lundi 3 août 2020

Il court il court le furet

Auteur : M.J. Arlidge
Editions : Les Escales (Noires)
Nbre de pages : 400



Présentation de l'éditeur :

Southampton, quartier rouge. Le corps d'un homme est découvert. Atrocement mutilé, le coeur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose... son coeur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s'empare de la ville.
Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l'Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville.
Le commandant Helen Grace est chargée de l'enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l'arrêter avant qu'il ne frappe à nouveau.
Dans la continuité d'Am stram gram, Il court, il court, le furet est le nouveau thriller électrisant de M.J. Arlidge.





Mon avis :

2ème enquête d'Helen Grace lue en LC avec Céline et Nadine. Je sors un peu déçue de ce 2ème tome parce que j'ai trouvé que les morts se succèdent trop rapidement. C'est redondant dans la façon dont l'auteur a construit son intrigue et le lecteur n'avance pas dans l'enquête. C'est long et cela ne m'a pas accrochée.

Il y a aussi la prévisibilité de certains choix qui se voit de très loin et l'enquête, en général, n'est pas exceptionnelle.

Par contre, j'ai aimé voir évoluer les personnages qui gravitent autour d'Helen. Si elle m'a laissée indifférente cette fois-ci, il en a été tout autrement pour Tony et Charlie qui vont devoir faire des choix difficiles.

J'avoue que si je n'ai pas abandonné en cours de lecture, hormis parce que c'était une lecture avec les copines, c'était pour voir les décisions qu'allaient prendre Tony et Charlie. D'ailleurs, je suis curieuse de lire le tome 3 uniquement pour savoir ce qu'il va réellement en être les concernant. Si en plus, j'ai une enquête plus prenante, ce sera alors le combo parfait.

Du coup, je pense que la saga est surtout portée par les personnages que par les enquêtes menées.

J'espère quand même que la prochaine m'intéressera davantage.

Je sors déçue mais pas au point de m'arrêter pour l'instant. On verra ce que donnera le prochain.

Par contre, j'ai réfléchi et cherché le sens des titres sans vraiment trouver d'explication par rapport aux intrigues. Si jamais vous avez une idée, je suis preneuse 😁

dimanche 2 août 2020

Le 7ème fléau

Auteur : James Rollins
Editions : Fleuve Noir (2020)
Nbre de pages : 534


Présentation de l'éditeur :

Deux ans après avoir disparu dans le désert soudanais, le professeur Harold McCabe, à la tête d'une expédition archéologique britannique, réapparaît au milieu des sables, mais s'effondre avant de pouvoir raconter son histoire. L'autopsie met au jour une étrange découverte : quelqu'un aurait commencé à momifier le corps du professeur, alors qu'il était encore en vie.

Peu après, des nouvelles alarmantes arrivent d'Égypte : l'équipe médicale ayant pratiqué l'analyse du corps du professeur est contaminée par un virus inconnu, qui se propage bientôt dans tout Le Caire. L'inquiétude grandit et certaines rumeurs laissent entendre que les dix plaies d'Égypte, dont le professeur McCabe cherchait des preuves, sont en train de recommencer.

Le commandant Gray Pierce et son équipe devront lutter contre une menace venue du passé et rendue réelle par la science moderne.

Un danger capable de décimer l'humanité entière.



Mon avis :

2ème aventure de la Sigma Force que je lis et j'ai été emportée, encore une fois, par l'intrigue mise en place et le mélange fiction/réalité parfaitement maîtrisé.

Les personnages sont un peu manichéens et je ne m'attache pas forcément à eux mais j'avoue avoir quand même un petit faible pour Kowalski, râleur du groupe Sigma avec un humour qui me fait rire à chaque fois.


C'est un roman parfait pour l'été qui détend, nous apprend quand même pas mal de choses, nous bouscule avec de l'action dès le début.

Alors oui les gentils se sortent de certaines situations un peu trop facilement mais cela ne gâche pas la lecture.

L'écriture est fluide, très visuelle. Si vous redoutez d'aller au cinéma en ce moment, aucun doute que ce livre comblera le manque d'un bon film d'aventure et d'action.

En bref, aucun ennui n'est possible et si vous aimez les romans à la Indiana Jones, moi je vous dis "foncez !".

De plus, la saison est parfaite pour partir à l'aventure aux quatre coins du monde avec des personnages qui n'ont pas froid aux yeux.

mardi 28 juillet 2020

Calder et Eden (T1 et T2)




Auteure : Mia Sheridan
Editions : Hugo Roman (2019)
Collection : New Romance
Nbre de pages : 380 (1er tome) 326 (2ème tome)



Présentation de l'éditeur : (tome 1)

Calder a grandi au sein d’une communauté religieuse au coeur des Etats-Unis. Ses membres obéissent aux ordres d’un gourou qui a banni tout progrès technique et les isole du reste du monde.
Si Calder n’a pas eu la même enfance que les autres petits Américains, il est plutôt heureux de grandir là, entouré de sa famille et de ses amis.
Mais le jour où Eden arrive dans la communauté, les choses vont commencer à changer pour lui. Cette petite fille doit devenir, à l’âge adulte, la compagne de leur leader et elle est la clef d’une prophétie plutôt inquiétante pour la communauté.
Il est interdit à Calder, simple travailleur agricole, de fréquenter Eden qui grandit auprès des membres les plus puissants de la secte. Pourtant, il va se nouer entre eux une relation amicale qui se transforme au fil des années en un amour fusionnel et profond.
Quel avenir ont-ils dans une communauté où leur passion est interdite ? Mais est-il possible d’y résister ?



Mon avis :

Après ma déconvenue avec "So what ?", je voulais continuer dans la romance mais avec une valeur sûre. Mon choix s'est donc port sur le dyptique de Mia Sheridan que j'ai adoré.

On va suivre le parcours de deux enfants qui se rencontrent à l'âge de 10 ans pour Calder et 8 ans pour Eden et qui vont grandir dans une communauté religieuse. Leur rapprochement est inéxorable mais Eden n'est pas destinée à Calder...


J'ai à la fois dévoré et dégusté ces deux tomes. On ne peut que s'attacher aux personnages de Calder et Eden mais également leur ami et confident, Xander.

On les voit grandir, se rapprocher, réfléchir à ce qu'il se passe dans cette communauté. Bref, ils évoluent et aimeraient faire leurs propres choix.

Mia Sheridan est mon autrice chouchou dans la romance. Elle construit des histoires qui vous remuent, vous prend aux tripes, qui vous font réagir avec des personnages qui vont devoir se reconstruire après une tragédie et auxquels on ne reste pas indifférents.

Le parcours de Calder, Eden et Xander sera difficile avec des passages poignants (une scène en fin de première tome m'a horrifiée). Une fois commencé, on ne peut plus s'arrêter de lire pour savoir comment tout va se terminer.

C'est excellent dyptique qui répond à toutes nos questions et même si j'ai préféré quand même le tome 1 au tome 2, l'ensemble est extrêmement bien construit. En somme, je ne suis pas prête d'arrêter de lire du Mia Sheridan.

jeudi 23 juillet 2020

So what ?

Auteure : Lou Marceau
Editions : Hugo Poche (2020)
Collection : New Romance
Nbre de pages : 425


Présentation de l'éditeur :

Et si son amour de vacances devenait l’homme de sa vie ?
Quelle meilleure façon, pour se remettre d’une rupture pénible, que de partir dans un hôtel-club, tout confort, au soleil, avec ses meilleures amies ?Alexandra pense que cela ne peut lui faire que du bien. Il est temps qu’elle pense de nouveau à elle, qu’elle s’amuse et fasse la fête. Au diable la morosité ! Cela tombe bien, ses amies sont toutes plus drôles et déjantées les unes que les autres et dès leur arrivée dans leur petit paradis, elles repèrent un spécimen masculin tout à fait admirable. Leandro, venu pour se reposer, est là incognito. Il ne cherche pas vraiment à avoir une liaison pendant ses vacances. Alexandra encore moins. Mais le soleil, les cocktails, les amies d’Alexandra et la persévérance du beau Brésilien... tout conspire à les rapprocher. Quel mal cela pourrait-il faire ? Ce n’est qu’un amour de vacances. Et puis, peu importe qu’il soit plus jeune qu’elle... Non ?


Mon avis :

J'avais envie de reprendre la romance, après plusieurs d'années d'arrêt, et je me suis laissée influencer par Céline Lecture qui a dévoré ce roman.

Je voulais de la légèreté, sentir l'été, le soleil, la chaleur, les vacances avec un groupe de copines. Bref, m'éclater !

Cela n'a pas été facile de lui mettre la main dessus mais, une fois acheté, je l'ai commencé le jour même. C'était impossible d'attendre...

Contrairement à Céline et aux autres lectrices qui l'ont adoré, j'ai eu du mal à y entrer dedans. Le groupe d'amies qui vont partir en vacances aux Caraïbes ne m'a pas plus accrochée que ça. Je n'ai pas adhéré non plus à leur humour sur les 1ers échanges Whatsapp, ni à leurs premières discussions sur Léandro lorsqu'elles le voient pour la première fois et ce qu'Alexandra, célibataire de 38 ans, pourrait bien faire avec lui...

J'ai trouvé ces échanges trop crus voire carrément dérangeants. Ce ne sont pas des discussions que je pourrais avoir des amies. On peut garder une certaine liberté dans les discussion de sexe sans que cela passe une certaine limite. Or, là, il n'y avait pas de limite, pas de pudeur.

J'ai trouvé aussi ces échanges malsains parce qu'ils faisaient apparaître Léandro uniquement comme de la viande dont on prendrait bien un morceau pour le plaisir sans se dire que l'on parle quand même d'un être humain avec des émotions.

Euh... si ma mémoire est bonne, beaucoup de femmes/lectrices, s'offusquent voire même hurlent à la mort s'il s'agissait d'une femme dans la même situation que Léandro. Pourquoi faire la même chose avec nos homologues masculins ?

Léandro remettra d'ailleurs Alexandra à sa place sur ce point à un moment donné mais clairement cela m'a bloquée dans la lecture de ce livre.

J'ai eu un départ cahin-caha, du coup, et même si passé la moitié du roman certains moments passaient mieux que d'autres, je n'ai pas été emportée.

Le fait qu'Alexandra doute d'elle sans arrêt, qu'elle rabâche qu'elle soit trop vieille pour Léandro qui a 10 ans de moins que lui... qu'il y ait un manque de profondeur sur l'ensemble ou un truc qui m'accroche vraiment, tout cela m'a finalement exaspérée.

J'attendais vraiment autre chose de cette comédie romantique que je n'ai pas trouvé si marrante que ça. J'en suis sortie déçue et c'est un raté pour une reprise avec ce genre. C'est bien dommage !

mardi 21 juillet 2020

Première loi : Déraison et sentiments (T2)

Auteur : Joe Abercombie
Editions : Pygmalion (2010)
Nbre de pages : 720



Présentation de l'éditeur :

Le tocsin de la guerre résonne aux portes de l’Union. L’armée du monde libre, inexpérimentée, mal équipée, divisée par les querelles intestines que se livrent ses chefs incompétents, semble inconsciente du danger qui la guette. Face à elle, sur le front du Nord, les barbares de Bethod se chauffent d’un tout autre bois...

Au Sud, les forces du Gorkhul se massent au pied de la cité de Dagoska. Alors que la ville bouillonne des préparatifs la bataille, l’inquisiteur Glotka – affecté là après la disparition suspecte de son prédécesseur – découvre une conspiration visant à livrer la ville à l’ennemi sans combat. Menacé à chaque instant, Glotka a besoin de réponses, et vite.

Pendant ce temps, la poignée de héros réunie par Bayaz prend la route du Vieil Empire, à destination du bord du Monde. Le Mage espère y trouver la Graine, une relique surpuissante, jadis responsable de la destruction de plusieurs villes, et peut-être aujourd’hui l’unique voie de salut pour l’Union. Mais encore faut-il pouvoir s’en emparer... et la contrôler !






Mon avis :

Je me suis délectée de ce 2ème tome de la trilogie "Première loi" dans lequel on va suivre 3 groupes dans 3 régions du Royaume.

Pas de surprise pour moi puisque c'est lorsque je suivais Glotka, l'inquisiteur, que je me régalais le plus. Son humour cynique est excellent. Je l'aime autant qu'il me répugne selon les moments. Je m'en méfie comme de l'huile sur le feu. C'est celui qui me plaît le plus par ce qu'il a vécu, ce qu'il est devenu. Il ne fait confiance à très peu de monde voire personne mais peut-on lui en vouloir... ?

Il se passe beaucoup de choses et des liens et rapprochements ont lieu.

Je reste encore sur la réserve s'agissant de Bayaz, le Premier Mage. Je ne sais vraiment pas quoi penser de lui, de son passé, de ce qu'il projette de faire avec ceux qui le suivent.

C'est une trilogie où la confiance est mise à rude épreuve mais où les personnages devraient se lier pour affronter les différentes épreuves qui les attendent.

Ce tome a été un peu long à démarrer mais j'y suis toujours retournée avec envie et intérêt, même si l'action n'arrive que passé la moitié du roman.

Je suis impatiente de lire le tome 3 pour savoir comment tout ça va se terminer, même si je sais que l'univers, les personnages, les intrigues me manqueront ensuite.

vendredi 17 juillet 2020

Un millionnaire à Lisbonne

Auteur : JR Dos Santos
Editions : Hervé Chopin (2020)
Nbre de pages : 599


Présentation de l'éditeur :

L'apogée et la fin de la vie du mystérieux Arménien qui a régné sur le monde du pétrole et sur celui de l'art. L'organisation mondiale de l'industrie pétrolière est désormais établie et Kaloust Sarkisian devient l'homme le plus riche du XXe siècle. Vivant entre ses suites du Ritz à Paris et à Londres, l'homme d'affaires se consacre à sa collection d'art et à ses jeunes maîtresses. Mais l'Histoire va le rattraper.
L'horreur du génocide arménien puis le chaos de la Seconde Guerre mondiale forcent le millionnaire arménien à chercher une nouvelle ville pour s'installer. Il choisit Lisbonne ; un choix qui étonne tout le monde... notamment le dictateur Salazar qui ne voit pas cela d'un bon oeil. Avec la magie propre à J. R. dos Santos, ce deuxième roman nous fait comprendre combien ce petit Arménien si mystérieux a bouleversé l'ordre mondial.

Il explique également comment il a marqué l'histoire des Portugais et notamment celle de Lisbonne, en léguant toute sa collection d'Art à la ville. Aujourd'hui, la Fondation Gulbenkian est l'une des plus riches et des plus importantes d'Europe.



Mon avis :

Suite et fin de la biographie romancée de Calouste Gulbenkian que j'ai encore dégustée de bout en bout.

Scindé en trois parties, c'est la première qui m'a le plus touchée avec la découverte de la Première Guerre Mondiale vécue par Krikor (fils de Kaloust) alors qu'il se trouve du côté de Constantinople.

J'ai été sidérée de voir que ce que les arméniens ont vécu durant ce conflit et la perversité des turcs à leur égard.

Certains passages ont été durs à lire et à digérer.

Les deux autres parties se recentrent sur Kaloust qui reste toujours fascinant à suivre, même si ce n'est pas un personnage auquel on s'attache.

Il montre peu de ses sentiments. C'est un homme dur, fermé, entêté mais qui ira au bout de ce qu'il veut : devenir l'homme le plus riche du monde.

Son parcours est extraordinaire, tout comme sa ténacité, et le découvrir à travers la plume de JR Dos Santos est juste génialissime.

On ne quitte qu'à regret ce personnage passionnant et passionné que l'auteur a su faire revivre le temps d'un dyptique que l'on dévore/déguste, avec une plume fluide et agréable comme l'auteur nous en a donné l'habitude.

Je ne regrette pas d'avoir fait cette découverte que je vous conseille de faire aussi.

vendredi 10 juillet 2020

Et ta vie m'appartiendra

Auteur : Gaël Aymon
Editions : Nathan (2020)
Nbre de pages : 329



Présentation de l'éditeur :

Et si votre plus cher désir risquait de vous tuer ?

A la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs...

Sans y croire, la jeune fille demande à devenir riche, ainsi que la dévotion absolue d'Halima, sa seule amie. Et ses souhaits se réalisent...

Pourtant, cette existence de rêve se transforme vite en cauchemar. Car un ennemi rôde, prêt à s'emparer de son talisman, par tous les moyens. Et à chaque voeu formulé, la peau aspire peu à peu la vie d'Irina, la tuant à petit feu...



Mon avis :

Une bonne surprise que la lecture de ce roman. Irina, ado de 18 ans vivant seule avec sa mère, va recevoir un héritage particulier, suite à la mort de sa grand-mère : un peau pouvant exaucer tous ses désirs. Mais faire un souhait entraîne une contre-partie à laquelle Irina ne s'attendait pas...

Je n'attendais rien de particulier de ce titre que j'ai peu vu sur les réseaux. Je n'ai pas eu d'influence et je me suis laissée emporter par ce que va vivre Irina mais aussi son amie Halima qui sera son soutien dans bien des moments difficiles.

Ce roman est "La peau de chagrin" de Balzac à la sauce contemporaine. N'ayant pas lu le classique, j'ai pu, à travers le personnage d'Irina et ce qu'elle vit, apercevoir les rouages de l'oeuvre de Balzac que j'ai bien envie de tenter maintenant.

Irina n'a pas une vie facile mais l'arrivée de ce talisman ne va pas la simplifier contrairement à ce qu'elle pense au début.

J'ai beaucoup aimé la voir évoluer, même si je ne me suis pas attachée à elle ou aux autres personnages qui l'entourent. J'ai aimé voir comment elle réagissait face à cette peau qui la pousse à l'utiliser...

C'est un roman très intéressant et très bien écrit qui offre une alternative à la lecture des classiques qui peut sembler indigeste voire ennuyante pour la jeunesse actuelle.

Les thématiques abordées peuvent permettre des échanges intéressants à étudier en cours. S'il était proposé par les profs à leurs élèves, nul doute que ceux-ci seraient sûrement plus intéressés que par celui de Balzac.

En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé et je le recommande.