vendredi 5 juin 2020

La lionne rouge

Autrice : Marion Cabrol
Editions : Hugo Poche (2020)
Collection : Suspense
Nbre de pages : 



Présentation de l'éditeur :
Dans le froid de l'hiver lorrain, deux veilleurs font leur ronde de nuit. Rien d'inhabituel, semble-t-il, dans le parc animalier endormi... jusqu'à ce qu'un scintillement attise leur curiosité. Celui d'une lampe torche allumée, braquée sur le bassin des ours polaires.

Au fond duquel semble les scruter le regard terrifié, figé dans une expression d'épouvante, d'un corps sans vie, à moitié dévoré, bercé par le remous de l'eau désormais teintée de sang.

Une plongée dans l'univers sombre du zoo : le quotidien des soigneurs, la vie des animaux en captivité, les trafics, les mouvements activistes...



Mon avis :

Ce 1er roman de l'autrice nous plonge dans une enquête sombre au cœur du zoo d'Amnéville. Un homme va être retrouvé dans le bassin des ours polaires à moitié dévoré. Éric Belt, arrivé récemment à la Brigade de Metz, sera chargé de l'affaire qui se résume, pour lui, en un mot : suicide.

Je n'attendais rien de particulier de ce roman. Je me suis laissée porter par ce que proposait l'autrice et je serai honnête en disant que l'ensemble reste assez classique et que je ne me suis attachée à aucun personnage.
Certains passages sont en italique puisque c'est le meurtrier qui parle. On apprend pas mal de choses sur lui, sur son passé et cette colère qui ne le quitte pas. C'est un personnage particulier et j'ai eu du mal pour voir où voulait aller l'autrice.

Marion Cabrol joue avec le passé et le présent pour expliquer le pourquoi de la situation actuelle mais plus je progressais et moins j'étais surprise par ce que je lisais.

J'ai été un peu déçue de ce côté là mais j'ai beaucoup aimé découvrir la face cachée du zoo.

Marion Cabrol ayant travaillé au zoo d'Amnéville, elle a su parfaitement monter son intrigue dans le monde animalier, rendant la lecture intéressante sur ce point là.

S'agissant de l'écriture, je n'ai rien à dire. C'est fluide et agréable. Le style est maîtrisé. C'est une autrice à suivre pour voir ce qu'elle peut proposer d'autre dans un prochain roman, en espérant qu'elle saura davantage me surprendre sur l'enquête en elle-même.

mercredi 3 juin 2020

Hôtel Castellana

Autrice : Ruta Sepetys
Editions : Gallimard Jeunesse (2020)
Nbre de pages : 587


Présentation de l'éditeur :
1957. Daniel Matheson passe l'été à Madrid avec ses parents. Passionné de photographie, il espère découvrir le pays de naissance de sa mère par le viseur de son appareil. Dans l'hôtel Castellana où s'installe la famille Matheson travaille la belle et mystérieuse Ana. Daniel découvre peu à peu son histoire, lourde de secrets, et à travers elle le poids de la dictature espagnole. Mais leur amour est-il possible dans un pays dominé par la peur et le mensonge ?



Mon avis :

J'ai enfin lu mon 1er roman de cette autrice qui est agréable et intéressant à découvrir.

Nous sommes en Espagne, à Madrid, sous le régime de Franco. Nous suivons Daniel, jeune américain de 18 ans, venu en vacances avec ses parents, son père devant rencontrer Franco. Si son père est un magnat du pétrole et espère que son fils reprenne les rênes de la société, Daniel lui rêve de devenir photojournaliste. Il y aura aussi Ana, jeune espagnole de 17 ans travaillant comme femme de chambre à l'hôtel Castellana. Il y aura d'autres personnages auxquels on va s'attacher.

On voit d'avance la romance se mettre en place doucement entre Daniel et Ana mais le contexte rend les choses compliquées.

Ruta Sepetys montre ce qui se passe dans cette Espagne franquiste et l'ensemble suffira pour un lectorat ado.

Pour ma part, il m'a manqué plus de profondeur notamment historique et Franco ne fait qu'une seule apparition.

L'autrice s'est surtout focalisée sur l'histoire de Daniel et Ana, même sur on voit certaines choses se dérouler dans l'orphelinat où travaille Puri, la cousine d'Ana.

Avec Rafa et Fuga on aura un aperçu de la tauromachie.

C'est une histoire que j'aurais aimé plus étoffée pour vraiment m'y retrouver et qu'elle m'écrase d'émotions.

Cela reste trop en surface pour moi mais encore une fois c'est une très bonne lecture jeunesse qui met en avant la dictature de Franco sans heurter la sensibilité des jeunes.

Pour le lectorat plus pointilleux, il faudra chercher des romans adultes pour parfaire cette Histoire de l'Espagne que nous ne connaissons que trop peu. Une chose est sûre, Hôtel Castellana m'a donné envie de creuser le sujet.

mardi 2 juin 2020

Druide

Auteur : Oliver Peru
Editions : J'ai Lu 
Nbre de pages : 603


Présentation de l'éditeur :

1123 après le Pacte.
Au nord vivent les hommes du froid et de l'acier, au sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d'ombres, d'arbres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte Ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse mais un crime impensable bouleverse la loi de toutes les couronnes : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats ont été sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier.
Certains voient là l'oeuvre monstrueuse d'un mal ancien, d'autres usent du drame comme d'un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, et ses deux apprentis ont pour mission de retrouver les assassins avant qu'une nouvelle guerre n'éclate. Mais pour la première fois, Obrigan, l'un des plus réputés maître loup de la forêt, se sent impuissant face à l'énigme sanglante qu'il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n'ont pas de réponses.
Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt.





Mon avis :

C'est avec ce roman que je découvre cet auteur grâce au mois de la fantasy qui m'a aidé à le sélectionner.

Je sors enchantée de ma lecture car l'écriture de l'auteur est envoûtante autant qu'angoissante selon le déroulement de l'histoire. On s'attache à certains personnages ; on en redoute d'autres et notamment ces êtres ayant sauvagement assassiné 49 soldats dans une citadelle normalement imprenable. Qui sont ces meurtriers, sa cachant dans l'ombre, détestant la lumière ?

On est embarqué dans une histoire de Pacte ancien dont on découvre l'envers du décor.

Obrigan et ses apprentis devront retrouver les assassins afin de préserver une paix bancale entre les deux familles régnantes.

Tout est très bien orchestré, sombre à souhait avec des passages durs à digérer mais qui entraînent le lecteur dans un monde de fantasy très complet que l'on a plaisir à suivre.

Je l'ai dégusté plutôt que dévoré et même si j'ai trouvé quelques passages un peu longs, je me suis laissée emporter dans cette histoire aux racines entremêlées qu'il fallait bien dénouer pour que la paix s'installe enfin.

Je suis sortie de ma lecture enchantée de ce que j'avais lu, le coeur serré de quitter tous les personnages qui apportent tellement de choses. C'est certain que je relirai l'auteur.

Si vous avez des suggestions, n'hésitez pas le faire dans les commentaires ☺

dimanche 31 mai 2020

La faucheuse : Le glas (T3)

Auteur : Neal Shusterman
Editions : Robert Laffont (2019) - Collection R
Nbre de pages : 709


Présentation de l'éditeur :

Dans un monde qui a conquis la mort, l'humanité sera-t-elle anéantie par les êtres immortels auxquels elle a donné naissance ?
Le sinistre maître Goddard se prépare à prendre le pouvoir suprême sur la communauté des faucheurs. Seul celui qu'on nomme " le glas " pourrait faire basculer l'humanité du côté de la vie...




Mon avis :

Et voilà une saga terminée, lue durant tout le mois de mai en compagnie de @steff_bouquine et @celinelecture pour le tome 3.

Nous avons toutes les 3 un avis unanime sur ce tome. S'il n'est pas mauvais, il déçoit par la tournure que prend l'histoire et les choix de l'auteur.

Il est long. Cela manque de rythme, d'action qui en met plein la vue car nous sommes dans la mise en place du final... qui ne sera pas celui auquel on pouvait s'attendre.

On voit peu Citra et Rowan au profite des personnages secondaires. Ce tome est moins entrainant et je m'attendais vraiment à autre chose. La toute fin m'a laissée dubitative. Je ne savais pas quoi en penser, au point que j'ai relu les dernières lignes plusieurs fois. Ce dernier volet est pour le moins surprenant...

Mais, avec les filles, nous restons convaincues que c'est une série à conseiller malgré la tournure du dernier tome. Les 2 premiers livres sont excellents et méritent d'être découverts tout comme les personnages. Ne vous bloquez pas sur ce tome 3 et laissez vous porter dans l'univers des Faucheurs qui vont nous manquer vu ce que l'on a vécu à travers eux.

lundi 25 mai 2020

Le dilemme

Autrice : B.A. Paris
Editions : Hugo Thriller (2020)
Nbre de pages : 384


Présentation de l'éditeur :

S'il parle, il la détruit.S'il se tait, il se détruit.Et vous, que feriez-vous ?

Depuis toujours, Livia rêve d'une énorme soirée pour ses 40 ans ; et Adam, son mari, met tout en oeuvre pour que la fête soit inoubliable. Il s'organise pour que leur fille Marnie vienne exprès de Hong Kong – ce sera une surprise pour Livia.

Mais quelques heures avant la soirée, Adam apprend que le vol dans lequel se trouvait peut-être Marnie s'est crashé. Est-ce qu'elle avait pu prendre cet avion, sachant que son vol précédent

avait décollé en retard et qu'elle pensait ne pas pouvoir attraper sa correspondance ? Adam doit-il en parler à Livia, au risque de l'inquiéter pour rien ? Et pourquoi Livia semble-t-elle soulagée que Marnie ne soit pas là ?

Lorsque la fête commence, chacun devra danser avec ses secrets et ses peurs. Jusqu'à ce que s'ouvre enfin le portillon du jardin et qu'une silhouette s'avance vers les invités...





Mon avis :

Voilà le 2ème roman de l'auteure que j'ai découvert en LC avec Marylin de @le_boudoir_litteraire et ce fut, encore une fois, une excellente lecture.

Nous partageons une longue journée aux cotés de Livia et Adam. Une journée particulière pour Livia qui fête ses 40 ans avec ses proches et amis. Une journée longue et pleine d'appréhension, de doute car la fille du couple, partie étudier à Hongkong doit être présente (c'est une surprise pour Livia) mais l'avion qu'elle devait prendre s'est crashé, avec aucun survivant. C'était une correspondance et le 1er avion de Marnie était en retard. Était-elle dans l'avion ou pas ? Adam va vivre une journée très difficile car il ne veut rien dire de cette catastrophe à Livia pour ne pas lui gâcher sa journée...

Nous ne sommes pas dans un roman bourré d'action. Si c'est ce que vous recherchez, passez votre chemin. L'histoire se déroulera en alternance entre Adam et ce crash d'avion qui le turlupine et Livia qui continue d'organiser sa soirée d'anniversaire.

Adam vivra seul ces longues heures d'attente et d'incertitude sur ce qui est arrivé à sa fille. Le lecteur vivra cette attente à ses côtés avec autant d'angoisse que lui.

Le suspense n'est pas sensationnel et certains trouveront ce roman long et stagnant parfois.

Mais B.A. Paris sait organiser son intrigue et offrir une tension psychologique qui pousse le lecteur à enchaîner les chapitres. Ceux-ci sont d'ailleurs organisés par tranches d'heures qui donnent une dynamique au récit. Un véritable compte à rebours avant la révélation et les conséquences... cela m'a donné la chair de poule et même si je n'étais pas d'accord avec les choix d'Adam tout au long de cette journée, je me suis laissée porter jusqu'à cette fin magnifique.



Badge Lecteur professionnel       Badge Critiques à la Une

jeudi 21 mai 2020

Entre deux mondes

Auteur : Olivier Norek
Editions : Michel Lafon (2017)
Nbre de pages : 413


Présentation de l'éditeur :

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.

Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.



Mon avis :

J'ai enfin lu mon 1er Olivier Norek avec ce titre aux avis encore unanimes.

Adam et sa famille doivent quitter la Syrie précipitamment. Nora et Maya vont donc partir les premières par un réseau clandestin pour rejoindre Calais puis la Grande-Bretagne. Il a été convenu qu'Adam les rejoindrait plus tard...

On va donc suivre ces personnages dans leur fuite pour attendre un pays en paix et libre. Tout ne se passera pas comme prévu, malheureusement.

J'avoue avoir lu ce roman par petites touches. Impossible de le lire d'un bloc tant il me donnait des aigreurs d'estomac... Je ne sais pas si je l'ai lu au bon moment car je suis restée encore extérieure à ce qui se passait et je ne me suis pas attachée aux personnages, notamment à celui d'Adam.

La 1ère partie a été la plus douloureuse avec Nora et Maya. Je crois que je me suis blindée à ce moment là. Mais j'ai aussi trouvé que l'auteur avait mis un surplus qui n'était pas nécessaire à mon goût pour rendre la vie dans la "Jungle" encore plus difficile.

Le livre est sorti en 2017, année des nouvelles élections présidentielles et période où le problème des migrants était le plus médiatisé... En finissant le roman, je me suis demandée ce que sa lecture m'avait apporté de plus que ce que je savais déjà. Réponse : RIEN.

On ne dira pas que ce roman a réglé le problème des migrants et on ne peut pas dire non plus qu'il soit dans la nouveauté si on suit l'actualité. Il m'a donné l'impression (et ce n'est que mon humble avis que je vous remercie de respecter) que Olivier Norek avait voulu faire un coup de pub en mettant en avant ce fait divers (qu'aujourd'hui on n'entend plus parler d'ailleurs alors même que le problème est toujours là).

La fin m'a laissée dubitative au point que je ressens encore ce sentiment désagréable d'être encore à côté de la plaque.

Cela dit, je n'enlève pas que l'histoire est dure et peut mettre mal à l'aise. De là à dire que c'est une pépite ou un coup de coeur, j'en suis loin car il est difficile pour moi d'user de tels termes lorsque l'on parle de la douleur de personnes qui fuient leur pays pour rester en vie.

Quant au style de l'auteur, il n'a rien d'exceptionnel, voire il est commun dans le genre. Pour ne pas rester sur une fausse note avec Olivier Norek, je tenterai bientôt Code 93 que j'ai depuis des lustres dans ma liseuse. Cela passera peut-être mieux avec Victor Coste... A voir...

mardi 19 mai 2020

Un palais de colère et de brume (T2)

Autrice : Sarah J. Maas
Editions : La Martinière Jeunesse (2018)
Nbre de pages : 719


Présentation de l'éditeur :

Après avoir survécu aux défis d’Amarantha, Feyre est devenue une Fae et a hérité de pouvoirs qui échappent à son contrôle.
Mais son cœur est resté celui d’une humaine, et elle ne peut effacer ce qu’elle a dû commettre pour sauver Tamlin et la Cour du Printemps…
Elle ne peut non plus oublier qu’elle a conclu un marché avec Rhysand, le redoutable Grand Seigneur de la Cour de la Nuit. Une semaine par mois, elle doit séjourner à ses côtés, dans son palais.
D’abord réticente, Feyre découvrira pourtant qu’il est loin d’être le Fae cruel et manipulateur qu’elle croyait connaître. Avec lui, elle va apprendre à dompter ses pouvoirs. Et douter de ce qu’elle ressent pour Tamlin…
Mais au-delà de la Cour de la Nuit, une menace se profile. Car les desseins du roi d’Hybern pourraient bien ébranler tout le royaume des immortels.





Mon avis :

2ème volet de la saga, je l'avais commencé en VO et stagné à 150 pages de la fin.

Le mois de la fantasy était l'idéal pour le relire en VF et le terminer. J'ai passé un bon moment avec ce tome là dans lequel Rhys (mon coeur s'emballe...) est prioritaire sur Tamlin (que j'aime de moins en moins).

On va suivre Feyre à la Cour de la Nuit avec Rhys et tout ceux qui l'entourent.

Si j'ai aimé découvrir le passé des personnages de cette Cour et ce qui les lie, j'ai aussi trouvé que ce tome était long. Il y a moins d'action que dans le tome 1, si ce n'est dans les fameuses 150 dernières pages.

Ma lecture en VF m'a donc enlevé le doute sur mon incapacité à le lire en VO. Tout ce que j'ai ressenti en le lisant en anglais, je l'ai également eu en VF : ennui dû aux lenteurs ! Longueurs de certaines scènes et cette envie de voir venir ce que j'attendais depuis la fin du tome 1.

Ca tourne, ça vire alors que l'on sait ce qu'il va en être mais l'autrice fait aussi une révélation déconcertante que l'on n'attendait pas.

J'ai dévoré les 150 dernières pages en une journée et la fin donne envie de se jeter sur le tome 3.

Il sera lu très prochainement pour pouvoir finir cette saga avant l'été. Mais je vais croiser les doigts pour que ce dernier volume soit plus prenant que le tome 2 qui est le tome de transition dans toute sa splendeur...

Et vous ? Qu'avez-vous pensé de ce tome 2 ?