors que tout est cousu de fil blanc ! On savait ce qui allait se passer et il aurait mieux valu abréger certaines choses pour avancer plus vite et passer à autre chose...

Heureusement pour moi, j'ai quand même poursuivi et j'ai bien fait puisque, même si je me doutais de la fin de ce roman, il prend une tournure à laquelle je ne m'attendais pas vraiment passé les 180 pages et je dois bien vous avouer que cela a relancé mon intérêt pour cette petite romance.

J'ai poussé un gros soupir de soulagement de voir enfin les choses avancer et j'ai dévoré les 150 pages restantes vendredi soir, bien au chaud sous ma couette !

Dans ce roman de Robin Lee Hatcher, ce n'est pas l'écriture qui m'a gênée et encore que, parfois, c'était un peu gnan-gnan avec des dialogues que j'aurais pu moi-même écrire tant c'était évident. C'est vraiment l'intrigue que j'ai vu naître à des kilomètres qui ne m'a pas convenu ni convaincue.

Je trouve ça dommage parce que les personnages d'Elisabeth et de Garrett sont intéressants à découvrir et à suivre et encore qu'ils sont un peu longs à la détente mais bon...

Globalement, je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce roman mais je ne peux pas dire non plus qu'il n'est pas dénué de défauts parce que, malheureusement, il en a. Mais si vous aimez les romances historiques sans prise de tête, avec des personnages que vous allez aimer au premier "regard" et d'autres à qui vous feriez bouffer leur chapeau, "La bonne fortune d'Elisabeth Wellington" est fait pour vous. La deuxième moitié est quand même plus intéressante que la première mais il faut bien en passer par là...

Si, par contre, vous aimez les romances qui ont quand même un certain degré d'intrigue que vous n'allez pas deviner dès la deuxième page tournée, passez votre chemin. Ce roman n'est pas fait pour vous. Il y a certes un évènement qui m'a bluffée mais dans l'ensemble cela reste très/trop prévisible et c'est bien là le point faible de ce roman.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire