lundi 5 mars 2018

L'hôtel hanté

Auteur : Wilkie Collins
Editions : Terre de Brume (1999)
Nbre de pages : 177


Présentation de l'éditeur :
Avec La pierre de lune, William Wilkie Collins (1824-1889) a sans doute inventé le roman policier moderne. Contemporain et ami de Dickens, avec lequel il écrivit plusieurs nouvelles, cet écrivain prolifique et généreux est aussi un maître des atmosphères mystérieuses. Coïncidences tragiques, pressentiments et prémonitions jouent souvent un rôle primordial dans les intrigues tortueuses de ses romans.
Aux côtés d'Armadale, de La femme en blanc et de La pierre de lune, ses oeuvres les plus connues, L'hôtel hanté, publié pour la première fois en 1879, est un modèle du genre. La comtesse Narona, héroïne à la fois maléfique et pitoyable — une combinaison familière à Collins, créateur des personnages de « méchants » les plus complexes de la littérature victorienne — épouse en des circonstances douteuses un lord anglais. L'hôtel hanté raconte, avec l'ironie et le brio habituels de l'auteur, le mystérieux destin de ce mariage contre nature, depuis un cabinet médical de Harley jusqu'aux chambres trop hâtivement rénovées d'un hôtel de Venise...
Apparitions, alchimies maléfiques, fièvre et folie habitent jusqu'à son tragique dénouement ce roman.


Mon avis :

Ce roman m'a été donné par ma petite Laetitia qui vidait ses bibliothèques, pour mon plus grand plaisir. Parce qu'elle savait que j'avais déjà lu Wilkie Collins et que pour moi c'était un auteur victorien incontournable que j'adorais. C'est donc avec plaisir que je me suis lancée dans cette lecture pour la lecture du groupe de Séverine. Et malheureusement, cette fois-ci, la sauce n'a pas pris...

Le roman est court puisqu'il fait moins de 200 pages et je m'attendais vraiment à quelque chose de plus rapide et prenant dans l'intrigue. Et puis, vu le titre, je m'attendais à ce que l'on entre rapidement dans l'histoire de cet "hôtel hanté".

Il faudra cependant attendre la moitié du roman pour y venir et découvrir, entre-temps, des personnages qui ne m'ont pas vraiment emportée.

Je n'ai pas accroché ni à l'intrigue que j'ai trouvée trop longue à se mettre en place, ni les personnages auxquels je ne me suis pas attachée.

Si cette lecture a été une grosse déception, me donnant même très envie de l'abandonner, je ne peux pas enlever à Wilkie Collins cette plume toujours aussi exquise que je me suis, malgré tout, délectée de retrouver.

Mon avis sera court parce que je ne souhaite pas développer ni les personnages, ni l'intrigue qu'il faut découvrir par vous-même tant ce roman est court. Et dans mon malheur, je soupire de soulagement.

Je m'attendais tellement à une lecture plus passionnante avec des personnages qui m'auraient fait vibrer comme dans La dame en blanc ou encore La pierre de lune que je suis restée pantoise face à cette lecture devant laquelle rien ne se produisait.

Du coup, si vous ne connaissez pas l'auteur, je ne vous le conseille pas tant ce roman est étrange dans son ensemble. Préférez lui les précédents titres cités, ils sont bien meilleurs, selon moi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire