jeudi 16 octobre 2014

L'Apothicaire

Auteur : Henri Loevenbruck
Editions : Flammarion (2012)
Nbre de pages : 601
 
Présentation de l'éditeur :

"Il vécut à Paris en l'an 1313 un homme qui allait du nom d'Andreas Saint-Loup, mais que d'aucuns appelaient l'Apothicaire, car il était le plus illustre et le plus mystérieux des préparateurs de potions, onguents, drogues et remèdes..." Un matin de janvier, cet homme découvre dans sa boutique une pièce qu'il avait oubliée... Il comprend alors que jadis vivait ici une personne qui a soudainement disparu de toutes les mémoires. L'Apothicaire, poursuivi par d'obscurs ennemis, accusé d'hérésie par le roi Philippe le Bel et l'Inquisiteur de France, décide de partir jusqu'au mont Sinaï. Entre conte philosophique et suspense ésotérique, L'Apothicaire est une plongée vertigineuse dans les mystères du Moyen Age et les tréfonds de l'âme humaine.

Mon avis :

Cela faisait plus de trois ans que j'avais cet ouvrage dans ma PAL, gagné lors d'un concours. C'est avec Bouchon des Bois que nous avons décidé de le lire en lecture commune. Vu le pavé, il fallait que l'on se motive, même si le résumé me tentait depuis sa sortie.

J'ai mis un peu plus d'une semaine pour venir à bout de cette lecture et je dois bien dire que si la première moitié a été assez vite lu, j'ai fini, au bout de 300 pages, par commencer à me lasser et trouver le temps long, très long, extrêmement long...

Le problème ne vient pas des personnages qui sont intéressants à découvrir et à suivre dans leur quête mais bien des digressions qui rendent le récit trop lourd et au final peu intéressant.

Je voulais juste suivre Andréas, l'apothicaire, Robin, son apprenti, et Aalis, jeune bitteroise ayant dû quitter précipitamment sa ville à la suite d'un incendie... et non pas tourner autour du pot pendant plus de 400 pages.

Si j'aime les romans historiques, c'est parce qu'ils me permettent de voyager dans un passé qui me fascine. L'ouvrage de Henri Loevenbruck m'a, dans un premier temps, permis cette évasion parce qu'il arrive un élément troublant dans la vie d'Andréas et que le lecteur, forcément, va vouloir savoir pourquoi cela se passe et comment le résoudre.

Or, malgré une narration bien sympathique puisque l'auteur discourt par moment directement avec le lecteur, je n'ai plus été captivée et je croisais les doigts pour que la fin ne soit pas celle que j'imaginais.

Bon, sur ce coup là, malheureusement, je suis malchanceuse parce que cela se termine comme je ne le voulais pas. Autant vous dire que j'ai soupiré et je me suis dit "bon ben me voilà bien avancée maintenant ! Tout ça pour en arriver là ?!".

En fait, L'apothicaire me fait l'effet d'un cercle que l'on commence, que l'on trace précautionneusement pour que tout soit parfait et qu'au final on n'ait pas les réponses voulues parce que l'on revient au point de départ. C'est agaçant et terriblement décevant.

Par ailleurs, j'ai eu du mal à suivre certains raisonnements et j'aurais aimé que les choses soient beaucoup plus claires pour la lectrice que je suis. Quand je lis un tel roman, j'aime que l'auteur se mette à un niveau suffisant pour que ma curiosité soit attisée et apaisée mais pas trop compliqué non plus pour ne pas me perdre en chemin.

Or, là, j'ai été un peu perdue avec ce que doit rechercher Andréas et les explications que fournissent les personnages qu'il rencontre.

Certes, nous suivons un voyage de plusieurs mois mais quand le lecteur décroche, cela devient un vrai boulet à poursuivre.

En bref, le roman est très bien écrit même s'il est un peu lourd par moment et énervant à force de "s'entendre dire" par l'auteur qu'il ne fera pas de digressions sinon le livre serait trop épais et le lecteur risquerait de se perdre et que l'on a droit à plusieurs pages de descriptions de plusieurs villes, par exemple.

Les personnages sont plaisants à suivre et à voir évoluer même si au final on ne voit pas trop comment ils vont poursuivre leur vie après ce voyage.

Je ne peux pas dire que j'ai été happée par cette histoire et que j'en garderai un grand souvenir parce que, honnêtement, ce ne sera pas le cas. La seule chose que je retiendrai c'est un grand vide à cause de la fin, une longueur du récit passé la moitié du roman et une envie pressante d'en venir à bout pour passer à autre chose.

En bref, une vraie grosse déception vu que j'attendais énormément de ce roman. Dommage !

Bouchon des bois n'a pas encore terminé sa lecture, au moment où je publie mon billet, mais des premières impressions qu'elle a c'est : longueur, longueur, longueur... Pas sûr qu'elle aille au bout, d'ailleurs.
 

7 commentaires:

  1. Ahhh ! Moi qui voulait le sortir de ma pal avant la fin de l'année, ça ne m'engage pas trop à le commencer ! je le laisse au chaud encore un peu :D !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rho ben non. Je veux ton avis dessus moi :(

      Supprimer
  2. Tu ne me rassures pas, il doit m'attendre depuis près de 2 ans sagement dans ma pal.
    J'aime les récits historique et la plume de cet auteur.
    Je m'étais dit "chouette" en l'achetant mais plus le temps passe et moins il me tente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le problème quand on attend trop. J'ai eu cette phase là aussi et puis j'ai eu envie de le découvrir enfin. Bon, au final, je suis déçue mais d'un autre côté ravie de l'avoir sorti de ma biblio. J'espère que tu accrocheras plus que moi en tout cas ;)

      Supprimer
  3. Pfiiiou, non pas sûr que j'aille au bout... C'est long, c'est fastidieux. Espérons que notre prochaine LC se révèlera plus passionnante :S Bisous ma poupette <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi surtout que c'est la dernière de l'année. On va croiser les doigts. Quant à ce titre là, il ne faut pas que ça devienne une corvée pour toi. Bisous et bon week-end ;)

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ce genre de romans mais ce que tu en dis n'engage pas à le lire. Tant pis, j'ai plein d'autre lectures qui m'attendent ! :)

    RépondreSupprimer