vendredi 23 février 2018

La fissure

Auteur : Jean-Paul Didierlaurent
Editions : Au diable vauvert (18 janvier 2018)
Nbre de pages : 327


Présentation de l'éditeur :
Dernier représentant d'une entreprise de nains de jardin rachetée par une holding américaine, Xavier Barthoux mène une vie bien rangée entre la tournée de ses clients, son épouse, son chien et sa résidence secondaire des Cévennes. Mais quand il découvre une fissure dans le mur de sa maison, c'est tout son univers qui se lézarde... Animé par une unique obsession, réparer la fissure, il entreprend un périple extrême et merveilleux jusqu'à l'autre bout du monde.


Mon avis :

En ce moment, mes lectures sont plutôt déroutantes, passionnantes et offrent aussi beaucoup de réflexion.

Avec La fissure, je ne m'attendais pas à passer un aussi bon moment de lecture aux côtés de Xavier, quinquagénaire obsédé par une fissure qu'il a découverte sur le mur de sa résidence secondaire cévenole.

On va suivre tout un cheminement improbable avec cet homme, Directeur commercial d'une société de nains de jardin, ayant eu des hauts et des bas mais qui arrive à se maintenir sur le marché. Sa vie de couple est ordinaire. Rien de bien folichon dans sa vie.

Sauf que cette fissure va être le point de départ d'une prise de conscience à laquelle Xavier ne s'attendait pas et le lecteur non plus !

J'ai adoré connaître Xavier et voir son évolution tout au long de ces 300 pages mais ce que j'ai particulièrement aimé ce sont les échanges qu'il va avoir avec un personnage très improbable : son nain de jardin.

Lorsque Xavier entend pour la première fois son nain lui parler, il ne trouve même pas ça étrange ou loufoque. Il ne se dit pas qu'il devient fou. Pour lui, c'est naturel et normal.

Les échanges entre ces deux là sont succulents à lire et jubilatoires parce que Numéro 8 (ledit nain) ne va pas mâcher ses mots envers Xavier... C'est grâce/à cause de lui que Xavier va devenir un homme "différent".

Le style est très fluide et tellement accrocheur que l'on ne voit pas les pages passer.

Du coup, entre le personnage de Xavier qui évolue, un rythme suffisant dans l'intrigue pour bien avancer et ne pas ennuyer le lecteur mais surtout ces échanges avec ce nain de jardin, font que cette lecture atypique devient une bouffée d'oxygène et en même temps elle est un peu anxiogène parce qu'au final on ne sait pas trop d'où vient cette fissure mais surtout ce que Xavier compte réellement faire pour régler son problème, son obsession.

Cette fissure va amener ce personnage bien loin de ce que le lecteur aurait pu imaginer au départ et c'est là toute la magie de cet ouvrage.

La fin, même si elle n'est pas réellement celle à laquelle je m'attendais, m'a d'abord perturbée pour ensuite être acceptée. Il m'a fallu un peu de temps pour comprendre ce qu'il en était et même si j'ai eu une petite déception sur cette fin, je me disais aussi qu'elle ne pouvait pas être différente parce qu'elle colle parfaitement à tout ce chamboulement qui intervient dans la vie de Xavier et permet au lecteur de le comprendre également.

On prend ce récit alors d'une manière différente et la réflexion se fait.

C'est encore une belle lecture que m'a offert les éditions Au diable vauvert dont c'est le premier roman que je lis et, soyons honnête, je ne le regrette nullement. Je le recommande d'ailleurs vivement car même si le côté loufoque et étrange peut paraître décalé, le cynisme est mordant et tellement plaisant que l'on s'y raccroche comme à une bouée de sauvetage. Parce que la vie de Xavier n'est peut-être pas celle tant attendue finalement... parce que la vie de Xavier peut être la nôtre, tout simplement.

Si vous êtes un brin curieux et que ce genre de roman ne vous dérange pas, si vous êtes ouvert et avez l'envie de vous prendre au jeu avec un nain de jardin cynique au possible mais mettant le doigt sur ce qui peut déranger, alors n'hésitez pas à vous plonger dedans. C'est juste succulent à déguster.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire