mercredi 22 août 2018

L'habitude des bêtes

Auteur : Lise Tremblay
Editions : Delcourt (22 août 2018)
Nbre de pages : 120 pages

RENTREE LITTERAIRE 2018


Présentation de l'éditeur :

C'est le jour sans doute où un vieil Indien lui a confié Dan, un chiot. Lorsque Benoît Lévesque est rentré à Montréal ce jour-là, il a fermé pour la vie son cabinet dentaire et les volets de son grand appartement. Ce n’est pas un endroit pour Dan, alors Benoît décide de s’installer pour de bon dans son chalet du Saguenay, au cœur du parc national.
Il y mène une vie solitaire et tranquille, ponctuée par les visites de Rémi, un enfant du pays qui lui rend de menus services, et par la conversation de Mina, une vieille dame sage. Mais quand vient un nouvel automne, le fragile équilibre est rompu. Parce que Dan se fait vieux et qu’il est malade. Et parce qu’on a aperçu des loups sur le territoire des chasseurs, dans le parc. Leur présence menaçante réveille de vieilles querelles entre les clans, et la tension monte au village…
Au-delà des rivalités, c’est à la nature, aux cycles de la vie et de la mort, et à leur propre destinée que devront faire face les personnages tellement humains de ce court roman au décor majestueux.


Mon avis :

Ce court roman d'une auteure québécoise me tentait beaucoup vu le résumé et j'ai pu le découvrir en avant-première grâce au Picabo River Book Club et les Editions Delcourt que je remercie sincèrement.

Ce fut une lecture intéressante mais qui ne m'a cependant pas emportée dans une histoire aussi touchante et palpitante, comme j'avais pu le croire du départ.

J'ai fait la connaissance de Benoît Lêvesque qui va changer de vie du jour au lendemain. On apprendra pourquoi au fil des pages.

On découvre aussi d'autres personnages dont les habitants de Saguenay, la fille de Benoît et le chien Dan qui est en fin de vie.

Je m'attendais à avoir un roman sous pression, qui m'aurait quasi asphyxiée avec une tension grandissante.

Au final, je n'ai rien ressenti de tel et j'en sors un peu déçue.

Alors oui c'est dépaysant et on vit les difficultés des personnages de cette petite ville et des querelles entre les uns et les autres. Mais ce n'est pas non plus excessif ou en tout cas je ne l'ai pas ressenti.

Je n'ai pas non plus accroché à l'histoire de ce médecin ni au mal être de sa fille...

En fait, je suis restée extérieure à ce qui m'était raconté et je pense que je suis passée totalement à côté de ce court roman.

Peut-être d'ailleurs est-ce là son défaut pour la lectrice que je suis : trop court.

J'ai besoin que les choses soient plus développées pour bien me plonger dans l'intrigue et ressentir davantage d'émotions. Chose que je n'ai pas eu, du coup, car tout allait un peu trop vite.

Pour moi, c'est juste un roman dans lequel Benoît Lêvesque va faire beaucoup de constats dans sa vie et prendre quelques décisions.

Finalement, peut-être est-ce juste une nouvelle plutôt qu'un roman et malheureusement ce type de récit ne m'arroche pas. Dommage !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire