jeudi 12 avril 2018

Les secrets

Auteure : Amélie Antoine
Editions : Michel Lafon (Mars 2018)
Nbre de pages : 391


Présentation de l'éditeur :
Et si le mensonge était, parfois, une ultime preuve d'amour ? 

Vous l'aimez plus que tout au monde. Vous lui faites aveuglément confiance. Vous ne rêvez que d'une chose : fonder une famille ensemble. Mais rien ne se passe comme prévu. 
Jusqu'où iriez-vous pour éviter de tout perdre ? 

Une histoire racontée à rebours, car il n'y a qu'en démêlant les fils du passé que l'on peut comprendre le présent.


Mon avis :

A ce qu'il paraît, la curiosité est un vilain défaut. Mais, parfois, cette même curiosité peut nous permettre de faire de belles découvertes et on se dit que ce serait grandement dommage de passer à côté d'une éventuelle pépite.

Doooooonc, j'ai postulé pour obtenir le dernier Amélie Antoine qui avait la particularité de commencer par la fin.

C'est aussi ce changement de pagination et de chapitrage qui m'avait plu et j'étais, là encore, curieuse de voir ce que cela allait donner et si j'allais adhérer à cette nouvelle façon de construire un roman...

* Je sifflote... *

Bon... euh...

Ca ne l'a pas fait pour moi. Mouais... je suis sortie déçue de cette lecture qui avait une thématique très forte et très intéressante puisque l'on va toucher au problème de l'infertilité dans le couple.

On sait dès le chapitre 20 qui en fait le 1er que Mathilde et Adrien tentent depuis des années d'avoir un enfant. Chaque fois, lorsque le cycle menstruel revient, c'est la déception, la grosse déception et puis arrive les questionnements...

J'ai beaucoup aimé suivre ce couple dans les premiers chapitres, n'essayant pas de me mettre à la place de Mathilde parce que je suis maman de deux grands enfants. Mais je pouvais la comprendre dans son désir de porter la vie, de sentir bouger ce petit être dans ses entrailles.

Je me suis alors très vite attachée à eux et puis...

Les chapitres se succèdent et on en apprend de plus en plus sur ce couple mais surtout sur Mathilde et son obsession d'enfanter qui ne date pas d'hier.

On découvre aussi un autre personnage tout aussi important que le couple que nous suivons et qui m'a fait me poser beaucoup de questions.

Mais, malheureusement, plus j'avançais dans le roman et plus je commençais à le trouver long parce que finalement cette façon de commencer par la fin n'a pas été une bonne idée pour la lectrice que je suis.

Il me fallait me rappeler que les chapitres qui suivaient les précédents se déroulaient antérieurement et non pas postérieurement.

Pfiou c'est hard à expliquer et j'espère que je n'ai perdu personne...

S'ajoute à cela pas mal de redondances sur l'état psychologique de Mathilde qui ne supporte pas, bien sûr, de voir des femmes enceintes ou d'entendre parler bébé...

Par ailleurs, s'agissant de ce fameux 3ème personnage, je n'ai pas réussi à l'apprécier et j'ai trouvé les chapitres le concernant encore plus longs que ceux sur Mathilde et Adrien.

D'ailleurs, ce mari m'a fait de la peine face à son épouse qui se retranche dans son mal-être mais qui ne veut pas que cet obstacle gâche son couple et le mette en péril.

Et là, encore une fois, j'ai zappé certains passages pour aller à l'essentiel et arriver plus rapidement à la fin. Seul l'épilogue m'a plu et m'a touchée, un peu.

Le problème avec ce genre de chapitrage c'est que je reste sur ma faim quand à l'après du fameux chapitre 20 qui nous donne le départ mais c'est tout. Parce que bien sûr on va savoir ou en tout cas trouver peut-être une cause au problème de l'infertilité dans le couple mais par la suite, il se passe quoi ?

Je n'aime pas les romans qui se terminent de cette façon, même lorsque la pagination est classique et cette interrogation ne m'a pas lâchée durant toute ma lecture.

Je n'ai malheureusement pas vraiment adhéré à cet opus parce qu'il reste trop de choses en suspens, que les personnages qui gravitent autour de ce couple ne m'ont fait ni chaud ni froid (à l'exception de Catherine, la mère de Mathilde, que j'ai détestée dès le départ) et les humeurs de Mathilde sont trop redondantes.

C'est dommage parce qu'il y avait matière à faire un magnifique roman sur un sujet délicat. J'en sors déçue mais je crois que je suis dans une passe où j'ai bien du mal à trouver LE roman qui me convient...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire