jeudi 16 avril 2020

L'archipel des larmes

Auteure : Camilla Grebe
Editions : Calmann Levy Noir (2020)
Nbre de pages : 461


Présentation de l'éditeur :
Une nuit de février 1944, à Stockholm, une mère de famille est retrouvée morte chez elle, clouée au sol. Trente ans plus tard, plusieurs femmes subissent exactement le même sort.
Dans les années 80, le meurtrier récidive mais ce n’est qu’aujourd’hui que des indices refont surface.
Britt-Marie, Hanne, Malin…
À chaque époque, une femme flic se démène pour enquêter, mais les conséquences de cette traque pourraient s’avérer dévastatrices.



Mon avis :

4ème roman de l'auteure que je lis et j'ai été emportée dès le début par cette histoire.

J'ai retrouvé une intrigue aussi prenante et passionnante que celles des 2 premiers titres de Camilla Grebe et je suis soulagée.

Comme je n'avais pas totalement adhéré à L'ombre de la baleine, j'avais peur de passer à côté de celui-ci. Mais pas du tout. Camilla Grebe nous plonge dans une histoire macabre qui va durer de 1944 à 2019, sur des meurtres de mères célibataires.

Pourquoi ces femmes ? Comment l'assassin les choisit-il? Est-il seul à agir ? Comment entre-t-il chez elles, sans bruit, et leur faire subir des horreurs impensables ?

Je me suis laissée prendre au jeu de l'auteure qui mettra en avant des femmes flics déterminées à se faire une place dans ce monde masculin.

J'ai adoré suivre autant l'enquête sur le/les serial killer(s) que la condition féminine dans la police.

Si les femmes sont au cœur de ce roman, la famille l'est aussi avec cette question toujours d'actualité : comment concilier vie familiale et professionnelle lorsque l'on est une femme et encore plus une femme flic, vite jugée par ses supérieurs ?

Camilla Grebe a su m'emporter de la 1ère à la dernière ligne. J'ai beaucoup aimé découvrir chaque partie du livre, consacrée à une femme flic, apportant une pierre de plus à l'édifice pour trouver ce/ces coupables(s) difficile(s) à identifier. Je me suis régalée et j'attends déjà son prochain avec impatience.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire