lundi 20 mai 2019

Vindicta

Auteur : Cédric Sire
Editions : Métropolis (Mars 2019)
Nbre de pages : 577


Présentation de l'éditeur :

Leur plan semblait sans risque. Le bijoutier ne porterait pas plainte pour ce braquage car son argent est d'origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s'imaginaient avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes. Mais maintenant, l'irréparable est commis et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses. 

UN FLIC EN CHUTE LIBRE 

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d'imaginer que la planque qu'on lui a assignée fera de lui le témoin clé d'un cyclone meurtrier, dans le sillage d'un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver. 

UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES 

Pur instrument de torture et de mort, il n'a pas de nom, pas de visage, l'habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci 
pour lui : c'est personnel. 
Dans ce thriller crépusculaire, Cédric Sire joue comme jamais avec les nerfs du lecteur jusqu'à l'effroyable twist final et confirme son entrée tonitruante parmi les maîtres absolus du thriller français.


Mon avis :

Sire Cédric est un auteur que je lis depuis longtemps, quasiment depuis ses débuts même, et chaque sortie me fait très envie. Vindicta ne fait pas exception et même si j'ai quelques réserves dessus, c'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume de l'auteur.

Ici, point de thriller fantastique. Cédric Sire nous sert une intrigue qui fonctionne de bout en bout.

Entre les différents personnages plus ou moins border line et un meurtrier méthodique qui n'y va pas de main morte avec ses victimes, nous sommes servis.

Même un peu trop, en ce qui me concerne. Certaines scènes de crime sont très détaillées au point qu'elles m'ont mise au bord de la nausée. C'est bien la première fois que cela m'arrive pour être souligné et j'avoue que, pour le coup, j'ai trouvé que l'auteur allait trop loin. Qu'il y avait une surenchère de la violence dans son opus, par rapport aux précédents alors même que l'on ne peut pas dire que Sire Cédric faisait déjà dans la dentelle.

Pour autant, tout est très bien maîtrisé qu'il s'agisse des personnages, de la tension constante, de l'ambiance qui vous met les nerfs à fleur de peau.

L'ensemble crée indubitablement un page-turner que vous refermerez complètement essoufflé et vidé.

La fin ne m'a pas totalement convaincue sur un point mais elle m'a surprise par d'autres côtés.

En ce qui me concerne, j'ai trouvé Vindicta très bon mais abstenez-vous si vous êtes une âme sensible. Certains passages sont très durs à digérer voire même complètement indigestes. A vous de voir si vous allez vous laisser tenter. Vous êtes prévenu !

jeudi 16 mai 2019

La prisonnière du temps

Auteure : Kate Morton
Editions : Presses de la Cité (Avril 2019)
Nbre de pages : 624 (format papier)


Présentation de l'éditeur :

" Mon vrai nom, personne ne s'en souvient. La vérité à propos de cet été-là, personne ne la connaît "

À l'été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s'installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l'histoire de l'art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d'Edward Radcliffe est brisée. 
Plus d'un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l'ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d'une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d'une demeure au bord de l'eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L'inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l'entraînant sur les traces d'une passion d'un autre siècle, son enquête l'aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu'elle désire ?


Mon avis :

Ce roman est le troisième de l'auteure que je lis et si j'aime sa plume, je voulais voir s'il égalait "Les brumes de Riverton" qui restait mon préféré. Et, il le restera encore puisque cet opus ne m'a pas autant emportée que ce que je le voulais.

Kate Morton va jouer sur plusieurs temporalités et nous allons suivre de nombreux personnages. J'étais un peu perdue au début parce qu'il n'est pas facile de voir les liens entre les uns et les autres. Ce n'est qu'en avançant que l'on va s'en rendre compte et que l'on constatera l'ampleur du puzzle géant que nous propose Kate Morton.

Si je me suis laissée emporter par la plume et les descriptions que fait l'auteure, tant dans les émotions que dans les paysages ou les peintures, je serai honnête en disant aussi que je l'ai trouvé quand même long, avec des scènes qui se répètent parfois.

C'est dommage, surtout que je m'attendais à ce que l'histoire soit racontée à travers le personnage d'Elodie Winslow qui va découvrir des objets qui vont la pousser à faire des recherches mais ce n'est pas elle que l'on suivra pour l'essentiel et elle interviendra finalement assez peu.

Cela dit, le personnage qui raconte tout ce que l'on doit savoir n'est pas non plus dénué d'intérêt et j'ai beaucoup aimé suivre son parcours, son histoire. Je m'y suis aussi attachée lorsque j'ai su ce qu'il en était.

C'est un très beau roman et la construction est extraordinaire mais il aurait aussi mérité quelques raccourcis pour éviter certaines redites qui alourdissaient, pour moi, certains passages.

Même si, en ce qui me concerne, il n'égale toujours pas "Les brumes de Riverton", je l'ai trouvé plus prenant et intéressant que "L'enfant du lac".

mercredi 15 mai 2019

Un appart de rêve (amoureux compris)

Auteure : Roxane Dambre
Editions : Calmann Levy (Mai 2019)
Nbre de pages : 338


Présentation de l'éditeur :

Jolie rousse dynamique et joyeuse, Noëlle a décroché un boulot atypique mais qui la réjouit : infiltrer des entreprises pour comprendre l’origine de leurs problèmes. Sa vie professionnelle est donc au beau fixe, même si côté coeur c’est une autre histoire…
Son boss l’envoie sur une nouvelle mission qui promet plus que les frissons habituels : elle doit intégrer une agence immobilière de luxe. Budget fringues et accessoires illimité afin de passer pour la chasseuse d’appartement la plus glamour de tout Paris. Sur place, la situation est bizarre, patron tyrannique, collègues à côté de la plaque, mises en avant de biens déjà cédés… Et en guise de période d’essai, le boss donne à Noëlle dix jours pour vendre un manoir prétendument hanté qui traîne dans les fichiers depuis deux ans !
Pour l’aider dans cette mission presque impossible, on lui adjoint les services de JC, le grouillot de l’agence… qui se révèle terriblement efficace et horriblement sexy. Ou serait-ce l’inverse ?


Mon avis :

Le dernier Roxane Dambre n'aura pas fait long feu dans ma PAL. Sitôt reçu, sitôt lu. J'adore cette auteure depuis que je l'ai découverte avec "Un karma presque parfait" et je ne me lasse pas de ses écrits. Avec "Sixtine", ce fut le coup de foudre. Avec ce dernier roman, c'est la preuve irréfutable (s'il en fallait une de plus) que Roxane est l'auteure feel-good qui me convient.

Ici, le personnage féminin n'égalera pas Sixtine à mes yeux mais elle est encore agréable, drôle, prête à tout pour accomplir sa mission et même au-delà.

J'ai adoré découvrir cette relation entre Noëlle (le personnage que l'on suit) et JC (membre de l'agence immobilière dont Noëlle est chargée de comprendre pourquoi elle décline) qui cuisine divinement bien apparemment.

Roxane sait mettre dans ses histoires tout ce qu'il faut pour passer un bon moment et ne fermer le roman uniquement lorsque l'on atteint la dernière page, à regret.

A chaque découverte, j'ai peur d'avoir un sentiment de déjà vu alors que ce n'est jamais le cas. Elle me surprend à chaque sortie et lorsque je termine ses livres, j'ai un pincement au coeur d'être allée trop vite et cette envie terrible d'avoir déjà son prochain entre les mains me prend irrémédiablement.

Lire du Roxane Dambre, c'est entrer dans une bulle où stress, fatigue et soucis s'envolent pour faire place à un bien-être divinement agréable. C'est, par ailleurs, totalement addictif au point que j'en redemande tout le temps.

Moi je dis : "Vivement le prochain !"

samedi 11 mai 2019

La bête de l'Aven

Auteur : François Lange
Editions : Palémon (Février 2019)
Nbre de pages : 200


Présentation de l'éditeur :

Été 1858, plusieurs jeunes filles sont retrouvées égorgées dans la campagne du Pays d’Aven. Qui peut semer ainsi la mort sur son passage ? Une bête ? Un fou sanguinaire ?

L’inspecteur François Le Roy, bien qu’affecté à la police municipale de Quimper, se voit chargé de l’affaire alors qu’il venait de se lancer sur la piste d’une bande d’anciens forçats décidés à attaquer le fourgon postal transportant l’or destiné aux banques de l’Ouest. Fañch, comme tous l’appellent, va donc rejoindre Pont-Aven pour y mener une double enquête, assisté pour l’occasion de son ami, le lieutenant de gendarmerie Corentin Kerloc’h.

S’engage dès lors une course contre la montre à la poursuite de malfrats retors et dénués de tout scrupule tandis qu’il lui faut, au plus vite, démasquer celui dont les agissements monstrueux réveillent la terreur atavique de ces paysans bretons face à l’irrationnel...


Mon avis :

Et voici ma 2ème découverte de cet éditeur que j'ai lu rapidement et ça fait du bien !

Ici, point de thriller trash ou gore. François Lange nous propose un policier historique qui m'a fait me rappeler ces livres que je lisais étant ado : des personnages sympathiques, une enquête simple sur fond d'Histoire locale et de légende.

Le combo fonctionne à la perfection et change des ouvrages plus agressifs que l'on nous propose aujourd'hui.

J'ai fait la connaissance de l'inspecteur François Le Roy aussi obstiné qu'instinctif que j'ai beaucoup apprécié.

Ici, ce ne sera pas l'enquête en elle-même qui m'aura conquise mais plutôt l'ambiance générale et l'histoire locale. J'ai adoré suivre François dans les petites ruelles, et "écouté" certains termes bretons mais également le mythe de cette bête qui tue les jeunes filles.

J'ai été envoyée au XIXème siècle grâce à la magie de l'écriture de l'auteur et cela m'a fait énormément de bien.

Le roman est court; les deux enquêtes sont vite résolues mais peu importe car l'ensemble offre une lecture idéale pour se détendre tout en découvrant une région que je ne connais pas.

A chaque lecture de cet éditeur, je ressors comblée et apaisée d'avoir eu mon comptant. J'ai hâte de poursuivre ma découverte avec les romans qui sont encore dans ma Pile à Lire.

Quant aux lecteurs qui aiment encore aujourd'hui les romans policiers à l'ancienne, ce titre est fait pour vous, sans conteste possible.

vendredi 10 mai 2019

Killer game

Auteure : Stephanie Perkins
Editions : Gallimard Jeunesse (Mars 2019)
Nbre de pages : 400


Présentation de l'éditeur :

Osborne est une petite ville du Nebraska où tout le monde se connaît, pas vraiment le cadre rêvé pour une adolescente ! Mais avec ses amis, Alex la cynique et le très protecteur Darby, Makani s'y plaît. Sans parler d'Ollie, le garçon solitaire dont elle aimerait beaucoup se rapprocher... Tout bascule lorsque les élèves de son lycée se font assassiner les uns après les autres. Pour éviter de devenir une proie, Makani va devoir affronter un terrible secret. Qui a dit qu'il ne se passait jamais rien à Osborne ?

LU EN LC AVEC LAETITIA DE "Sous le feuillage"


Mon avis :

Je lis rarement des romans jeunesse mais ce titre là m'a interpelée par son résumé. Du coup, je me suis laissée tenter et j'avoue que je ne sais toujours pas si je l'ai aimé ou pas alors que cela fait plus de 10 jours que je l'ai terminé.

La 4ème nous laisse présager des assassinats de lycéens à outrance et un terrible secret sur Makani, le personnage principal.

Si effectivement, il y a aura de nombreux meurtres, il faudra attendre (hors le 1er qui a lieu au tout début), une bonne centaine de pages pour que cela se déclenche vraiment.

C'est long. Très long. Et pendant ce temps, j'étais dans un YA classique avec des problèmes d'ados classiques et une romance qui ne m'intéressait absolument pas. Où était le côté policier tant attendu ?

Du coup, il vous faudra être patient pour avoir ce que je voulais : une enquête entraînante, des suspects à foison et des meurtres qui sont horribles et se succèdent.

Mais nous sommes dans du jeunesse et si, le 2ème tiers du livre est entraînant, la fin est expéditive.

On connaît le responsable 100 pages avant la fin et lorsque l'on arrive à le choper, cela se fait en moins de cinq minutes, avant de retomber dans la petite romance.

S'agissant du terrible secret de Makani, je m'attendais à quelque chose de pire que ce qui est annoncé.

Forcément, je suis sortie déçue de l'ensemble mais je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ni d'ailleurs qu'il soit mauvais.

Je n'ai jamais lu cette auteure et je ne pourrai pas faire de comparaisons avec ses autres titres.

Pour celui-là, je dirai qu'il est trop fleur bleue au départ avec une fin trop expéditive.

L'entre-deux est excellent mais cela ne suffit pas pour en faire un titre inoubliable.

mardi 7 mai 2019

Octobre

Auteur : Soren Sveistrup
Editions : Albin Michel (Février 2019)
Nbre de pages : 640 (format papier)


Présentation de l'éditeur :
Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d'une femme amputée d'une main. À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d'allumettes. Chargés de l'enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l'inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte.
Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de la fille de la ministre et la victime à la main coupée. Lorsqu'une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer...




Mon avis :

Vu les avis unanimes sur ce roman nordique, danois cette fois-ci, j'avais très envie de me faire mon avis dessus. Eh bien je ne suis pas déçue et j'ai déjà hâte de lire le prochain roman de cet auteur.

Nous nous situons du côté de Copenhague et des meurtres plus horribles les uns que les autres vont se succéder. Les victimes sont toutes des femmes, plutôt jeunes. L'auteur de ces actes odieux, monstrueux, laissera aux enquêteurs sa petite signature : un bonhomme fait avec des marrons.
L'enquête sera confiée à Naia Thulin (flic au caractère bien trempé, élevant seule sa fille de 4 ans) et Mark Hess (débarqué d'Europol suite à certaines difficultés) qui auront bien du mal à trouver des liens entre les victimes.

Même si j'ai mis près d'une semaine à lire ce roman, je ne me suis régalée à voir l'auteur jouer avec moi et ses personnages. Tout est magistralement orchestré de manière à ce que l'on ne sache jamais qui est derrière ces meurtres.

J'ai adoré évoluer dans ce contexte stressant, ne sachant pas sur qui je pouvais me fier.

Tout est organisé de façon très méthodique voire même chirurgicale, au point que l'on ne s'attend pas à ses revers de situation.

C'est un roman minutieusement préparé dont je verrai bien une adaptation, même si je me passerai bien de certains détails en image...

Le style est aussi affûté que l'enquête et les personnages ont tous une part d'ombre que j'ai, là encore, adoré découvrir au fur et à mesure qu'ils se dévoilent.

Même si j'ai lu plusieurs romans nordiques qui m'ont plu, je dois avouer que celui-ci est très abouti et il sort vraiment du lot.

Vu la fin, je suis quasi-certaine que l'on retrouvera certains personnages très bientôt, ou en tout cas je l'espère grandement et je croise les doigts, les orteils et je brûle des cierges pour que ce soit le cas.

En bref, Octobre est un roman très complet, prenant et maîtrisé avec finesse et perfection que je vous recommande plus que fortement.

lundi 6 mai 2019

Les sentiers de l'oubli

Auteure : Margaret Mizushima
Editions : Belfond (Mars 2019)
Collection : Le Cercle
Nbre de pages : 330


Présentation de l'éditeur :
Le Colorado, sa communauté d'habitants paisible, ses grandes forêts qui font la joie des amoureux de la nature... et des trafiquants de drogue. Une enquête riche en suspense menée par un couple aussi improbable qu'attachant : la lieutenant Mattie Cobb et Robo, son berger allemand au grand flair.
Mattie vient tout juste d'achever sa formation d'agent de police dans l'unité cynophile de Denver. La jeune femme et son chien trépignent d'excitation à l'idée de mettre en pratique leurs enseignements. 
Mais Mattie n'était pas préparée à la découverte macabre que fait son coéquipier canin au cœur de la forêt : le corps de Grace, une élève du lycée local sans histoire, tuée par balle. Non loin, sa chienne Belle, blessée. Accident de chasse ? Alors comment expliquer la présence de sachets de poudre blanche dans le ventre de Belle ? Assassinat ? 
La petite communauté du Colorado est en émoi mais Mattie n'est pas dupe. Elle, l'enfant de la région, sait la violence qui se dissimule sous l'apparente tranquillité des lieux. Aidé par Cole Walker, vétérinaire et père célibataire, notre duo de choc entame une enquête haletante. Il va falloir frapper vite et fort. Car les traqueurs pourraient bien être traqués à leur tour...


Mon avis :

Voilà un policier bien sympa qui m'a plu parce qu'il sort du lot avec le couple que nous suivons. Il est composé de Mattie, flic à Timber Creek, petite ville du Colorado, et de son jeune compagnon à quatre pattes, Robo, un magnifique berger allemand. Ils ont été formés à Denvers pour devenir la première brigade cynophile de Timber Creek afin de démanteler, notamment, un trafic de drogue qui sévit dans cette ville. Mais Robo va découvrir un cadavre en pleine forêt lors d'un entraînement. Le corps est celui d'une élève du lycée local et l'enquête qui va s'en suivre ne sera pas dénuée d'intérêt.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de roman de la collection du Cercle et j'ai passé un très bon moment avec.

Même si l'enquête est plutôt simple, ce sont surtout Mattie et Robo qui m'ont accrochée et qui me donnent envie de les retrouver dans un prochain tome à paraître.

On ressent très bien l'attachement qu'il y a entre les deux et les détails que donne l'auteure sur la façon de gérer un chien policier sont très intéressants également.

Mattie fera des erreurs avec Robo. On la sent novice mais prête à tout pour faire son boulot tout en faisant attention à son équipier à quatre pattes. Robo, de son côté, n'est pas en reste lorsqu'il s'agit de protéger sa maîtresse. Le lien entre les deux est déjà très fort et il est certain que les prochaines histoires ne feront qu'amplifier cet attachement.

Du coup, même si l'enquête n'est pas exceptionnelle mais somme toute plutôt basique, je me suis régalée à être aux côtés de Mattie et Robo que j'ai hâte de retrouver. Sans compter aussi que le personnage de Cole Walker, le vétérinaire de la ville, n'est pas sans intérêt tant pour Robo que pour l'enquête que mène Mattie... Là encore, un lien se crée entre les deux et autant vous dire que l'ensemble donne très envie de savoir ce qu'il en sera par la suite et comment ces deux là vont se compléter...

mercredi 1 mai 2019

L'ombre de la baleine

Auteure : Camilla Grebe
Editions : Calmann-Levy Noir (Février 2019)
Nbre de pages : 442


Présentation de l'éditeur :
Quand des cadavres de jeunes hommes échouent sur les côtes de l’archipel de Stockholm, la jeune flic Malin et son supérieur, Manfred, sont missionnés pour résoudre ce sombre mystère. Hélas, chacun est plus vulnérable que d’habitude : Malin est très enceinte, et Manfred meurtri par le terrible accident qui a plongé sa petite fille dans le coma.
En parallèle, nous rencontrons Samuel, adolescent rebelle, dealer à mi-temps, élevé par une mère célibataire aussi stricte que dévote. Sa vie bascule quand celle-ci jette à la poubelle des échantillons de cocaïne que le baron de la drogue de Stockholm lui a confiés.
Alors que Samuel trouve une planque idéale sur la petite île de Marholmen, où il est embauché par la jolie Rachel pour devenir l’auxiliaire de vie de son fils Jonas, Malin et Manfred font fausse route. Mais toute leur enquête change de cap le jour où la mère de Samuel signale enfin sa disparition…
Une triple narration redoutable qui confirme à nouveau le talent exceptionnel de Camilla Grebe pour tisser des intrigues complexes. Fausses pistes et retournements incroyables côtoient une réflexion passionnante sur la fragilité de l’adolescence et de la filiation. Un grand cru, pour une grande dame du polar, désormais couronnée du très prestigieux Glass Key Award.


Mon avis :

Ce nouveau roman de Camilla Grebe n'a pas été tel que je le pensais. Ayant adoré ces deux précédents titres, j'en attendais peut-être trop, au point que j'en suis sortie déçue...

On va suivre en alternance trois personnages : Manfred (flic) qui va voir sa vie basculer dans l'horreur le jour où sa fille de 4 ans est victime d'un accident domestique; Samuel (jeune à la dérive de 18 ans) qui va tomber dans une histoire hors du commun; Pernilla (mère de Samuel) qui pense que la parole de Dieu peut aider Samuel à retrouver le droit chemin.


Il y a beaucoup de tension : d'abord entre Samuel et sa mère qui ont bien du mal à se comprendre et à communiquer. Puis, du côté de Manfred, avec ses problèmes personnels et cette enquête sur des jeunes hommes retrouvés morts sans qu'il arrive à comprendre ce qui se trame.

Si tout est mis en oeuvre pour que le lectorat reste pris dans l'engrenage de ces intrigues mais je dois dire que, cette fois-ci, j'ai trouvé l'ensemble long, trop porté sur la religion et je ne me suis attachée à aucun personnage.

J'ai eu des suspicions sur le coupable dès la moitié du livre, parce que certains détails me paraissaient louches, et je ne me suis pas trompée, sauf sur un élément que je n'ai pas vu venir et j'en ai été ravie.

Cependant, la fin ne m'a pas ébranlée et je suis un peu déçue de cette enquête qui est, pour moi, en-dessous des deux autres.

Par contre, le style de l'auteur est toujours aussi agréable à lire et malgré cette lecture décevante, je lirai avec plaisir son prochain roman.

lundi 29 avril 2019

J'ai dû rêver trop fort

Auteur : Michel Bussi
Editions : Presses de la Cité (Février 2019)
Nbre de pages : 480


Présentation de l'éditeur :
Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais.
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu'il n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ?
Qui s'évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ?
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu'on peut remonter le temps ?


Mon avis :

J'ai, moi aussi, succombé au dernier Bussi qui m'a fait passer un bon moment de lecture, même si je dois dire que ce n'était pas forcément gagné au début...

J'ai eu du mal sur certains points du roman qui joue avec l'espace temporel puisque Nathy, l'hôtesse de l'air que nous suivons, va vivre une expérience étrange : faire les mêmes escales, avec le même personnel de bord, que 20 ans auparavant.

On va donc jongler entre 1999 et 2019, vivre le passé et comprendre les réactions de Nathy dans le présent mais également voir son comportement envers son mari et ses filles.

J'ai trouvé le début très énigmatique et cela devient accrocheur à partir du moment où l'on ne sait pas trop où l'auteur nous embarque.

Lorsque, par contre, c'est le cas, j'ai trouvé que c'était sympa mais j'avais du mal à adhérer et j'ai trouvé que c'était un peu long pour certains passages voire même redondant sur certains détails.

Mais il se passe un évènement en 2019 qui bouscule pas mal de choses et petit à petit, lorsque les pièces du puzzle prennent place, je me suis prise au jeu et j'ai dévoré notamment la 2nde moitié, tout en le dégustant.

Je n'ai rien vu venir alors que l'auteur plante des petits cailloux ici ou là. Je me suis laissée emporter et la fin est extrêmement touchante.

Mais ce qui fait de ce roman une histoire extraordinaire, c'est la chanson créée par l'auteur et dévoilée petit à petit par un personnage dans le roman qui a été mise en musique par Gauvin Sers qui, lorsque je l'ai écoutée à la fin de ma lecture, m'a propulsée dans cet univers que j'avais quitté et m'a mis une nostalgie tellement forte dans l'histoire de Nathy que j'en ai eu les larmes aux yeux.

Que restera-t-il de nous ? Michel Bussi / Gauvain Sers

C'est la 1ère fois qu'une chanson est associée à un roman et Michel Bussi montre que les deux sont indissociables et apportent tellement d'émotions.

Je n'ai pas toujours accepté et compris les choix de Nathy mais je suis sortie de cette histoire très émue.

Du coup, si au départ j'avais trouvé quelques détails un peu pénibles tout en ayant une lecture fluide, je dois bien avouer que le dernier roman de Michel Bussi est une magnifique histoire d'amour et de pardon.


dimanche 28 avril 2019

Ces sorties qui me font envie - Spécial Poche (Mai 2019)


Nouvel article à partir de ce mois-ci pour vous présenter les sorties en format poche des romans qui me tentent mais également ceux que j'ai lus en grand format et que je vous conseille. Et voilà ce que ça donne pour ce mois de mai, même si la liste est non-exhaustive, bien sûr 😃

Editions J'ai Lu :

Crimes de Seine de Danielle Thiéry
A paraître le 2 Mai 2019
Genre : Policier, Thriller
Prix : 8,20€

Alors que Paris est noyé sous des pluies diluviennes, Edwige Marion, commissaire chevronnée et respectée, est abattue d’une balle dans la tête près des voies de la Gare du Nord. S’agissait-il d’une embuscade? Valentine Cara et Luc Abadie, ses deux fidèles collaborateurs, mènent l’enquête et trouvent bientôt de quoi aiguiser leurs doutes. Et ça ne s’arrange pas quand Marion, dans le coma, disparaît des urgences. Cara et Abadie se débattent dans une ville paralysée pour la retrouver mais le temps leur est compté, d’autant que la crue de la Seine leur réserve quelques surprises...


Le royaume des deux-mers de Gilbert Sinoué
A paraître le 8 Mai 2019
Genre : Récit Historique
Prix : 8,20€

« Le vieux sage murmura :
— Je vais te révéler un secret. Il existe une plante. Une plante qui vit ici, au fond des eaux. Elle a des reflets argentés. Si l’on ne prend pas garde, elle écorche les mains comme fait la rose. Si tu parviens à la trouver, alors mange-la et tu obtiendras la vie éternelle. »

Entre légende et vérité, Le royaume des Deux-Mers est un fabuleux voyage initiatique qui nous transporte trois mille ans avant notre ère, aux confins de l’une des plus anciennes civilisations du monde, sur l’île de Barheïn : Dilmoun, le « pays où le soleil se lève» et où, d’après la tradition sumérienne, résidait le seul survivant du Déluge. Dilmoun, le jardin d’Éden.


Nuit sans fin de Preston & Child
A paraître le 15 Mai 2019
Genre : Policier, Thriller
Prix : 8,40 €

À force de trouver des cadavres sans tête, Pendergast pourrait bien y perdre la sienne…

Quel point commun y a-t-il entre la fille d’un milliardaire, un ancien avocat véreux et un oligarque russe ? Tous ont été assassinés à New York, la ville de la nuit sans fin. Tous ont été décapités et leur tête a disparu, comme si l’assassin était un collectionneur morbide… Selon quels critères le criminel choisit-il ses victimes ? Vincent d’Agosta, du NYPD, et l’agent spécial Pendergast, du FBI, sont sur les dents. D’autant que ce dernier pourrait bien être la prochaine cible du tueur.
Une enquête constellée de fausses pistes où intelligence et sens de la déduction seront des atouts capitaux !

Lu en format broché et j'ai adoré, comme tous les ouvrages de cette série que je vous recommande si vous ne connaissez pas Pendergast.


Editions Pocket Jeunesse : (les sorties sont intéressantes mais je n'en ferai pas non plus une priorité, lisant peu de romans jeunesse)


Les Chroniques Lunaires : Scarlet (T2) de Marissa Meyer
A paraître le 2 Mai 2015
Genre : Fantastique Y.A.
Prix : 8,30 €

Depuis les lointaines étoiles jusqu’aux recoins d’une sombre forêt, les destins de Scarlet et de Cinder semblent liés. Alors que la première cherche sa grand-mère mystérieusement disparue et que la seconde poursuit la quête de ses origines, la menace lunaire qui pèse sur l’humanité se renforce. Cinder et Scarlet parviendront-elles à lui résister ?



L'école du bien et du mal (T1) de Soman Chainani
A paraître le 2 Mai 2019
Genre : Fantastique Y.A.
Prix : 7,90 €

Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, où sont formés les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu’Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si, au-delà des apparences, se cachait leur vraie nature ?


Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel : L'alchimiste (T1) de Michael Scott
A paraître le 2 Mai 2019 (version collector pour les 25 ans de PKJ)
Genre : Fantastique Y.A.
Prix : 8,95 €

Un manuscrit ancien a disparu. Le monde moderne court à sa perte. Seuls Josh et Sophie sont capables de sauver l'humanité. Les voilà sur le point d'entrer dans la plus grande légende de tous les temps !





Editions Pocket :

Circé de Madeline Miller
A paraître le 2 Mai 2019
Genre : Historique / Mythologique
Prix : 8,50 €

Fruit des amours d’un dieu et d’une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l’Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu’elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu’elle est sensible. En l’exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l’immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse…


Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez
A paraître le 2 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 8,60 €

Aux alentours de Grenoble, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin. Dans le coffre, le corps d’une femme. À la station-service où a été vu le conducteur pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme n'est pas le propriétaire du véhicule.
Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète: un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, « L’Inspirante », villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale, et le traumatisme de l'enlèvement de sa fille Sarah. L'agression soudaine de son mari va faire resurgir le pire...
Dans le vent, le sable et le brouillard, une question parmi d'autres se pose : vers qui et vers quoi se tourner quand l'unique vérité est que tout vous devient étranger ?

⇒ Acheté par mon mari, l'année dernière, il est toujours dans ma PAL. Ca devient urgent que je le sorte, d'autant que son prochain ("Luca") sort le même jour. Oups... 


Signe de vie de J.R. Dos Santos
A paraître le 2 Mai 2019
Genre : Aventure / Fantastique
Prix : 10 €

Voilà quarante ans que les antennes de l’institut SETI, en Californie, écoutent en silence l’espace infini. Quand soudain, un signal leur parvient, depuis les étoiles, par fréquence radio. Erreur de calcul ? Simple satellite ? La NASA, l’Agence spatiale européenne, la CNSA chinoise, le pape lui-même sont obligés d’en convenir : nous ne sommes pas seuls. Que dit ce message d’origine extraterrestre ? Pour le savoir, personne n’est mieux indiqué que le cryptanalyste Tomás Noronha. Les grandes ambitions de la mission internationale conduiront Tomás bien au-delà du simple déchiffrage, à bord d’une navette, à la rencontre de l’inconnu…


Emma dans la nuit de Wendy Walker
A paraître le 9 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 7,50 €

Une nuit, Emma et Cassandra Tanner, deux sœurs de 15 et 17 ans disparaissent. Tout est envisagé : fugue, enlèvement, meurtre. Trois ans plus tard, Cass revient, seule. Et raconte. La fuite d’Emma cette nuit-là, Cass qui l’a suivie, un couple d’inconnus, une route, un bateau, une île transformée en prison, puis son évasion. Lorsque Abby Winter, psychiatre du FBI, recueille le témoignage de Cass, elle est envahie par le doute. Son récit comporte de troublantes zones d’ombre... Dit-elle toute la vérité ?


L'appât de Daniel Cole
A paraître le 9 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 8,10 €

Sur les câbles métalliques qui soutiennent le pont de Brooklyn, à New York, une ombre est suspendue. Une poupée humaine. Un cadavre. À même sa poitrine nue, on a scarifié ce mot : « Appât ». Comme une mouche dans une toile d’araignée.
Promue inspecteur principal du Yard depuis l’affaire « Ragdoll », Emily Baxter reste perplexe. Devant les agents du FBI venus la consulter, elle peine à faire lien entre les deux affaires. Un vague copycat, peut-être ? Ou pire ? À cheval sur l’Atlantique, un marionnettiste d’un nouveau genre s’apprête à tirer les fils de l’horreur…


L'échange de Rebecca Fleet
A paraître le 9 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 7,50 €

Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l'occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d'imaginer que quelqu'un puisse y habiter.
Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu'elle aurait préféré garder enfouis. Et à présent, cette personne se trouve chez elle...


Le soleil des rebelles de Luca Di Fulvio
A paraître le 9 Mai 2019
Genre : Historique
Prix : 9,40 €

Royaume de Saxe, 1407. Marcus II, prince héritier, grandit choyé dans son château, nourri de tartes aux pommes, vêtu de fourrures épaisses le protégeant du froid. Au début de l’hiver, tandis que l’enfant s’émerveille de la tombée des premières neiges, l’impitoyable Agomar, seigneur du royaume voisin, pénètre avec ses troupes dans l’enceinte fortifiée. Sous les yeux impuissants du jeune Marcus, les membres de sa famille et de la Cour sont massacrés.
Grâce à la fille d’une domestique il parvient à s’enfuir et trouve refuge chez les serfs. Une nouvelle vie commence pour le prince. Mais l’héritier saura-t-il oublier d’où il vient pour survivre ?


Les diables de Cardona de Matthew Carr
A paraître le 9 Mai 2019
Genre : Historique
Prix : 8,30 €

1584. La province espagnole d’Aragon n’a qu’un nom à la bouche. Un nom qu’on ne prononce qu’en frémissant: « Le Rédempteur ». C’est lui qui a assassiné le prêtre de Belamar de la Sierra, lui qui a profané son église, lui qui semble assoiffé de sang chrétien… Déjà, on accuse les morisques, ces musulmans convertis de force au catholicisme. L’Inquisition trépigne. Il faudra compter sur les lumières du magistrat Bernardo de Mendoza pour faire la part des choses: de la vengeance et du complot – de Dieu, des diables et du Roi.



Editions Le Livre de Poche :


Le cycle du soleil noir : Le triomphe des ténèbres (T1) de Giacometti & Ravenne
A paraître le 15 Mai 2019
Genre : Historique
Prix : 8,70 €

1938. Dans une Europe au bord de l’abîme, une organisation nazie, l’Ahnenerbe, pille des lieux sacrés à travers le monde. Elle cherche des trésors aux pouvoirs obscurs destinés à établir le règne millénaire du Troisième Reich. Son maître, Himmler, envoie des SS fouiller un sanctuaire tibétain dans une vallée oubliée de l’Himalaya. Il se rend lui-même en Espagne, dans un monastère, pour trouver un tableau énigmatique. De quelle puissance ancienne les nazis croient-ils détenir la clé ? À Londres, Churchill découvre que la guerre contre l’Allemagne sera aussi celle, spirituelle, de la lumière contre les ténèbres.
Tristan, le trafiquant d’art au passé trouble ; Erika, une archéologue allemande ; Laure, l’héritière des Cathares... : dans le premier tome de cette saga, l’histoire occulte fait se rencontrer des personnages aux destins d’exception avec les acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale.

⇒ Alors même que c'est le genre de roman que j'aime particulièrement, il est toujours dans ma PAL mais il sort tout début mai pour pouvoir vous en parler rapidement...


Le Président a disparu de Bill Clinton & James Patterson
A paraître le 29 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 8,90 €

« Le 1er mai dernier, un groupe de séparatistes pro-Ukrainien et anti-Russe a pris d’assaut une ferme en Algérie où il pensait trouver Suliman Cindoruk, dans l’intention de le tuer… Ils ont pourtant été stoppés, monsieur le Président. Par un commando des Forces spéciales et de la CIA. Et Cindoruk en a profité pour s’échapper.
Pourquoi le président des États-Unis ordonnerait-il à des soldats américains de sauver la vie d’un terroriste ? »
Il y a des secrets que seul un président peut connaître, il y a des décisions que seul un président peut prendre, et parfois il doit envisager l’impensable… Dans ce récit écrit à quatre mains, l’écrivain et l’ancien président nous entraînent pour 72 heures d’une course folle où se mêlent secrets d’État, procédure d’impeachment, complots, traîtres, et une attaque terroriste sans précédent qui pourrait bien plonger l’Amérique tout entière dans l’« âge des ténèbres ».


Les fantômes de Manhattan de R.J. Ellory
A paraître le 29 Mai 2019
Genre : Policier / Thriller
Prix : 8,40 €

Annie O’Neill tient une petite librairie en plein cœur de Manhattan. Un jour, un client, dénommé Forrester, entre dans sa boutique et se présente comme un très bon ami de ses parents, qu’elle n’a pratiquement pas connus. Il vient lui apporter un manuscrit, l’histoire d’un jeune rescapé de l’Holocauste, adopté par un soldat américain lors de la libération de Dachau, avant de devenir une des grandes figures du banditisme new-yorkais. Quel rapport y a-t-il avec la famille d’Annie ? Pourquoi Forrester est-il si réticent à lui avouer la vérité ? Lorsqu’elle lui sera enfin dévoilée, celle-ci sera plus inattendue et incroyable que tout ce qu’elle a pu imaginer.

samedi 27 avril 2019

La maison des oubliés

Auteur : Peter James
Editions : Fleuve Noir (Mars 2019)
Nbre de pages : 341


Présentation de l'éditeur :
Le déménagement dans ce manoir charmant, en haut de la colline, devait être le point de départ pour une nouvelle vie. Après des années passées dans la banlieue de Brighton, Ollie Harcourt ne pouvait rêver mieux qu’une existence paisible à la campagne. Le reste de la famille suit d’un pas hésitant, mais ne rechigne pas pour autant à cette nouvelle aventure.
Cependant, peu après leur installation, des scènes étranges se déroulent dans la maison.
Des ombres apparaissent, les animaux domestiques se comportent de manière bizarre et plusieurs accidents, plus déroutants les uns que les autres, ont lieu.
Bientôt, Ollie n’a plus de doute : leur présence n’est pas vraiment souhaitée. Quelqu’un semble même prêt à tout pour les expulser de là… à n’importe quel prix.



Mon avis :

C'était mon 1er roman de l'auteur et je sais que ce ne sera pas le dernier. Là encore, j'ai passé un super moment de lecture aux côtés de la famille Harcourt qui ont acheté un manoir à Cold Hill. Nous sommes dans un village et la propriété est isolée. Rien de mieux lorsque l'on a envie de calme en quittant son travail en ville. Sauf que ce manoir est hanté et que l'existence de cette famille ne sera pas de tout repos.

J'ai été bluffée par la façon dont Peter James traite le thème de la hantise. Le prologue m'a totalement épatée, le roman est excellemment orchestré et la fin vous laisse les bras ballants et les yeux écarquillés.

C'est bien simple : je n'ai rien vu venir ! Je n'ai été qu'une marionnette face à un auteur aussi diabolique et efficace que son fantôme.

Mais n'allez pas croire que ce roman est horrifique car ce n'est pas le cas. Il est saisissant, un peu stressant au départ mais une fois que l'on sait ce qu'il en est, la tension se relâche pour le lecteur mais pas l'envie de savoir comment tout cela va se terminer. Du coup, on poursuit avec plus d'acharnement, chapitre après chapitre, pour arriver au bout en fin de journée. Parce que, OUI, j'ai lu ce livre en un jour ! et j'étais aussi excitée que déboussolée et déçue de ne pas avoir profité davantage. Mais c'était tellement bon que je ne peux que vous le conseiller.

Je ne suis pas forcément adepte des livres sur les maisons hantées ou les fantômes en général parce que je suis une grande froussarde mais ce titre là est parfait pour avoir ce qu'il faut de tension sans que l'on sursaute ou fasse une crise cardiaque dès que l'on "entend" une porte grincer ou de l'eau couler...

J'ai vraiment eu une excellente lecture avec les émotions que je voulais. C'était vraiment parfait !

samedi 20 avril 2019

Alaska wild

Auteure : K.A. Tucker
Editions : Hugo Roman (février 2019)
Collection : New Romance
Nbre de pages : 478


Présentation de l'éditeur :

À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog " Calla & Dee ". 
Lorsqu'elle apprend que son père, qu'elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n'était encore qu'un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout. 
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions... et Jonah, ce pilote détestable. Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fille d'où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu'elle aussi peut s'adapter à cette vie... Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu'à Toronto. Et Jonah ne quittera jamais l'Alaska. 
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d'amour avec un pilote ?


Mon avis : 

Ce dernier roman de K.A. Tucker m'a, une nouvelle fois, emportée dans une histoire magnifique que je n'oublierai pas.

K.A. Tucker est, pour moi, en new romance, ce qu'est Cathy Cassidy en jeunesse ou Franck Thilliez, Sandrine Destombes ou encore Sire Cedric en thriller/policier : une valeur sûre. Je n'ai jamais été déçue de ses romans que je dévore bien malgré moi.

Dans Alaska wild, nous entrerons dans la famille de Calla Fletcher dont la mère, Susan, s'est séparée du père, Wren, alors que Calla n'avait que 17 mois et que l'amour entre ses parents étaient malgré tout bien présent. Susan ne supportait pas la vie dure et isolée en Alaska mais Wren ne se voyait absolument pas vivre ailleurs...

Après un prologue court mais déjà plein d'émotions, on suivra Calla, âgée de 26 ans et contactée par Agnès, une amie de son père lui expliquant qu'il serait bon que Calla vienne en Alaska car Wren est malade. D'abord réticente, Calla finira par y aller et rencontrera celui qu'elle a du mal à appeler papa ainsi que ceux qui vivent à ses côtés, Agnès et Jonah essentiellement.

Le prologue m'a donc de suite embarquée et j'ai su que ce roman allait me toucher. De bout en bout, je me suis régalée : d'abord avec une Calla qui part en Alaska comme si elle faisait un voyage organisé, ensuite sa rencontre avec Jonah et leurs échanges m'ont fait délirer mais c'est surtout cette difficulté à dialoguer avec ce père qu'elle ne connaît pas qui entraîne des moments poignants.

K.A. Tucker fait partie de ces auteurs qui mettent la priorité sur l'histoire de personnages auxquels on s'attache très vite. Les émotions sont là et s'intensifient au fil des pages. Le sexe n'est qu'une partie infime de la romance qui va bien au-delà de ça et c'est pour cette raison que c'est une des rares auteures en New Romance que j'aime lire.

Ses romans me mettent dans un état émotionnel intense et Alaska wild ne fera pas d'exception. J'ai eu les larmes aux yeux parce que l'auteure sait exactement toucher son lectorat avec les mots qu'il faut et au moment adéquat.

J'ai adoré découvrir chacun des personnages et partager des moments de rigolade mais également des moments intimes et plein d'émotion qui font réfléchir. C'est aussi cela K.A. Tucker.

Du coup, je ne peux que vous poussez à découvrir ce titre là, si ce n'est pas déjà fait, que vous soyez ou non adepte du genre.

mercredi 17 avril 2019

La légende des templiers : Le trône (T3)

Auteur : Paul Christopher
Editions : Le Cherche Midi (2014)
Nbre de pages : 320


Présentation de l'éditeur :
Depuis qu'il a hérité d'une mystérieuse épée retrouvée dans le nid d'aigle d'Hitler, Peter Holliday suit sans relâche la piste des Templiers. Une découverte relative à la septième croisade menée par Saint Louis le conduit cette fois dans le Perche, à l'abbaye de Tiron réputée pour ses liens avec la franc-maçonnerie. Il y découvre les archives de la famille de Jean de Saint-Clair, grande figure templière et important marin de son temps, dont le tombeau, dans la chapelle du Mont-Saint-Michel, porte cette étrange inscription : Et in Arcadia ego. Peter va alors entreprendre un voyage aux multiples dangers, pièges et énigmes, qui, de Prague à Venise, se soldera par une incroyable révélation.


Mon avis :

3ème volet de cette saga que j'ai pris plaisir à lire. J'ai retrouvé Peter Holliday dans une nouvelle aventure qui va le faire voyager en France, à Prague, Venise et tant d'autres coins de la planète pour savoir qui était Jean de Saint-Clair, un des rares Templiers à avoir survécu à la dissolution de l'Ordre.

Peter sera, cette fois-ci, accompagné de Soeur Margaret Emily (Soeur Meg) qui est également historienne et qui s'intéresse à une certaine Juliana ainsi qu'à une "Arche Authentique". Je ne vous en dirai pas plus de ce côté là...

Peggy et Rafi sont mis de côté dans ce tome mais l'aventure qui attend Peter n'est pas dénuée d'intérêt. Je l'ai même trouvée plus intéressante que celle du tome précédent.

Il y aura encore de l'action dès le début et jusqu'à la dernière page mais, ici, on nous explique aussi les différents Ordres nés après celui des Templiers et notamment celui des francs-maçons qui est l'héritier direct des Templiers si je puis dire. Mais nous en découvrirons bien d'autres qui sont tout aussi intéressants.

Ce fut, encore une fois, une lecture rapide et prenante qui fait passer un bon moment et qui donne envie de creuses certaines choses avec des ouvrages plus ciblés sur ce que l'on découvre ici. Ma curiosité est aiguisée et il va me falloir me pencher sur des documentaires pour la combler.

Je passe toujours d'excellents moments avec Peter et son humour cynique et j'espère pouvoir emprunter la suite très bientôt.

mardi 16 avril 2019

Bad man

Auteur : Dathan Auerbach
Editions : Belfond (Février 2019)
Nbre de pages : 442


Présentation de l'éditeur :

On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l'espoir n'est plus permis.
Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à peu, les affichettes ont jauni, les policiers se sont désintéressés de l'affaire, la vie a repris son cours dans cette petite ville désaffectée de Floride.
Pas pour Ben, le grand frère de la victime. Qui ne s'est jamais remis du drame. Qui a vu sa famille sombrer. Mais qui n'a jamais cessé ses recherches.
Recruté en tant que magasinier de nuit dans le supermarché même où Eric a disparu, Ben sent que les lieux ont quelque chose à lui révéler. Quelqu'un sait où est son frère, une personne qui prend un malin plaisir à se jouer de lui. Qui ? Le directeur qui n'a jamais collaboré à l'enquête ? Ses collègues auxquels il a accordé trop vite sa confiance ? Mais il y a plus que ça, une présence impalpable, diffuse, qui brouille ses pensées... Qui est ce bad man dont l'ombre inquiétante plane sur la ville ?



Mon avis :

Ce roman a fait l'unanimité lors de sa sortie fin février. Lu en LC avec Laetitia (Sous le feuillage), je suis plus modérée, en ce qui me concerne.

On commence avec un prologue dans lequel deux enfants tombent sur un cadavre, durant leur promenade dans les bois. Puis le chapitre 1 nous met au moment de la disparition d'Eric, un petit garçon de 3 ans, alors qu'il était avec son frère aîné, Ben, dans un supermarché. Enfin, nous enchaînons avec le reste qui se déroulera cinq ans après cette disparition... On suivra alors Ben dans ses recherches et son emploi dans ce supermarché où son frère a disparu.

Je ne vous dirai pas que j'ai été emballée par ce titre mais je ne vous dirai pas non plus qu'il ne faut pas le lire.

Dès le début, j'ai trouvé l'ambiance plutôt lourde, pesante, et les personnages étaient très bizarres.

Je ne me suis attachée à aucun d'entre eux et je n'ai pas forcément ressenti d'oppression lors de ma lecture. Je suis restée assez extérieure à cette narration mais je voulais quand même savoir ce qu'il était advenu d'Eric.

Si l'auteur tente de faire porter le chapeau de cet enlèvement à plusieurs personnages en faisant douter le lecteur des bonnes intentions des uns et des autres, cela n'a absolument pas fonctionné avec moi. Par ailleurs, j'étais focalisée sur la scène de cette disparition que je trouve bien peu crédible. Cela se passe à la page 27 et soyez sûrs que j'ai lu et relu ce passage de nombreuses fois et le constat qui en ressort est qu'il manque quelque chose dans cette scène !

D'ailleurs, on ne nous donne aucune explication sur la façon dont Eric a été enlevé. Il y aura les motivations mais cela s'arrête là.

C'est le 2ème roman de l'auteur et le 1er à être publié en France. Si le style ne m'a pas déplu, l'intrigue et les personnages ne m'ont pas totalement convaincue.

L'ensemble est trop étrange et la fin reste dans la lignée de tout le reste. C'est un roman qui ne plaira à tout le monde surtout que Bad man est plus un roman d'ambiance avec une narration très lente plutôt qu'un roman d'action. Les personnages ont une psychologie très spéciale et la lenteur dans le rythme pourra en rebuter plus d'un si vous en attendez trop de ce côté là.

lundi 15 avril 2019

Le bureau des coeurs brisés : Lexie Melody (T1)

Auteure : Cathy Cassidy
Editions : Nathan (Octobre 2018)
Nbre de pages : 303
A partir de 10 ans


Présentation de l'éditeur :
Lexie, 13 ans, vit dans une famille d'accueil depuis que sa mère l'a abandonnée. Ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est sauver de l'oubli tout ce qu'elle peut : animaux, objets... Et si elle sauvait aussi les gens ? 
Elle décide de créer un groupe de parole pour réunir les marginaux de son collège... qui se transforme vite en groupe de musique. Les Lost & Found sont nés ! Leur aventure sera émaillée de nouvelles amitiés et de romances, mais aussi de tensions, à mesure que chacun apprend à trouver sa place. Et lorsqu'il s'agit d'une bonne cause, comme sauver la bibliothèque locale de la fermeture, ils sont prêts à soulever des montagnes ! 


Mon avis : 

Voilà un nouveau roman de Cathy Cassidy que je suis ravie d'avoir lu. Sorti en octobre 2018, c'est le 1er tome d'une série qui comportera 4 titres.

Ici, on va faire la connaissance de Lexie qui a 13 ans et qui a été placée en famille d'accueil depuis l'âge de 9 ans. Elle a deux amies mais a toujours peur d'être abandonnée ou de perdre soit des gens qu'elle aime, soit des objets auxquels elle tient. Elle se dit qu'elle n'est peut-être pas seule dans ce cas et elle décide de créer un groupe de paroles. Mais l'inattendu va se produire car au final c'est un groupe de musique qui va naître de ses rencontres...

Je n'ai pas trop vu ce roman sur les réseaux lors de sa sortie et c'est dommage.

Fidèle à elle-même, l'auteure va traiter de divers sujets au travers de ses personnages. J'ai beaucoup aimé Lexie tant dans ses faiblesses que dans ses qualités. Elle s'adapte à toutes les situations que rencontrent ceux qui lui sont proches mais elle a des réactions un peu extrêmes face à ce qui lui arrive. C'est bien sûr une conséquence de ce qui lui est arrivé avant son placement.

Dans ce tome, on voit les espoirs de Lexie à travers des lettres qu'elle destine à cette mère absente qu'elle nous laisse découvrir à chaque fin de chapitre et le lecteur ne peut pas faire autrement qu'espérer pour elle.

Ce 1er tome met en avant la formation du groupe qui prendre le nom de "The lost and found" et le lecteur va apprendre beaucoup de choses sur chaque membre du groupe.

Tout ne sera pas facile au début puisque chacun devra faire face à son histoire personnelle et avancer pour que le groupe puisse fonctionner. Mais Cathy Cassidy saura amener ses personnages là où elle le veut, en emportant son lecteur avec elle.

J'ai lu ce roman au bon moment et je l'ai dévoré tout en dégustant chaque chapitre.

J'i hâte de tous les retrouver dans le tome 2, à paraître en juillet prochain, qui nous permettra d'en apprendre davantage sur le personnage de Sami, un jeune réfugié syrien...

mercredi 10 avril 2019

La fille sous la glace

Auteur : Robert Bryndza
Editions : Belfond Noir (Janvier 2018)
Nbre de pages : 433


Présentation de l'éditeur :

Le froid a figé la beauté de ses traits pour l'éternité. 
La mort d'Andrea est un mystère, tout comme l'abominable secret qu'elle emporte avec elle... 
Connue pour son sang-froid, son esprit de déduction imparable et son verbe tranchant, l'inspectrice Erika Foster semble être la mieux placée pour mener l'enquête. En lutte contre ses propres fantômes, la super flic s'interroge : peut-elle encore faire confiance à son instinct ? Et si le plus dangereux dans cette affaire n'était pas le tueur, mais elle-même ? 
Sur la glace, aucun faux pas n'est permis. 


Mon avis :

Je me suis enfin décidée à sortir ce roman que j'ai reçu en même temps que le tome 2 (l'année dernière la poste s'était servie...) et je ne regrette absolument pas mon choix de lecture.

J'ai découvert Erika Foster, inspectrice à Manchester qui va intégrer l'équipe du Superintendant Marsh, à la police de Lewisham Row. Andrea, jeune femme de 23 ans, a été retrouvée morte, sous la glace, après quatre jours de disparition. Son meurtre est une énigme qu'Erika et son équipe vont devoir résoudre...

Ce n'est pas le rythme qui m'a convaincue car il est plutôt lent. Erika a, par ailleurs, du mal à trouver des indices, d'autant plus qu'à chaque petite avancée qu'elle arrive à faire, on lui met les bâtons dans les roues...

C'est surtout la femme qu'elle incarne, avec ses faiblesses, son courage et sa détermination qui m'ont plu au point que je me suis laissée prendre par son histoire et l'intrigue que tisse l'auteur.

Alors certes, certains diront que justement cette intrigue n'est pas dingue et que la fin est un brin alambiquée mais, pour ma part, si j'avoue que les révélations ne sont pas extraordinaires, Erika, elle, vaut qu'on s'y intéresse, qu'on apprenne à la connaître.

C'est une femme qui reprend du service après avoir perdu son mari dans une mission précédente qu'elle gérait. Cela entraîne un doute sur sa capacité à gérer une équipe, une enquête mais surtout c'est une femme qui est perdue sans sa moitié.

Erika m'a beaucoup touchée et je la soutenais dans les pires moments de l'enquête. Il y a des revirements de situation qui rendent la lecture attrayante et j'ai hâte aujourd'hui de lire la seconde enquête "Oiseau de nuit", notamment pour voir comment son personnage va évoluer.