vendredi 8 septembre 2017

Noir sanctuaire

Auteur : Preston & Child
Editions : L'Archipel (2017)
Nbre de pages : 431


Présentation de l'éditeur :
Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu…
Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend…
Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, fait sa réapparition et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse.
Sur place, il lui fait visiter son sanctuaire, un petit temple à colonnades aux hautes fenêtres munies de vitres anthracite, où il collectionne les souvenirs de tous ses crimes et forfaits.
Croyant à un enlèvement, Proctor, l’indéfectible majordome de Pendergast, s’est lancé à leur poursuite, mais il semble toujours avoir un coup de retard sur Diogène.
Quels sont les noirs desseins de ce dernier ? Pourra-t-il enfin se venger de son aîné à qui il voue une haine farouche ? À moins que Constance ait elle aussi échafaudé un plan machiavélique…


Mon avis :

Le dernier roman paru sur le fameux inspecteur Pendergast m'a tenu en haleine du début à la fin.

Après une fin ignoble dans Mortel sabbat, bien entendu, il me fallait absolument découvrir la suite et retrouver mon cher inspecteur.

Or, ce qui m'a déroutée dans ce tome, c'est que Pendergast n'arrive qu'au bout de 100 pages. Il faut savoir être patient et j'avoue que j'avais du mal à me retenir de lire parce que non seulement Constance et Proctor (le majordome de Pendergast) se retrouvent dans des situations bien compliquées, mais j'étais aussi à cran de savoir ce qu'il en était d'Aloysius.

Ce roman diffère donc des autres tomes que j'ai pu lire où l'action est omniprésente et où nous suivons notre cher Aloysius du début à la fin.

Même si Preston et Child ne l'ont pas oublié ici, ils ont cependant joué avec d'autres personnages qui nous sont chers et que l'on prend plaisir à découvrir encore plus dans Noir sanctuaire. Jusqu'à ce que je sache ce qu'il en était de Pendergast, j'étais sur les nerfs !!

Je ne m'attendais pas à retrouver une Constance comme celle que j'ai eue ici et j'ai été ravie d'en apprendre davantage sur Proctor. Il faut savoir que je n'ai pas lu toute la série Pendergast. J'ai donc des lacunes sur les uns et les autres.

Le personnage qui m'a le plus rendu curieuse est Diogène, le frère d'Aloysius, et autant vous dire que j'ai très très très envie de lire les tomes précédents pour le retrouver.

Je ne dévoilerai rien de plus ici parce que Noir sanctuaire en dit déjà pas mal sur les tomes précédents mais cela ne m'enlève pas l'envie de les lire. Bien au contraire.

Nous allons partir dans pas mal de pays; nous allons même voyager avec des pirates et partir au fin fond de l'Afrique.

Les auteurs ne ménagent ni le lecteur ni les personnages pour notre plus grand plaisir.

Entre désarroi et frissons, la lecture est indéniablement accrocheuse. Il est impossible de lâcher cet ouvrage, encore une fois.

Preston et Child ont fait très fort et mettent le lecteur dans une série de questionnements sur la suite des aventures de ces Pendergast puisque nous en avons deux pour le prix d'un !

Constance se trouve entre les deux frères et Proctor n'est pas en reste.

Beaucoup de choses se déroulent dans ce tome et je n'ai pas vu le temps passé.

A mon goût, c'était encore trop court et j'aurais aimé que la suite soit déjà disponible ! Que voulez-vous ? Quand on aime.... 😃

Du coup, je vous conseille fortement de continuer ou découvrir cette majestueuse série qui comporte des personnages hors du commun que l'on suit avec une envie qui se renouvelle à chaque parution. L'écriture n'est pas en reste : addictive, fluide, prenante, stimulante et terriblement visuelle. A chaque fois qu'un tome sort, je me demande si un jour ces romans feront l'objet d'une adaptation télévisée ou cinématographique. Ce serait le summum pour moi.

En bref, je suis littéralement conquise et je ne peux que vous pousser à vous y jeter dessus si ce n'est pas déjà fait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire