mercredi 12 juin 2019

Le trône maudit

Auteurs : José Luis Corral & Antonio Pinero
Editions : HC Editions (Janvier 2019)
Nbre de pages : 574


Présentation de l'éditeur :
An 4 avant Jésus-Christ. Le cruel tyran Hérode le Grand meurt et le trône d'Israël est vacant. Deux de ses fils se le disputent amèrement, mais une troisième personne aux intrigues obscures et aux projets mystérieux intervient. La lutte pour le pouvoir déclenche dans la cour d'Israël une terrible période de passion, de perfidie, de violence et de trahison pour s'attirer la faveur de l'empereur Auguste, qui a toujours le dernier mot. 
Au milieu de ce tourbillon apparaît Jésus de Nazareth. Avec ses sermons sur le royaume de Dieu, dans lesquels il remet en question les desseins de l'empereur romain et de la caste sacerdotale juive, le prédicateur révolutionne le peuple d'Israël. Dès lors, les Romains et les prêtres juifs cherchent à se débarrasser de ce rebelle. 

Un scénario passionnant où la réalité dépasse sans cesse la fiction. Un roman historique d'une grande intensité où l'on assiste à des moments mythiques comme la célèbre danse de Salomé qui a coûté la tête à Jean-Baptiste, l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem ou la proclamation de l'empereur Caligula.


Mon avis :

Si vous saviez comme j'angoissais à l'idée de me lancer dans ce roman !

Ne maîtrisant pas la période de l'Antiquité, j'avais peur des personnages, de ne pas arriver à les suivre dans une histoire qui serait sûrement lourde avec une écriture peut-être un peu indigeste...

Pourtant, l'attachée de presse m'avait prévenue qu'il me plairait, qu'il était magnifique, très intéressant et qu'il se lirait facilement.

Aujourd'hui qu'il est fini, je me sens ridicule d'avoir traîné à le sortir parce qu'effectivement c'est une lecture passionnante avec une écriture limpide et simple qui ne laisse pas les néophytes du genre sur le carreau.

Le roman a deux parties.

La première démarre à la mort de Hérode le Grand, laissant le trône d'Israël vacant avec deux fils, Archélaos et Antipas, se battant pour savoir lequel des deux est le plus légitime à prendre la relève.

Je pensais que ce serait compliqué de suivre cette période de l'Histoire de ce pays avec les complots et les trahisons qui vont s'organiser. Or, ce fut tellement fluide que j'en suis restée béate.

Les auteurs ont su, avec brio, m'accrocher à cette intrigue mais aussi à certains personnages, que je n'avais pas envie de lâcher ce livre. Je l'ai d'ailleurs dégusté jusqu'à la fin, mettant 15 jours avant de tourner la dernière page avec un énorme regret que ce ne soit pas plus long.

Dans la seconde partie, même si le sort du trône d'Israël n'est pas résolu, Jésus de Nazareth apparaît. Une difficulté de plus à régler pour cette région touchée par la violence due à ce trône vacant et la tutelle de Rome...

On vit la naissance du christianisme avec ce prédicateur qui réunit des foules avec des paroles d'apaisement, de réconfort mais également de prise de conscience sur le statut de ce peuple par rapport à Rome mais aussi face à la domination des prêtes juifs de Jérusalem.

Cet homme dérange car la colère gronde. Les soulèvements se succèdent. Jésus doit disparaître d'une façon ou d'une autre...

Là encore, les auteurs ont excellé dans l'écriture de ce pan de l'Histoire de la chrétienté. J'ai été aux côtés de Jésus, de ses fidèles, de ses opposants, de ceux qui le soutenaient dans l'ombre ou qui le détestaient.

Je suis partie dans l'Antiquité pendant plusieurs jours sans avoir envie d'en revenir. Mon intérêt a toujours été présent; ma curiosité était à son paroxysme et je n'ai jamais été perdue pendant ma lecture.

José Luis Corral et Antonio Pinero se sont réunis pour créer une oeuvre passionnante que l'on ne quitte qu'avec un immense regret. Je vous la conseille grandement si vous êtes féru d'Histoire.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire