lundi 5 février 2018

Une femme dans la nuit polaire

Auteur : Christiane Ritter
Editions : Denoël (janvier 2018)
Nbre de pages : 211


Présentation de l'éditeur :
Fuyant les tracas de sa vie quotidienne en Autriche, Hermann Ritter part s’établir au pôle Nord pour y mener une vie de trappeur. Son épouse, Christiane, parfaite ménagère des années 1930, décide alors de troquer son statut de femme au foyer pour celui d’aventurière du Grand Nord. 
Malgré la réticence de ses proches, Christiane débarque à l’été 1933 sur les côtes du Spitzberg, une île de l’Arctique, pour rejoindre son mari dans une pauvre cabane, isolée sur une terre hostile et déserte. Après l’angoisse des premiers jours, Christiane fait l’expérience indélébile d’un quotidien intense, entre extase et survie : sur cette terre aux paysages fantastiques, elle découvre la chasse au phoque, affronte le froid polaire et la violence des tempêtes, et se prépare pour l’hiver et son interminable nuit noire… Progressivement, elle développe une véritable relation de tendresse avec cette nature capricieuse qui orchestre chaque instant de la vie, et offre parfois le spectacle d’une aurore boréale ou d’une famille d’ours polaires. 
Avec ce récit ensorcelant sur la vie dans le Grand Nord, Christiane Ritter s’inscrit dans la lignée des aventurières flamboyantes telles que Karen Blixen, Alexandra David-Néel ou Isabelle Eberhardt.


Mon avis :

J'aime beaucoup les romans documentaires qui me permettent de m'évader d'un quotidien un peu trop redondant. J'attendais de ce titre qu'il me dévoile une femme qui n'aurait pas peur d'affronter un climat hostile tel qu'on le trouve dans l'Arctique. Et honnêtement, je n'ai pas été déçue.

Le roman est court et se lit très rapidement.

Ce que va nous raconter Christiane Ritter c'est l'histoire d'une citadine qui part à l'aventure retrouver son mari, parti voilà il y a plus d'un an, afin de vivre à son tour, pendant un an, une expérience hors du commun.

On va donc la suivre de son départ d'Allemagne jusqu'à son arrivée à Grohouk (Cap Gris) où se trouve leur cabane...

Je suis allée de surprise en surprise avec ce livre et j'avoue que j'ai été aux côtés de Christiane avec les mêmes doutes et les mêmes craintes qu'elle mais le froid, le vent, la glace et les risques en moins.

C'est une femme forte et courageuse qui en veut réellement au point que même dans les situations très périlleuses et difficiles, elle ne s'avoue pas vaincue.

On va faire la connaissance de son mari, bien sûr, mais également de Karl, un norvégien qui partagera leur vie pendant quelques mois.

D'abord très réservée, Christiane leur montrera de quoi elle est capable et même dans les moments où elle se retrouvera seule, elle n'aura de cesse de démontrer qu'elle peut se débrouiller même si elle fait des erreurs qui pourraient la nuire gravement.

Sa rencontre avec l'Arctique se fait brutalement mais elle tombe radicalement sous le charme; elle est envoûtée par le silence, les grands espaces et nous le sommes nous aussi.

Sans dire qu'elle domptera cette région hostile, elle parviendra à s'y adapter de telle sorte que son retour dans la civilisation se fera avec regret.

Pourtant, on ne pourra pas dire que l'Arctique l'aura épargnée.

Elle aura eu son lot de frayeur et nous avec elle, tant pour cette femme hors norme que pour ces deux hommes qui vont lui apprendre comment pêcher, chasser, nettoyer une cabane sans qu'elle devienne un cercueil vivant.

J'ai beaucoup aimé la suivre dans ses découvertes d'un territoire qu'elle ne connaît pas, qu'elle va tenter d'apprivoiser alors que tout n'est que glace et tempête.

Par contre, j'ai regretté qu'il n'y ait pas plus d'attachement que cela entre elle et son mari. Cela m'a beaucoup choquée qu'entre eux il n'y ait pas plus de gestes d'affection. Ils restent plutôt éloignés l'un de l'autre et c'est vraiment déconcertant.

Dans un monde tel que l'Arctique et alors qu'elle a tout laissé derrière elle pour rejoindre son mari, je pensais quand même qu'il aurait une once d'affection plus profonde pour elle alors que cela ne ressort absolument pas dans le roman. J'ai trouvé ça cruellement dommage.

Mis à part ce petit bémol, j'ai beaucoup aimé suivre cette femme forte dans un endroit très reculé de toute civilisation où l'Homme doit s'adapter à ce qui l'entoure pour survivre et si, comme moi, vous aimez ce genre de roman documentaire, n'hésitez pas à vous y pencher dessus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire