mardi 31 janvier 2017

Blackout baby

Auteur : Michel Moatti
Editions : HC Editions (2014)
Nbre de pages : 350


Présentation de l'éditeur :
Londres, 1942.
Alors que la ville est encore traumatisée par le Blitz, un tueur en série profite du blackout pour violet et mutiler ses victimes. Sur chaque scène de crime, il laisse des messages codés qui amènent les enquêteurs toujours plus loin dans l'horreur...
Scotland Yard est dépassé et la presse a déjà trouvé un surnom à ce tueur sanguinaire qui agit dans l'ombre : le Blackout Ripper.
Amelia Pritlowe, qui pensait en avoir fini avec ses fantômes du passé, va reprendre sa traque...

Toujours inspiré par des faits réels - le Blackout Ripper a réellement existé, fragilisant un peu plus une ville et un gouvernement en guerre - Michel Moatti réveille avec un réalisme effrayant cette période noire de l'histoire de Londres.


Mon avis :

Blackout baby est le deuxième titre de l'auteur que je découvre après Retour à Whitechapel et, encore une fois, j'ai passé un très bon moment de lecture et d'enquête policière à travers le Londres de 1942.

Je n'entrerai pas plus dans les détails de cet ouvrage vu que la présentation de l'éditeur en dit suffisamment pour vous permettre de savoir dans quoi vous allez vous engagez si vous vous décidez à lire ce livre.

Ce que je peux vous dire c'est que Michel Moatti va nous permettre de découvrir un homme bien particulier avec une caractéristique que je ne connaissais pas du tout ce qui nous rend le personnage encore plus sombre que n'importe quel autre serial killer.

Je ne dis pas que les autres meurtriers sont de la "gnognotte" à côté de lui mais franchement voir comment cet homme s'y prend pour assassiner ces femmes et le plaisir qu'il y prend est juste indescriptible.

J'ai retrouvé avec plaisir Amelia Pritlowe que j'avais rencontrée dans le précédent opus mais j'ai trouvé aussi que son passé était peut-être un peu trop présent. Du coup, par moment, je trouvais le récit un peu lent alors même que j'aurais aimé que cela bouge davantage.

Mais Michel Moatti a cette faculté bien particulière de rebondir avec des évènements que le lecteur ne voit pas forcément arriver et la lecture redevient très addictive.

Qu'il s'agisse de la recherche de cet homme ou de l'enquête en général, j'ai vraiment beaucoup aimé évoluer dans cette période déjà sombre par les évènements historiques qui s'y passent.

Même si les faits réels sont mélangés à la fiction, le lecteur ne voit pas du tout le faux du vrai tellement il est embrigadé dans ces meurtres et cette folie qui prend cet homme à chaque fois qu'il rencontre une femme...

C'est encore une lecture foisonnante de détails et de recherches que j'ai beaucoup aimé découvrir et je remercie sincèrement l'auteur de me permettre de découvrir des ouvrages aussi bien fournis.

Lorsque l'on aime autant le roman policier que le roman historique, ces livres là deviennent vite des pépites et des incontournables.

Blackout baby a donc été une excellente découverte d'un homme bien particulier qui, malgré les horreurs qu'il a faites, m'a fait ressentir une certaine dose d'empathie. Je sais que c'est assez inadéquat et j'ai détesté sa façon de voir la femme mais d'un autre côté, j'essayais de trouver pourquoi il agissait comme ça et qu'est ce qui, dans son enfance, avait pu entraîner une telle haine...

Contrairement à Retour àWhitechapel, on sait ce qu'il advient de cet homme une fois qu'il est arrêté. On voit aussi les limites des recherches scientifiques qui entravent les enquêtes à cette époque. C'est aussi ce que j'aime dans ce genre de roman : voir l'évolution s'opérer, même si en 1942 nous n'étions qu'aux balbutiements des analyses que l'on peut faire aujourd'hui...

Blackout baby est donc un roman que je conseille à tous les amoureux de roman policier historique rigoureux. La plume de l'auteur est toujours aussi exquise, les personnages aussi attachants qu'horribles, et ses recherches pour fonder un tel roman sont pointilleuses de telle sorte que l'on déguste le roman au lieu de le dévorer. Il demande que l'on se pose pour goûter toutes les subtilités de cet homme si particulier, appelé le Blackout Ripper.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire