lundi 16 mars 2020

Rebecca

Auteure : Daphné du Maurier
Editions : Livre de Poche (2016)
Nbre de pages : 640


Présentation de l'éditeur :
Sur Manderley, superbe demeure de l'ouest de l'Angleterre, aux atours victoriens, planent l'angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l'ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ? Daphné du Maurier plonge chaque page de son roman - popularisé par le film d'Hitchcock, tourné en 1940, avec Laurence Olivier et Joan Fontaine - dans une ambiance insoutenable, filigranée par un suspense admirablement distillé, touche après touche, comme pour mieux conserver à chaque nouvelle scène son rythme haletant, pour ne pas dire sa cadence infernale. Un récit d'une étrange rivalité entre une vivante - la nouvelle madame de Winter - et le fantôme d'une défunte, qui hante Maximilien, exerçant sur lui une psychose, dont un analyste aurait bien du mal à dessiner les contours avec certitude.


Mon avis :

J'ai enfin découvert ce roman en LC avec Malorie et Katrin sur Instagram. C'était aussi la LC de février de @mescarnetlitteraires . Nous avons, toutes les 3, passé un super moment de lecture et d'échanges sur ce roman à l'atmosphère pesante et aux personnages énigmatiques.

L'histoire est racontée par la nouvelle Mme de Winter mais son prénom ne sera jamais donné. C'est assez déroutant.

Si l'ensemble est entraînant et intriguant, j'ai trouvé le début un peu long (il faut le temps que les époux arrivent à Manderley) et je n'arrivais pas à accrocher à Mme de Winter, trop naïve et faisant un effet un peu godiche. Même si elle n'est pas issue de la même classe sociale que son mari et qu'elle est très jeune (19 ans), je me disais qu'elle aurait pu avoir plus de caractère pour paraître moins terne, moins nunuche.

Heureusement, cela s'arrange par la suite. Ce n'est donc pas elle qui m'a donné envie de continuer mais plutôt les autres personnages : son mari, Mme Danvers (gouvernante très particulière), Frith ( le majordome)... et naturellement Rebecca.

Je pensais lire un roman sur une maison hantée avec un fantôme qui viendrait titiller les uns et les autres. En fait, ce n'est pas ça du tout. Pas dans le sens où je l'entendais. C'est d'autant plus anxiogène et on découvre les uns et les autres avec toujours plus de questions sur eux.

J'ai beaucoup aimé la 2ème moitié, même si la fin, trop ouverte, m'a laissée dubitative. Je me suis demandée s'il n'y avait pas une suite...

En bref, après avoir traîné ce livre pendant des mois, je suis ravie de l'avoir enfin lu. Ce n'est pas un coup de cœur mais l'atmosphère qui se dégage et les personnages ambigus poussent le lecteur à le lire, malgré un début un peu lent. Du coup, si vous ne l'avez pas encore découvert, c'est le moment de s'y mettre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire