dimanche 13 décembre 2015

De mères en filles : Anaïs (T3)

Auteur : Dominique Drouin
Editions : Hugo & Cie (2015)
Collection : Hugo Roman
Nbre de pages : 331


Présentation de l'éditeur :
Montréal, 1951. Anaïs a dix ans. Après un début de vie difficile, la fille adoptive d'Ariane Calvino reprend tout juste pied quand elle est confrontée à la mort de Marcel, un homme qu'elle adore et considère comme son père. Pour s'évader de son chagrin, elle trouve refuge dans une passion intense pour l'art dramatique. La scène et le cinéma mettent un baume sur ses plaies. Devenir quelqu'un d'autre qu'elle-même la comble... Dotée d'un talent d'exception, l'enfant vedette connaît un succès considérable qui lui redonne confiance. Mais un drame fera de nouveau basculer sa vie. Bouleversée, par l'agression dont elle a été victime, elle tentera l'impossible pour échapper aux séquelles du traumatisme. Émotivement fragilisée, elle connaît des hauts, mais surtout des bas. Elle n'a pas dix-huit ans lorsqu'elle quitte ses proches pour s'exiler en secret à Toronto avec son amoureux. Longtemps, elle ne donne aucune nouvelle à sa famille. Nourrissant ses rêves de réussir comme comédienne, elle vivote, consomme et fuit ses responsabilités. Elle devra traverser plusieurs années éprouvantes avant de rentrer au bercail et de renouer avec le succès. Loin de lui apporter le bonheur, la vie de vedette éloigne Anaïs de ce qu'elle cherche : l'amour, le vrai. Mais pour l'atteindre, elle devra affronter la vérité...
 
 
Mon avis :
 
Depuis le début de ma découverte de cette saga, j'ai toujours passé de très bons moments avec les personnages : d'abord avec Alice; ensuite avec Ariane.
 
La lecture de ce tome 3, consacré à Anaïs, la fille naturelle d'Agathe (soeur d'Ariane) et fille adoptive d'Ariane, a été encore succulente, même si cette fois-ci, Anaïs m'a moins plu que les deux premières femmes de cette famille.
 
En effet, je n'ai pas réussi à m'attacher à elle et ces réactions ne m'ont pas toujours plu. Cela s'explique beaucoup par l'enfance qu'elle a eue mais j'aurais tellement aimé et voulu que l'auteur lui apporte une autre vie.
 
Même si je reste assez en retrait la concernant, je ne peux pas non plus dire qu'elle ne m'a pas touchée. Sa vie a été tellement bouleversée par tant de choses que la lecture se fait avec avidité pour suivre le cours des évènements.
 
On suit aussi les autres personnages dans leur vie et notamment Ariane devenue très importante au sein de Radio Canada. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé suivre l'évolution de la radio puis de la télévision à cette époque.
 
Non seulement Dominique Drouin nous fait vivre une histoire familiale prenante mais elle inclut également des données historiques du Québec des années 1950 à 1970. Pendant plus de vingt ans, on voit l'évolution de tout un pan médiatique fort prenant.
 
L'écriture est toujours aussi fluide et facile à suivre. C'est vraiment un pur bonheur que de se plonger dans ces tomes de cette série, même si j'ai mis un temps certain avant de me plonger dans ce tome 3. J'ai toujours gardé un excellent souvenir des tomes précédents et celui là ne fera pas exception, même si Anaïs est très différente de sa tante et de sa grand-mère.
 
Quant au tome 4, consacrée à Ava (fille d'Anaïs), il est d'ores et déjà commencé voire même bien entamé puisque j'en suis quasiment à la moitié. Je trouve là une jeune femme forte et davantage plaisante que sa mère. J'ai hâte de la retrouver. D'ailleurs, je retourne à ma lecture...
 
Si donc vous cherchez une série familiale à offrir ou vous faire offrir en cadeau de Noël, pensez à cette saga de Dominique Drouin qui emporte son lecteur dans des histoires familiales touchantes où les femmes sont au coeur de l'intrigue.
 


1 commentaire:

  1. J'ai le premier tome en ebook, depuis le mois de novembre ! Hâte de voir :)

    RépondreSupprimer