jeudi 20 juin 2019

Le chant de l'assassin

Auteur : R.J. Ellory
Editions : Sonatine (Mai 2019)
Nbre de pages : 496


Présentation de l'éditeur :
1972. Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n'a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour lui donner une lettre. Lorsqu'Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu'elle est devenue. Mais Henry s'entête. Il a fait une promesse, il ira jusqu'au bout. Il ignore qu'en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va découvrir un secret que les habitants de Calvary sont décidés à ne pas laisser divulguer. 

Avec ce retour aux sources qui évoque par bien des aspects Seul le silence, R. J. Ellory nous livre un roman magistral, d'une puissance émotionnelle rare. Un de ses plus humains, un de ses plus sombres aussi.


Mon avis :

J'avais adoré Seul le silence dont je garde un excellent et merveilleux souvenir. J'attendais qu'il en soit de même avec Le chant de l'assassin et, là encore, je sors émue, époustouflée... de ma découverte de ce dernier R.J. Ellory que j'ai pu faire grâce à Netgalley et aux Editions Sonatine que je remercie vivement.

L'auteur nous plonge au coeur du West Texas, à Calvary, avec une intrigue somme toute simple au départ mais qui va prendre une tournure à laquelle on ne s'attend absolument pas.

On va suivre Henri dans sa quête de retrouver Sarah, fille de son ancien codétenu, Evan Riggs, afin de lui remettre une lettre. Mais on va découvrir aussi, en alternance, l'histoire de la famille Riggs et surtout les rapports entre Evan et son frère aîné, Carson... Tout un programme...

R.J. Ellory a cette faculté voire même facilité à nous embarquer dans une intrigue qui monte crescendo en stress. On se pose beaucoup de questions. On se dit que cela va mal se finir pour Henri, vu les problèmes qu'on lui crée dans ses recherches.

On se dit aussi que les habitants de Calvary doivent avoir quand même beaucoup de choses à cacher, peut-être même se reprocher, pour qu'une simple demande d'aide atteigne de telles propositions d'agressivité.

Lorsque l'on débute ce roman, on est loin de s'imaginer à quel point les secrets enfouis ont un poids sur ces habitants.

La fin arrive beaucoup trop vite, même si elle est irrémédiable. Lire du Ellory c'est vouloir rester dans son univers jusqu'à la fin des temps.

Les personnages qu'il dépeint ne sont ni blancs ni noirs. Chacun a beau avoir ses objectifs, ses raisons de cacher certaines choses ou de vouloir la vérité, il est difficile de les juger, de dire que lui a raison et l'autre tort.

L'auteur nous pousse dans des retranchements qu'il est finalement difficile d'en vouloir aux différents protagonistes.

La seule chose que l'on peut faire c'est "regarder" les choses se dérouler, sans pouvoir y faire grand'chose.

Ce roman est aussi bon que Seul le silence avec des personnages forts et déterminés, une ambiance électrique et oppressante, le tout servi par une écriture succulente qui pousse le lecteur à lire encore et toujours.

En bref, il est excellent et je vous le conseille fortement comme chaque titre de cet auteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire