mercredi 14 mars 2018

Des yeux comme les miens

Auteur : Sheena Kamal
Editions : JC Lattès (24 janvier 2018)
Nbre de pages : 377


Présentation de l'éditeur :
Le téléphone la réveille à 5 heures du matin. Et avant 7 heures, un appel n’annonce jamais rien de bon. Nora ne connait pas Everett Walsh mais celui-ci est persuadé qu’elle doit savoir quelque chose sur sa fille adoptée récemment disparue.
Perturbée, mal comprise, Nora déjà submergée par ces problèmes personnels, refuse de s’impliquer. Jusqu’à ce qu’elle voie la photo. Une jeune fille, une adolescente, qui a ses yeux. Comment pourrait-elle lui tourner le dos ?
Mais partir à la recherche de sa fille renvoie Nora à un passé qu’elle préférerait oublier. À mesure qu’elle progresse dans son enquête, elle découvre une dangereuse conspiration à travers les ruelles sombres et pluvieuses de Vancouver jusqu’aux flancs enneigés des Rocheuses canadiennes. Pour finir, elle devra affronter son démon le plus terrible : une ombre surgie de son propre passé.


Mon avis :

J'ai donc lu ce roman la semaine dernière et ce fut une découverte que j'ai adorée et que je n'ai pas pu lâcher tant le personnage de Nora m'a bluffée.

Je ne referai pas de résumé vu que la présentation est suffisante pour vous mettre dans l'ambiance de ce roman qui est très pesante au fur et à mesure que l'on avance.

Nora est une quarantenaire atypique avec qui j'ai eu un peu de mal au début parce qu'elle est très brutale dans ses mots, sa gestuelle et son comportement.

Mais tout ce qu'elle montre d'elle a une raison. Raison que l'on apprend à connaître petit à petit.

S'il m'a fallu une petite cinquantaine de pages pour bien entrer dans le roman et me rendre compte à quel point Nora est une femme qui revient de loin, par la suite, je ne pouvais plus m'arrêter de la retrouver en reprenant mon livre dès que je le pouvais.

Nora va donc se lancer dans la recherche de sa fille qu'elle a été obligée d'abandonner à la naissance et donner à l'adoption. Pour elle, c'était le meilleur choix qui se présentait pour que son bébé se retrouve dans une famille qui allait prendre soin d'elle.

Lorsque, dès le départ, le papa adoptif de Bonnie apprend à Nora que sa fille a disparu et que ce n'est pas la première fois qu'elle fugue, Nora va se mettre sur la réserve. Pourquoi sa fille aurait-elle agi ainsi à plusieurs reprises ?

On ne sait pas vraiment si la recherche que mène Nora est pour elle, pour sa fille ou ces parents qui restent très agressifs face à cette situation.

L'auteure démêle les fils petit à petit pour le plus grand bonheur du lecteur et ce qu'elle nous dévoile est très surprenant parce qu'on ne s'y attend pas du tout.

De plus, Nora n'est pas flic ni détective privé, même si elle travaille dans une agence de privés. C'est une nana basique, avec un passé très chargé qui la ronge encore aujourd'hui et qui pourrait la faire basculer à n'importe quel moment. C'est une nana qui va se servir du peu qu'elle possède pour se défendre et aller au bout de ce que l'on pourrait appeler son "chemin de croix". Mais un "chemin de croix" compliqué qui pourrait très bien être stoppé par cette femme si instable.

J'ai adoré le personnage de Nora; j'ai adoré l'intrigue qui se tisse autour d'elle et de son passé; j'ai été un peu déçue par cette fin un peu trop rapide à mon goût mais qui offre aussi une belle ouverture pour retrouver Nora dans un prochain ouvrage.

L'écriture est addictive et en même temps pourra choquer peut-être certains lecteurs par la façon dont Nora parle. Cela m'a perturbée sur le début mais cela colle tellement à son personnage. Ce langage de charretier lui va parfaitement et l'auteure a su magnifiquement peindre un personnage féminin qui sort du lot.

Si vous êtes un brin curieux et que ce genre de nana ne vous rebute pas, il est certain que Des yeux comme les miens vous plaira. Si en plus vous avez envie de découvrir la région de Vancouver et voir tout ce qui s'y trame, vous n'avez alors pas d'autre choix que de vous plonger dans ce roman à suspense très addictif que l'on ne ferme qu'une fois le dernier mot lu et encore avec regret.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire