samedi 23 juin 2018

La première fois que j'ai été deux

Auteur : Bertrand Jullien-Nogarède
Editions : Flammarion Jeunesse (juin 2018)
Nbre de pages : 392


Présentation de l'éditeur :

«Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu'à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu'un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J'étais vraiment folle amoureuse.»


Mon avis :

Bon, sur ce coup, je n'avais pas prévu de tomber sur cette petite pépite jeunesse et la surprise a été grande.

Karen a 17 ans et vit seule avec sa mère. Elle n'a jamais connu son père. Karen est un accident de parcours. Avec une mère dépressive et un sentiment de ne pas avoir été voulue, ni vraiment aimée, Karen est une gamine très directe dans ses propos. Elle a aussi une vision de l'amour et du couple qui font qu'elle est toujours célibataire. Karen ne fait pas confiance et ne veut pas s'investir dans des relations vouées à l'échec avant même de démarrer. Mais c'était sans compter sur l'arrivée de Tom, un anglais dont la mère vient de s'installer en France après la mort de son mari. Si dans un premier temps Karen reste de marbre face à ce garçon, le rapprochement va se faire petit à petit...

Si je savais que c'était un roman young adult avec deux ados qui allaient vivre leur histoire, je ne pensais pas qu'elle serait aussi belle et touchante.

Karen est une jeune qui se refuse beaucoup de choses et avec Tom, elle va apprendre à s'extérioriser et ne plus juger au premier regard.

Mais elle va surtout apprendre à s'aimer elle-même et voir au-delà de ce que sa mère peut lui dire.

La relation entre Tom et Karen va être bénéfique pour les deux personnages. Ce n'est pas juste une histoire d'ados comme il en existe tant parce que les réflexions de Karen sur ce qu'elle attend de sa vie et le couple en lui-même sont très matures.

Du coup, le côté jeunesse du roman ne se ressent pas du tout et c'est très appréciable.

J'ai adoré cette lecture qui m'a mise dans un état lamentable vers la fin et à ce moment là, j'ai eu envie de dire à l'auteur qu'il ne pouvait pas laisser son lectorat avec une telle fin et qu'il nous devait une suite.

J'ai détesté Bertrand Jullien-Nogarède pour ce qu'il m'infligeait à 22 heures, avant d'aller dormir.

Le coeur gros et les larmes aux yeux, je me suis dit que ce n'était pas possible, qu'il allait y avoir un twist, un évènement qui allait rendre les choses plus légères.

Et là, quelques pages avant la toute fin... bing... deuxième couperet !

J'ai halluciné et j'ai même traité l'auteur de sadique, de méchant et tout ce que vous voulez...

Qui aurait pu penser, au départ, qu'en acceptant de faire cette lecture, je tomberai sur un roman aussi adulte, aussi magnifique et touchant ?

J'ai eu cependant un petit bémol au début de ma lecture avec Karen que je trouvais un brin trop grossière, directe... Ca façon de parler avec sa meilleure amie notamment, qui n'est pas facile elle non plus, me gênait un peu. Mais mais mais... cela s'arrange bien sûr par la suite ou en tout cas je me suis fait à se façon de réagir.

Mais là, maintenant, je suis obligée de sommer l'auteur d'écrire cette suite qu'il nous doit indubitablement vu les propos de Karen. Il ne peut pas nous laisser avec une telle fin et des mots et des passages aussi tristes.

Vous l'aurez compris, ce roman a été une magnifique surprise. Moi qui lis rarement des romans jeunesses, je peux vous assurer qu'il est l'une des pépites de la littérature jeunesse 2018. Alors si j'ai un conseil à vous donner : foncez le découvrir à votre tour !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire