mercredi 19 juin 2019

Le pont d'argile

Auteur : Markus Zusak
Editions : Calmann Levy (Mars 2019)
Nbre de pages : 570


Présentation de l'éditeur :
Il était une fois la merveilleusement loufoque
famille Dunbar...
Chez les Dunbar, on vit un joyeux bordel :
sans parents, sans règles et entouré d'animaux.
Cinq frères dont le quotidien n'est que fourberies,
défis en tout genre, et coups de coeur.
Mais aujourd'hui, le père qui les a abandonné
revient avec une demande étrange :
Lequel de ses garçons acceptera de construire un pont avec lui ?
Tous s'indignent, sauf Clay, le fils du milieu, le plus fragile.
Mais pourquoi accepter cette main tendue d'un père qui est parti ?


Mon avis :

Après ma découverte de La voleuse de livres, j'avais très envie de lire le dernier Zusak. Je gardais en tête une écriture fluide et des personnages attachants, avec son titre précédent. Je pensais qu'il en serait de même avec son dernier opus...

Si l'histoire est très belle et que l'on apprécie de plus en plus les uns et les autres au fil des pages, il faut savoir que le style utilisé cette fois-ci ne fait pas honneur à tout le reste. Je l'ai trouvé lourd, parfois peu compréhensible, au point que cela m'a énervée de ne pas avoir de fluidité dans ma lecture.

Il m'a fallu attendre la 2ème partie pour être vraiment intéressée à ce que je lisais, au moment, en fait, où l'on commence à découvrir l'histoire des parents Dunbar (avant leur rencontre puis pendant et ce que fut leur union).

L'auteur joue aussi sur deux temporalités : le passé et le présent pour que le lecteur ait toutes les cartes en main.

Si j'aime cette procédure dans les romans, j'ai trouvé aussi qu'ici Markus Zusak en faisait trop. Et là, il sera plus simple de vous expliquer ce qui m'a gênée en vidéo, dans mon prochain point lecture, sinon ce serait beaucoup trop long à écrire.

En fait, l'ensemble crée une histoire très belle, touchante et fraternelle. Le lien qui unit les frères Dunbar, après le départ du père suite au décès de la mère, est indéfectible malgré les différences de caractère de ces garçons.

S'il y a une chose de positive dans ce titre, c'est l'amour que se porte cette fratrie et tout ce qu'ils peuvent faire pour se soutenir les uns et les autres.

Le retour du père va ébranler les frères Dunbar et tout ce qu'ils avaient réussi à mettre en place durant son absence.

On va tous les découvrir, apprendre à les connaître, au fur et à mesure que l'on va avancer, mais c'est avec Clay, celui du milieu, que l'on apprendra ce qui s'est réellement passé dans cette famille, pourquoi le père est parti, créant une explosion de cette famille et une rancoeur difficile à apaiser pour certains des frères.

Je sors déçue de ma lecture parce qu'avec les belles choses que Markus Zusak nous avait concoctées et qui auraient pu faire de ce roman un joli coup de coeur, je ne garde en tête que la lourdeur de l'écriture et des allers-retours non chronologiques par moment dans le passé que j'ai trouvé aussi peu judicieux et perdant un peu le lecteur. Cela donne du fil à retordre et c'est bien dommage !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire