mercredi 9 septembre 2015

Mirage

Auteur : Douglas Kennedy
Editions : Belfond (2015)
Nbre de pages : 425


Présentation de l'éditeur :
Robyn le sait, son mari Paul est loin d'être parfait. Artiste fantasque, insouciant, dépensier, ce jouisseur invétéré a du mal avec les limites du quotidien. Le couple s'aime encore mais la crise couve. Sans compter la question des enfants. Robyn en veut un, Paul est d'accord. Mais le temps presse, et rien ne se passe... Pourquoi pas un voyage au Maroc ? Changer d'air, prendre le temps de vivre, se redécouvrir, et faire enfin ce bébé qui leur manque tant. Sur place, la magie opère : Paul se remet à peindre et Robyn à espérer. C'est alors qu'une nouvelle tombe, un secret révélé, si lourd, si explosif qu'il dévaste tout. Et Paul disparaît. Folle de douleur, terrifiée à l'idée de perdre celui qu'elle ne peut s'empêcher d'aimer, Robyn va se lancer à sa recherche. Une quête qui la conduira au bout d'elle-même...
 
Mon avis :
 
En général, je lis chaque année le dernier Douglas Kennedy parce que c'est un auteur dont les histoires m'attirent, m'interrogent aussi beaucoup et lire un de ses romans c'est être certaine que je passerai un très bon moment avec.
 
Avec Mirage, je dois bien dire que mon incursion dans la vie du couple Robyn/Paul s'est faite très rapidement mais j'ai aussi ressenti ce petit quelque chose qui ne me plaisait pas vraiment chez le mari. Il me mettait mal à l'aise sans savoir vraiment pourquoi.
 
Par la façon de raconter son histoire, on comprend que l'auteur fait une narration rétrospective de ce qui s'est passé au Maroc lors d'un voyage organisé quasiment à l'improviste par ce mari un peu brinquebalant dans sa vie. Artiste cinquantenaire quelque peu reconnu, il a du mal à gérer son talent mais aussi et surtout sa vie en générale.
 
Robyn, elle, la trentenaire, est une expert-comptable qui a la tête sur les épaules malgré une jeunesse faite de déménagements répétitifs à cause d'un père qui avait du mal à se plaire où qu'il se trouve. On retrouve dans la vie de cette jeune femme l'instabilité masculine et on se demande si son couple ne va pas virer dans une déferlante sans fin...
 
La rencontre entre ces deux là n'aurait jamais dû se faire si ce n'est à cause de la maladie dépensière de Paul qui est sur le point de le ruiner.
 
Je n'irai pas plus loin dans la présentation des personnages et du couple formé par Robyn et Paul parce que tout est mis en œuvre pour qu'on les découvre au fur et à mesure que l'on avance dans le roman.
 
Comme je le disais un peu plus haut, si j'ai eu des doutes dès le départ sur le mari, j'ai par contre très bien accroché au personnage de Robyn. C'est d'ailleurs à travers son récit que l'on découvre tout ce qui s'est passé au Maroc pendant plusieurs semaines alors que le voyage ne devait durer qu'un petit mois.
 
Douglas Kennedy sait, encore une fois, habilement mener son roman. On part sur un constat simple et l'on s'embarque dans une histoire que l'on est loin d'envisager. Je me doutais qu'il allait arriver quelque chose durant ce voyage mais certainement pas autant de malheur.
 
Il crée un personnage très fort avec Robyn et j'ai beaucoup aimé la suivre. Malgré tout, j'ai aussi ressenti un peu d'exaspération dans sa volonté toujours présente d'avancer dans ses recherches. A un moment donné, je pense que j'aurais baissé les bras. Mais pas Robyn. Quand on lit par la suite ce qui lui arrive, on se dit que d'une certaine manière, elle jouait avec le feu et que tout était logique, qu'elle n'est peut-être pas forcément à plaindre, surtout dans un tel pays. Et pourtant...
 
En tant qu'occidentale, on a tendance à trop voir les belles choses et croire trop facilement ce que l'on peut nous dire sans penser que l'on se fait gruger ou même pire...
 
Il y a aussi une part de facilité dans ce livre mais peu importe parce que, au final, j'ai passé un très bon moment, j'ai ressenti des émotions fortes passé la moitié du livre et je n'ai pas pu le lâcher avant la fin que j'ai dévorée ce matin à près de 6h du mat' !!!
 
Quant au titre, il vous faudra lire le roman pour le comprendre. J'avoue que je reste interrogative sur pas mal de points et surtout sur celui de Paul.
 
La réputation de Douglas Kennedy n'est plus à faire et c'est vraiment toujours un bonheur et un pur délice de se glisser dans ses romans qui vous prennent par les sentiments, vous accrochent au point de ne plus vouloir lâcher non seulement l'histoire mais aussi et surtout les personnages auxquels on s'attache forcément. Mirage ne fera pas exception et si je regrette une seule chose c'est de ne pas l'avoir lu avant. Si vous êtes adepte de l'auteur, vous ne serez pas déçu par ce dernier roman et si vous ne vous êtes pas encore laissé tenter par Douglas Kennedy, il est encore temps de le faire. Une chose est certaine, je ne suis pas prête d'oublier Robyn...

3 commentaires:

  1. Je n'ai encore jamais lu cet auteur mais avec tous les bons avis, il serait temps que je le fasse :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais beaucoup découvrir cet auteur !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai un polar à lire de lui, si j'aime, je continuerais avec celui-là car le résumé me tentait bien :-)

    RépondreSupprimer