vendredi 22 juin 2018

Les immortalistes

Auteur : Chloé Benjamin
Editions : Stéphane Marsan (2018)
Nbre de pages : 404


Présentation de l'éditeur :

New York, été 1969.
Pour tromper l'ennui, les enfants Gold ne trouvent rien de mieux à faire que d'aller consulter une voyante capable de prédire avec exactitude la date de leur mort. Si Varya, Daniel, Klara et Simon veulent tous savoir de quoi demain sera fait, ils sont loin de se douter de ce qui les attend. Des années plus tard, hantés par la prophétie, ils vont faire des choix de vie radicalement opposés. Simon, le petit dernier censé reprendre l'entreprise de confection familiale, s'enfuit sur la côte ouest, en quête d'amour à San Francisco. Klara, la rêveuse, devient magicienne à Las Vegas, obsédée par l'idée de brouiller les pistes entre la réalité et l'imagination. Épris de justice, Daniel s'engage comme médecin dans l'armée après les attentats du 11 septembre. Quant à la studieuse Varya, elle se jette dans des travaux de recherche liés à la longévité, tentant désespérément de percer le secret de l'immortalité. Lorsque le premier d'entre eux trouve la mort à la date annoncée par la voyante, les trois autres craignent le pire. Doivent-ils prendre au sérieux cette prémonition ? N'est-ce la puissance de l'autosuggestion qui pousse les Gold à faire des choix qui les conduisent irrémédiablement vers leur mort ? 

Fresque de grande envergure, à l'ambition et à la profondeur remarquables, Les Immortalistes se situe entre le destin et le libre arbitre, le réel et l'illusion, l'ici-bas et l'au-delà. Une ode magnifique à ce qui nous échappe et à la force implacable des liens familiaux.


Mon avis :

Voilà un roman dont le résumé me tentait beaucoup et qui, jusque là, faisait l'unanimité sur les réseaux sociaux. C'était sans compter sur le vilain petit canard que je suis...

J'avoue que les avis très positifs m'ont encore plus motivée pour le découvrir et voir ce qu'il en était et pourquoi on en parlait tant. On disait aussi que la fin était exceptionnelle.

Je crois que j'ai dû passer complètement à côté de ce roman parce que, dans l'ensemble, je n'ai pas du tout accroché à cette histoire qui pourtant partait très bien.

Seule la première partie consacrée au plus jeune de la fratrie, Simon, m'a plu et a été lue dans la journée.

Pour les trois autres parties qui nous font connaître Klara, Daniel puis Varya, je dois dire que j'ai ramé pour avancer un peu chaque jour.

Je n'ai ni accroché au personnage proprement dit, ni à son histoire. Et encore aujourd'hui, alors que j'ai fini ce livre il y a maintenant plusieurs jours, je ne sais toujours pas pourquoi la sauce n'a pas prise avec moi.

Le rythme est assez lent alors que je pensais que ce serait plus dynamique. C'est très certainement une des raisons qui a fait que je n'étais pas plus prise par les histoires de ces frères et soeurs.

J'attendais autre chose après leur rencontre avec cette voyante qui leur annonce à chacun la date exacte de leur mort.

Alors oui, je l'avoue, je n'ai pas abandonné ce livre parce que je ne le pouvais pas. Je suis toujours restée optimiste, me disant que l'histoire suivante me plairait peut-être davantage mais surtout je voulais connaître cette fameuse fin.

Je reconnais aussi que le lecteur va forcément se demander si les choix de vie de ces enfants/adultes n'ont pas été guidés par cette voyante et ses révélations.

Ne chercherions nous pas, nous aussi, à changer la donne si on nous disait à quel moment nous allions mourir ? Mais du fait de changer le futur, n'est-ce pas là l'erreur ?

J'admets également que l'on suit une famille dans laquelle on attend beaucoup des enfants et que, là encore, les choix qu'ils font sont influencés par père et mère. Qu'il est donc difficile de faire sa place et de prendre certaines décisions. Mais cela ne m'a pas suffi à apprécier ce roman à sa juste valeur.

J'ai mis plus d'une semaine pour le finir et j'en aurai mis presque autant pour vous en parler parce que je ne sais pas ce qui a coincé avec cette histoire.

Pour autant, je ne vous le déconseillerai pas puisqu'il mérite sa chance et que mon avis est personnel et ne fait pas l'unanimité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire